Tous Saints

Publié le par G&S

Les « Saints » (les sanctifiés) sont les chercheurs de Dieu et les libres accueillants de l’Esprit qui les structure aujourd’hui dans l’un, l’autre, ou plusieurs mystères de la Vie du Christ. Leur seul privilège est d’être gratuitement les serviteurs de tous. Ils veillent à n’encombrer personne mais à promouvoir tout le monde à la manière de Jésus : le Messie désarmé, le frère universel.

Les « Saints », tamponnés ou non, mettent en œuvre ce qu’ils reçoivent de Dieu par différentes médiations temporelles. Ce sont des combattants de la douceur. Ce sont des guerriers de la paix. Ce sont des hommes et des femmes du « paradoxe ». Ils affrontent les contradictions qu’ils portent en eux mêmes ou qui les environnent. Ils ne se troublent pas et vivent et les obstacles sociaux et les pièges de la division.

Les « Saints » sont créateurs, à la manière de Dieu Source qui rend source, c’est dire qu’ils sont sans cesse à l’initiative. Vu à partir de la terre, Dieu est toujours au commencement. Tous les amis de Dieu sont comme lui, sans cesse, sans désemparés, ils offrent, ils relancent, ils font confiance, ils délèguent, ils cherchent des collaborateurs pour créer ensemble de la justice, de la miséricorde et de la paix.

Les « saints » n’ont pas besoin de beaucoup d’argent, car comme le Christ, ils payent de leur personne. Ils ouvrent sur terre des chemins qui vont au ciel. Ils tracent des voies aussi bien dans les épineux que dans les déserts.

Les « Saints » actualisent dans l’histoire du monde la bonté de Dieu. Ils incarnent la relation Trinitaire qui est hors du temps et ne se dégrade jamais. Ils ne fracassent pas leurs ennemis, ils les désarment en priant pour eux et en ne les ‘humiliant’ pas. Si possible (et c’est presque toujours possible) ils cherchent avec eux à être des artisans pour pétrir le pain du réconfort.

Les « Saints » marient l’éternité et le temps. Leur souffle n’est pas tempête mais vent favorable qui fait avancer les bateaux dirigés par les humains. Ils partent sans carte, ils découvrent le cap par l’adoration qui leur sert de boussole. À bord, tous les marins sont égaux et solidaires, ils vont ensemble au port. À un moment ou un autre, tous sont appelés à tenir la barre.

Les « Saints » ne répugnent à aucun moyen pour vivre le pardon. Ils n’ont jamais ‘honte’ de leurs défauts, ils luttent contre et parfois les amoindrissent. En tous les cas ils sont les adeptes de l’aveu et de la conversion. La porte de chez eux est grande ouverte à ceux et celles qu’ils aiment et aussi à ceux et celles pour lesquels ils n’ont pas beaucoup de sympathie. La parole circule autour de la table ou ensemble ‘on’ se nourrit pour prendre des forces et agir en commun afin de répondre aux besoins actuels des humains qui leur sont proches.

Les « Saints » sont Corps du Christ, ils se maintiennent en « bonne Santé » pour bien servir leur époque. Ils font tout pour persévérer sans fatigue et à plein rendement. Ils durent mais ne s’épuisent pas. Ils ne sont pas des « fulgurants » mais des lumières douces qui éclairent les situations obscures.

Les « Saints » veillent à finir d’une manière ou d’une autre ce qu’ils ont commencé. Ils creusent leur sillon jusqu’au bout tout en admettant que dans les champs de Dieu, d’autres font d’autres labours pour d’autre semaisons et d’autres récoltes. Ils n’ont pratiquement pas de concurrents mais des alliés qui agissent d’une manière différente. Ils ne sont jamais jaloux des autres, il leur suffit que l’on prenne soin des pauvres et que les prisonniers retrouvent dignement leur liberté.

Les « Saints » se réjouissent de constater que le bien progresse, qu’importe qui le fait pourvu qu’il se fasse. Tout ce qui va dans le sens d’un mieux être des personnes et de la société les rend heureux et nourrit leur action de grâce. Le temps qui coule ne les affole pas pourvu que l’ensemble des humains puisse aller vers sa plénitude.

