Démystifier « l’idolâtrie de marché »

Publié le par Garrigues et Sentiers

Parmi les illusions que véhicule actuellement le débat politique, il y a trop souvent l’idée que le vivre ensemble se réduirait à une question de libéralisation maximum des acteurs économiques. Ainsi, des théoriciens de ce libéralisme nous expliquent que « la main invisible du marché » transformerait la recherche égoïste de l’intérêt individuel en vertu publique. Après l'âge théologique, nous devrions quitter celui du politique pour entrer dans le monde de la gestion. Le long travail toujours à reprendre de pensée, de lutte, d'éducation, de spiritualité vers la reconnaissance de la personne comme citoyen responsable irréductible à son clan, sa religion ou sa nation et acteur de fraternité se trouve dévalorisé. L'universalité du bien commun n'étant plus considérée, à travers son expression politique, comme au-dessus des intérêts particuliers, ceux-ci prolifèrent dans d’innombrables stratégies claniques et « lobbyistes ». 

 

La société de la marchandise affiche avec clarté ses convictions profondes. Le jeu production-consommation doit suffire à épuiser la question du sens et de l'espoir qui se décline en « pouvoir d’achat » Non seulement production et consommation des choses, mais vision de soi-même comme quantité marchande à gérer à travers plans de carrières ou plus prosaïquement files d’attente au pôle emploi. Quant à la valeur du temps, les choses sont aussi très claires : « Time is money ».

 

Dans leur ouvrage L'Idolâtrie de marché, Hugo Assmann et Franz J. Hinkelammert, théologiens et sociologues ayant travaillé en Amérique latine dénonçaient, à la fin du siècle dernier, cette réapparition de la religion du destin à travers des impératifs de gestion économique soi-disant incontournables, ce qu’ils appelaient « la religion économique ». La fascination de l'argent produisant l'argent, conçue comme paradigme universel, n'est que la réédition du processus idolâtre contre lequel se sont toujours dressées les résistances spirituelles. Ce dévoiement de l’économie conduit à ce qu’ils appelaient : « la naturalisation de l'histoire. Il s'agit de faire apparaître comme naturel ce qui est le produit historique de l'action humaine » (1) Ils analysaient ainsi cette transformation de la science économique en religion du destin : « En s’arrogeant le rôle de donneuse de solutions, la science moderne a rendu plausible l’adoption, en son nom et comme uniques solutions viables, des réponses qui portent la marque d’un destin assuré et inéluctable. L’absence d’une théorie sociale sur les voies possibles d’une meilleure fraternité entre les hommes – ou l’absence de concepts adéquats de liberté et de bonheur dans le cas des sociétés complexes – a fait que l’on a cherché, en invoquant la rationalité scientifique, l’unique chemin praticable vers la liberté et le bonheur » (2). 

 

Les manifestations de violence et de haine qui accompagnent le mouvement des « gilets jaunes », traduisent une révolte contre cette religion économique du destin. Ceci dit, comme l’exprimait le 6 janvier dernier Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT à l’émission Questions politiques de France-Inter : « il faut arrêter d’être naïfs et irresponsables dans un certain nombre de commentaires. On a en face de nous, pour un certain nombre de « gilets jaunes », des gens qui veulent renverser la démocratie, des gens d’extrême droite et peut-être d’extrême gaucheDès le début j’avais dit qu’il y avait une forme de totalitarisme dans l’exercice de ce mouvement, on y est ! ».

 

Il est urgent d’inventer un art de vivre en société qui ne se limite pas à la coexistence, de moins en moins pacifique, de sinistrés de l’emploi condamnés au chômage, de travailleurs stressés vivant dans la crainte de perdre leur emploi et de rentiers suspendus aux mouvements erratiques des bourses mondiales. Cela suppose que nous démystifions « l’idolâtrie de marché ». 

 

Bernard Ginisty

 

  1. Hugo ASSMANN et Franz J. HINKELAMMERT, L’idolâtrie de marché. Critique théologique de l’économie de marché. Éd. du Cerf, 1993, p. 79.
  2. Ibid., p. 139.

Publié dans Réflexions en chemin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Françoisjean 16/01/2019 17:47

« Nous ne sommes pas entendus…Nous sommes méprisés… »
« Pourtant, la médecine est pratiquement gratuite…l’école aussi…etc »
L’état dépense, mais c’est inefficace ! Pourquoi ? Pourquoi la médecine est-elle en crise ? Pourquoi les enseignants sont-ils frustrés ?...
On pourrait multiplier à l’infini ce catalogue un peu simpliste.
Pourquoi, l’égalité est-elle impossible à atteindre ; malgré les efforts significatifs qui sont faits ? Pourquoi cela se traduit-il par des déclarations péremptoires voire contradictoires ?
Peut-être que de naviguer sans boussole conduit à une errance infinie. Quelle peut-être la boussole ? Dieu ? Non, il y a longtemps que ce dieu, image de l’homme a fait long feu, surtout depuis qu’il s’est illustré, par exemple à Auschwitz.
Alors ; il me semble qu’il reste une option : l’Homme.
Quelle Homme voulons-nous construire ?
Cette question évoque, pour moi une consultation médicale. Pour le cardiologue, le cœur malade est responsable de tout. Soignons le et tout ira bien…mais...le patient tousse…aye aye aye, c’est le poumon, vous dis-je : - Clysterium donare,Postea seignare,Ensuitta purgare…et tout un arsenal thérapeutique plus ou moins couteux est mis en place, jusqu’à ce qu’un « innocent » découvre que ce pauvre patient venait de perdre sa dignité : le Corps est UN et réagit en conséquence.
Déjà, en 1972, devant Paul VI et la curie rassemblée pour l’occasion, Maurice Zundel essayait de répondre à la question : « QUEL HOMME ET QUEL DIEU ?», en prêchant la retraite de carême au Vatican.
« …Il est urgent …nous démystifions « l’idolâtrie de marché ». Pour quel Homme ? Celui qui, créé, n’a qu’une ressource, adorer un pharaon céleste, image d’un des pharaons terrestres, qui avachi sur son stratocumulus, se complait en lui-même…ou Celui qui, au centre de la Fécondité Divine, construit un monde basé sur la Pauvreté de l’Esprit, sur la Connaissance de l’Autre basée sur le Pardon, sur l’égalité des Personnes basée sur l’Amour…Utopie ? Eh oui, elle est trahie depuis près de 20 siècles !

Didier LEVY 10/01/2019 16:52

Qu'il est rare de lire un écrit qui apporte un démenti aussi pertinent à la religion économique (le "tout-marché" si bien désignée ainsi). Qui renoue avec la notion de volontarisme économique complètement occultée par quatre décennies passées dans la soumission au dogme de la bienfaisante rationalité de la main invisible du marché. Du libre jeu de la concurrence appliquée à toute activité humaine. Sans restauration de ce volontarisme économique, dirigée au profit d'un projet de société démocratique, et donc égalitaire,et solidaire,, jusqu'où ira - et à quelle allure - la fracturation du corps social et la dislocation de l'idée républicaine de nation ?