Rameaux

Publié le par Garrigues et Sentiers

Sauf à montrer la versatilité des peuples, quel peut être le sens de la fête des Rameaux ? Il semble intéressant de lire cette manifestation de Jésus à la lumière de ce qui la précède immédiatement, la Résurrection de Lazare (dont Jean seul parle) et de ce qui la suit, avant que Jésus ne célèbre la Cène. Jésus, dans cette dernière séquence de sa vie, n'est plus dans l'enseignement prodigué depuis deux ans, il entre dans une dernière lutte contre les pouvoirs en place. En ce moment crucial il nous invite à reconnaître sa place et celle de son Père. Il explicite sa situation en face du pouvoir et nous invite à faire nos choix. Le tout résumé dans l'appel à l'amour du prochain qui est au cœur de celui de son Père, le premier et le second commandements sont semblables.
La résurrection de Lazare a de nombreuses significations (préfiguration de la Résurrection de Jésus, par exemple), dans le contexte nous en retenons une : Jésus s'affirme comme maître de la vie (au-delà de la mort) à la face des pouvoirs religieux installés qu'il récuse et va combattre. Et ces pouvoirs l'ont bien compris comme cela, eux qui veulent même tuer Lazare (Jean 12,10). Leurs motivations ne semblent pas bien religieuses, mais bien la crainte des Romains qui « viendront et détruiront notre Lieu et notre nation » (Jean 11,48).

Pour la suite nous nous référons à l'Évangile de Marc, qui semble suivre au plus près les événements.
Par son accueil triomphal aux portes de Jérusalem, Jésus accepte (enfin) d'être considéré comme l'envoyé de Dieu. Monté sur un ânon, il manifeste que son règne n'est pas un règne de pouvoir ni d'ostentation, au contraire des puissants de ce monde. On peut penser aussi qu'il fait référence aux premiers chefs d'Israël, du temps des Juges, qui eux aussi montaient des ânes. Il signe ainsi sa filiation avec les fondateurs du peuple qui n'ont pas encore détourné la nation de YHWH, passant par-dessus tous les potentats qui ont travaillé pour leur pouvoir et non pour Dieu. Ainsi Jésus pose le décor, c'est au nom de sa mission, de fils de David « qui vient au nom du Seigneur » (Marc 11,9) qu'il va entamer la dernière phase de sa lutte contre les détenteurs du pouvoir religieux que lui-même récuse.
Suivent alors diverses phases de cette lutte. Les vendeurs chassés du temple : « Ma maison sera appelée une maison de prière pour toutes les nations et vous en avez fait un repère de brigands ». Les pauvres vendeurs prennent les coups, mais ce sont bien les grands prêtres et les scribes qui sont interpellés. La parabole des vignerons homicides décrit, et avec quelle violence, ce qui est en train de se tramer contre lui, l'héritier proclamé au jour des Rameaux. « Ils avaient bien compris que c'était pour eux qu'il avait dit la parabole » (Marc 12,12).
On assiste aussi à des discussions, voire des diatribes : les grands prêtres veulent le coincer. Il profite de la question sur l'impôt dû à César, posée dans le but de le mettre en porte à faux par rapport aux autorités de l'occupant, pour séparer les questions de pouvoir. La religion n'a pas à interférer dans l'organisation de la société. Prenons-en de la graine ! Notre Foi guide nos pas, du moins le voudrions-nous, et nous ne nous coupons pas en deux quand nous agissons dans le monde. Mais nos institutions religieuses, elles, sont là pour soutenir notre Foi, pour nous aider à la mettre en pratique ; leur légitimité s'arrête là, elles ne peuvent pas être un pouvoir qui s'impose à la société, ni un pouvoir en collusion avec le pouvoir civil comme l'était celui des grands prêtres. L'Église est une par la Foi, pas par quelque action sociale ou politique. Quand aux diatribes, l'annonce de la ruine de Jérusalem et de la grande tribulation avec un appel à la vigilance est là pour insister sur toute l'importance de ce qui est en train de se jouer. On est au centre du drame. C'est dans ce contexte si particulier que Jésus revient sur l'essentiel : le premier commandement et le second qui lui est semblable (Marc 12,28-34). Ce cœur du message évangélique, la place de Dieu et celle des hommes qui sont indissociables est donc rappelé en ce moment fondamental où se joue la mission de Jésus.

Enfin, avant le dénouement qui sera la Passion précédée du repas pascal (« ma vie nul ne la prend, c'est moi qui la donne »), se situe l'épisode de l'onction à Béthanie. Luc ne la mentionne pas, il a retenu une autre scène un peu similaire mais dotée d'une autre signification, et Jean la situe juste après la résurrection de Lazare qu'il est le seul à mentionner, avant l'entrée triomphale des Rameaux. Cet épisode insiste sur la place particulière de Jésus, qui accepte ainsi, comme aux Rameaux, l'honneur qui découle de sa situation d'envoyé de Dieu. C'est aussi un épisode qui sépare ceux qui suivent Jésus de ceux qui se mettent du côté de ses ennemis : Judas décide alors de passer de l'autre côté (Marc 14,10). Ce passage nous instruit aussi sur l'usage de l'argent : fallait-il le donner aux pauvres par priorité ? Jésus nous étonne en trouvant préférable de le dépenser en le répandant sur ses pieds ! Il manifeste l'importance de l'attachement à sa personne. Bien sûr l'attention aux autres, et aux plus pauvres, est au cœur de notre vie et implique des actes concrets, mais il ne faut jamais oublier que c'est Jésus qui est au centre et que nous devons être attentifs à sa présence.

Toute cette dramaturgie, très ramassée dans le temps, nous présente un Jésus sûr de lui, de sa mission, qui n'hésite pas à se mettre en avant et à croiser le fer. Il a prêché pendant deux ans, il a annoncé le Royaume, il est temps pour lui de se confronter à l'obstacle : à Jérusalem, chez les scribes et les grands-prêtres. Mais s'il se met ainsi en avant, c'est parce qu'il est l'envoyé du Père. Comme homme parmi les hommes, il est soumis au Père, il n'agit que par le Père, c'est le Père qui agit en lui. Cette période qui va de la Résurrection de Lazare à celle de Jésus est encadrée par cette affirmation que c'est bien le Père qui compte. À Gethsémani et sur la Croix, cela est évident, et plus tard il est bien mentionné que Jésus a été ressuscité par le Père (il ne se ressuscite pas). Mais c'est aussi vrai dans l'épisode de Lazare : « Père, je te rends grâce de m'avoir exaucé... c'est pour la foule qui m'entoure que je parle ainsi, afin qu'ils croient que c'est toi qui m'as envoyé ».
Ainsi les choses sont bien remises en place. C'est comme Messie que Jésus sera condamné, Messie de Dieu. C'est en mettant le Christ ressuscité au centre de nos vies que nous pouvons agir : sa place est centrale, c'est par lui que nous connaissons le Père.

Marc Durand
8 avril 2017

Publié dans Réflexions en chemin

Commenter cet article

salvan 10/04/2017 09:48

Ce Jésus qui monte sur un âne pour bien nous montrer que le seul pouvoir qui compte est celui de l'amour, c'est celui-là qui me fait vivre. Je regrette que la Hiérarchie de l'Eglise est besoin de s'habiller d'or pour nous montrer son pouvoir.J'espère qu'un jour notre religion sera vraiment une religion d'amour et non de culpabilité
Bonne fête de Pâques
ALICE