La Sainteté déborde du cœur de Dieu, elle irrigue la terre et la façonne. Dieu fait confiance aux humains pour qu’ils soient des bons administrateurs et se respectent les uns les autres. Ils sont tous, baptisés ou non, des gérants appelés à être honnêtes pour se valoriser les uns les autres et entretenir avec précaution leur planète commune. Tous sont appelés à vivre dans la concorde et l’égalité. Cette sérénité s’appelle aussi laïcité. La réciprocité de respect engendre la grandeur féconde de tous c’est ce que les chrétiens appellent la Gloire de Dieu, ils sont heureux d’y participer pour leur part.

Christian Montfalcon

Publié dans Réflexions en chemin

Commenter cet article

Albert Olivier 04/11/2013 18:35


Chère Fanfan,


J'aime bien le contenu de votre commentaire n°2 et cette communion de « frères et sœurs, du plus indigne pécheur au plus notable »(vous n'osez pas écrire "au plus saint"
?). Je suis d'accord aussi avec ce que vous dites sur ce qu'est ou n'est pas la sainteté. Mais vous écrivez : « … l'important n'est pas ce
que l'on dit mais ce que l'on fait ». Et plus loin : « … Nous voulions savoir qui sont les bons et qui sont les mauvais….c'est évident, la réponse nous échappera toujours, et plus
encore, elle ne nous regarde pas ».


Ne posez-vous pas ainsi, volontairement ou non, un dilemme "moral"  ? Doit-on être jugé sur ce que l'on fait ? Mais s'il n'y a pas des bons (ceux qui font bien) et des
mauvais, ou plutôt, pour respecter les personnes dont on ne peut sonder les cœurs, comme vous nous y invitez à juste titre : s'il n'y a pas de bien et de mal, ce que l'on fait a-t-il encore
quelque importance ? On n'est pas loin d'un quiétisme, sympathique, mais difficile à gérer … pour les pécheurs que nous sommes tous.



Albert Olivier
 

fanfan 02/11/2013 17:22


"Aujourd'hui, jour de la  Toussaint, tu nous dis, Seigneur,que l'important n'est pas ce que l'on
dit mais ce que l'on fait.Tu nous dis que ceux qui te ressemblent ne sont pas forcément ceux qui en ont l'air.   Tu nous dis enfin qu'à tes yeux nous sommes tous à Egalité  car nous sommes tous tes enfants, tous frères et sœurs, du plus indigne pécheur au plus
notable.Nous voulions savoir qui sont les bons et qui sont les mauvais….c'est évident, la réponse nous échappera toujours, et plus encore, elle ne nous regarde pas. "


Ces mots d'une prière anonyme nous rappellent que la


Sainteté n'est pas d'abord une qualité de vie exceptionnelle,c'est une qualité de naissance comme fils et filles de Dieu.La sainteté est une qualité divine qui transparaît
dans ses enfants, plus ou moins clairement.La sainteté que Dieu donne fait la différence entre le devenir d'une petite poussière de l'univers soumise aux lois de la nature et 
l'accoutumance à une vie éternelle fondée sur l'amour.


La sainteté humaine n'est jamais parfaite, elle n'est jamais éteinte non plus.Elle est à raviver sans cesse, en fidélité à celui qui nous l'a donnée, qui est tout autre que nous, mais qui s'est fait semblable
à nous pour que nous
devenions semblable à lui.


Texte
"emprunté" à  une feuille paroissiale ; c'est le  mot du prêtre modérateur de cette paroisse pour offrir à l'ensemble des paroissiennnes et des paroissiens  ses voeux de Bonne Fête
de la Toussaint.


(Pcc)fanfan

Francine Bouichou-Orsini 02/11/2013 12:08


En cette belle  fête de Toussaint, nous célébrons la beauté de notre vocation : tous appelés à la sainteté, non en raison de nos mérites, mais en fonction de la réponse que
nous pourrions librement offrir à la proposition  aimante du Père.
Accepter de renaître, afin de devenir effectivement enfants de Dieu, en se conformant, toujours davantage, aux exigences requises de sainteté, comme l’Esprit nous y invite.
Loin  d’être d’un d’ordre strictement individuel,  cette aventure nous introduit dans une histoire et un espace élargis : notre marche est commune à tous les enfants de
Dieu : des Apôtres à nos contemporains ; une foule  immense, les vrais vivants du passé, du présent, en marche vers l’éternité…