Une question à résoudre : quelle résolution le Jour de l'An ?

Publié le par G&S

Il existe de fausses et d’authentiques résolutions.

Les premières sont prises sous l’effet mortifère d’un attachement légaliste aux exigences éthiques de l’Écriture. Elles sont le fruit d’une illusion fondamentale, dans la droite ligne du péché d’Adam : croire que le salut surgit de la fidélité scrupuleuse à la loi et doit être conquis par ses propres forces.

Au lieu et place de ses vaines résolutions viennent les « résolutions » de l’Esprit.

Celles-ci font trouver un juste rapport à la loi, celui auquel le Christ invite dans le sermon sur la montagne (Matthieu 5-6). Ni déni pervers, car, dit Jésus, je ne suis pas venu abolir la loi, mais l’accomplir (Matthieu 5,17), ni soumission légaliste dont le fruit est l’hypocrisie. Mais, dans l’Esprit, percevoir que la loi est, en son fond, habitée par l’exigence du respect sans conditions de tout homme, et vivre en fonction de cette perception.

Il faut avoir été témoin de conversions pour réaliser combien il n’y a rien de commun entre la volonté quêtant, seule, la perfection, et la volonté qui se laisse mener par l’Esprit.

La première est prise dans un courant qui accroît sans cesse tensions et dépits. La seconde est portée par le courant de la joyeuse insouciance de qui se sait sauvé et animé par l’amour d’un Père bien aimant, dont la loi est bienfaisante.

Xavier Thévenot, S.D.B.

Théologien et auteur spirituel, Xavier Thévenot († 2004), prêtre salésien de don Bosco, a enseigné la théologie morale à l’institut catholique de Paris.

Il aimait définir la morale comme « ce à quoi le genre humain s’oblige quand il veut donner un sens à sa vie »

 

Publié dans Fioretti

Commenter cet article