Les risques majeurs de la croissance des inégalités dans le monde

Publié le par Garrigues et Sentiers

Dans une tribune publiée en juillet 2009 dans le journal Le Monde, l’ancien Premier Ministre Michel Rocard analysait ainsi le rôle des institutions financières dans la crise mondiale : « En trente ans, c’est une révolution intra-capitaliste qui s’est faite, et pour le pire. Le motif de ce changement majeur est tout simple : dans le monde bancaire, c’est une avidité démesurée, une orientation viscérale vers la recherche de la fortune, qui explique aussi bien l’extension vertigineuse des produits dérivés que les invraisemblables niveaux de rémunération, comme la tendance évidente à la tricherie et à l’immoralité ». Ces dérives du monde bancaire traduisent un changement de mentalité qu’il caractérise ainsi : « Les classes moyennes supérieures des pays développés sont en train de renoncer à l’espoir d’arriver à l’aisance par le travail au profit de l’espoir de réaliser des gains en capital rapides et massifs, bref de faire fortune. Ce comportement sociologique est incompatible avec le bon fonctionnement et surtout la stabilité du système ». Déplorant que « peuples et gouvernements esquivent le fonds du problème », il concluait ainsi son propos : « Si le détonateur financier – puisqu’on est en train de préserver le système bancaire y compris ses facteurs de déséquilibre – réexplose, il frappera des économies encore plus fragiles et anémiées. Il y a du souci à se faire, je suis désolé de ne pas savoir m’en cacher » (1).

 

Plus de 8 ans après, le rapport sur les inégalités mondiales 2018, alimenté par un vaste réseau d’une centaine de chercheurs couvrant près de 70 pays, confirme hélas les prévisions pessimistes de Michel Rocard (2). Deux des responsables de l’étude, Thomas Piketty et Lucas Chancel, déclarent : « Nos données montrent que la tendance inégalitaire des trente dernières années a pris des proportions excessives et néfastes » (3). On apprend, dans ce rapport, que depuis les années 1980 le 1% des personnes les plus riches du monde a capté 27% de la croissance du revenu, contre 12% pour les 50% les plus pauvres de la planète. Aux Etats-Unis, l’imposition des plus hauts revenus a été divisée par trois sous Reagan avant de se stabiliser. Parallèlement, le pouvoir d’achat du salaire minimum américain a baissé de 25% en cinquante ans.  Dans ce pays, 1% des plus riches détiennent 39% du patrimoine des ménages en 2014 contre 22% en 1980. Le rapport note que  l’Europe est la région du monde où les inégalités ont le moins progressé. « Cela tient beaucoup au modèle social instauré après la seconde guerre mondiale, fait d’un système de redistribution généreux et d’une fiscalité plus progressive. Mais aussi à des politiques salariales plus favorables aux classes populaires et à un système d’éducation relativement égalitaire ».

 

En cette période de Noël qui se veut la fête de l’enfance, il serait utile de méditer le texte de Denis Clerc, fondateur du mensuel Alternatives économiques, intitulé Le drame de la pauvreté des enfants. A ses yeux, les enfants pauvres sont des « victimes désignées » de ce système inégalitaire : « naître dans une famille pauvre implique par la suite de grandir dans une famille pauvre, car sortir de la pauvreté est relativement assez peu fréquent ». Dès lors, « Ne pas mettre en œuvre tout ce qui est possible pour que les enfants pauvres sortent par le haut de la nasse dans laquelle ils se trouvent, ne serait ni juste, ni intelligent. Emile Durkheim, le fondateur de la sociologie moderne, nous donne la clé de ces choix implicites. En 1893, il écrivait : « (…) Pour que les hommes se reconnaissent et se garantissent mutuellement des droits, il faut d’abord (…) que, pour une raison quelconque, ils tiennent les uns aux autres et à une même société dont ils fassent partie » (4).

 

Bernard Ginisty

 

 

(1) Michel ROCARD, Les Européens ont voté pour que la crise continue. Peuples et gouvernements esquivent le fond du problème,  in Le Monde du 7 juillet 2009, p. 20.

 

 (2) Ce rapport est le premier produit par le Laboratoire sur les Inégalités Mondiales basé à l’École d’économie de Paris. Il sera actualisé tous les deux ans. 

 

 (3) Entretien dans le cahier Éco&Entreprise du journal Le Monde du 15 décembre 2017, p. 3.

 

 (4) Denis CLERC, Le drame de la pauvreté des enfants https://www.alternatives-economiques.fr/denis-clerc/drame-de-pauvrete-enfants/00081939.

Dans le dossier du journal Le Monde sur le rapport précité, Branko Milanovic, enseignant à la City University of New York publie un texte intitulé :Un risque de désarticulation sociale  où l’on peut lire ceci page 5: « Des sociétés dans lesquelles cohabitent des gens aux revenus et schémas de consommation extrêmement différents peuvent-elles rester stables et démocratiques ? De telles sociétés n’auraient-elles pas tendance à exacerber les caractéristiques de ce qui était autrefois considéré comme le fléau du tiers-monde, à savoir la désarticulation sociale, avec une couche supérieure prospère parfaitement intégrée à l’économie mondiale et des couches inférieures stagnantes, progressivement dépassées par les classes moyennes des économies émergentes ? C’est là, me semble-t-il, la question essentielle que devraient se poser les responsables politiques des sociétés  riches actuelles ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Robert Kaufmann 23/12/2017 13:04

J'ai eu l'occasion de m'exprimer à plusieurs reprises ici sur l'obsession très française sur l'Egalité
( égalitarisme ? ) Je n'y reviens pas.
Je pense que la grande majorité d'entre nous a toujours attaché beaucoup d'attention aux jugements portés par Michel Rocard. Encore faut-il distinguer de ce qui est de l'Economie du Financier, dont les dérapages ces dernières années n!ont échappé à personne et sont combattues par la plupart des Etats.
Il n'en reste pas moins qu'en ce qui concerne la pauvreté mondiale, les résultats sont très largement positifs et, bien sûr, occultés par Mr Piketty, chroniqueur du Monde, dont les orientations politiques actuelles sont connues (Beuve Méry, où es-tu ? ) et ex-conseiller économique de Mr Benoit Hamon, dont l'expertise en matière d'Economie est également connue.
La réalité, c'est que le seuil d'extrême pauvreté qui était fixé à 1,25 € / jour par personne a été relevé à 1,90 € et que le nombre de ces pauvres dans le monde est passé de 43 % en 1980 à moins de
10 % fin 2015 et devrait être éradiqué en 2030 sur le trend actuel.
L'un des résultats de la mondialisation. Mais aussi impactant l'Emploi en Occident; mais ceci est une autre histoire , qui nous rappelle la relativité des choses.
Il me semble que les Chrétiens devraient être plu s ouverts et conscients des contrastes qui peuvent exister entre leur doctrine sociale, les idéologies dominantes et les conséquences des actes engagés.
J'ai entendu durant des décennies dans les rencontres chrétiennes qu'au lieu d'envoyer des bateaux de blé aux "pays sous-développés", devenus "en voie de développement", nous devrions plutôt leur envoyer des machines et des ingénieurs...
Nous avons aujourd'hui les conséquences de cette politique qui a amené un phénomène de vases communicants. Ne nous hâtons pas trop à chercher des boucs émissaires, notamment auprès des éternels Kapitalists esclavagistes.....

Que cela ne nous empêche pas de vivre un BON NOËL 2017 en famille !

Robert Kaufmann