Funérailles célestes

Publié le par Garrigues

de Xinran, aux éditions Philippe Picquier


Ce récit très émouvant est tiré d’une histoire vraie.

undefinedEn 1956, Wen et son mari Kejun sont de jeunes étudiants en médecine remplis de l'espoir nouveau amené par le communisme en Chine. Trois mois après leur mariage, Kejun est enrôlé comme médecin dans l’armée qui se bat contre le Tibet. Wen apprend sa mort peu après, sans aucune explication.

Elle part alors à sa recherche, persuadée qu’il est vivant. Sa quête durera trente ans ; entre autres choses elle vivra avec des nomades et découvrira une vie à laquelle rien ne l’avait préparée, des coutumes, une culture et une spiritualité très profonde… et la façon étonnante qu’ont les Tibétains de célébrer les funérailles.

Wen m’a touchée par la profondeur de son amour, par son courage qui ne se dément jamais, par sa faculté d’adaptation à des situations parfois dramatiques, par la sagesse qui est en elle et qui grandit tout au long de sa vie.

J’ai éprouvé aussi une certaine admiration pour la sagesse tibétaine, mais bien qu’impressionnée par ces funérailles célestes j’ai mesuré combien elles sont loin des funérailles chrétiennes (et c’est peu dire !). Et malgré toute l’admiration que j’ai pour Wen et Kejun, qui sacrifia sa vie pour qu’on le croie, que je me sens très étrangère à ces peuples et à leur mode de vie.

Un livre dépaysant et beau, à ne pas manquer.

Noëlle Guyon

Commenter cet article