Touchée ! Coulée !

Publié le par G&S

Touchée ! Coulée !

Ces mots enfouis dans la mémoire de mon enfance, (qui n'a jamais joué à labataille navale ?) font ce matin irruption dans ma vie d'adulte. Un livreur se tient devant moi, tenant à bout de bras une superbe composition florale.

Porte refermée, surprise passée, j'ouvre la carte associée et cinq petits mots m'atteignent en plein cœur : « Je t'aime ma Nathalie cassée ».

TOUCHÉE/COULÉE, engloutie dans les flots de l'amour, de la tendresse. Aucun mot, aucune pensée. Je suis anéantie. Seul, un léger ruissellement sur mes joues signe que l'océan qui m'a aspirée laisse échapper le trop plein que ma poitrine ne peut contenir.

Toi, que les périples de ta vie ont rendue si proche de ceux qui sont cassés, brisés et laissés pour compte sur le bord de la route, tu me rejoins et j'accepte de monter sur ta monture pour connaître l'auberge de l'amitié, de la fraternité.

En ces instants je souhaiterais que ce dernier mot soit féminin. Tant de sœurs éclairent ma route depuis ces dernières semaines. Mais je veux laisser en sommeil la réflexion pour que la pensée n'entrave pas la douce sensation qui lentement m'envahit.

Le soleil est haut, la climatisation rafraîchit la pièce et cependant je fonds. Je m'enfouis, je m'enfonce dans le moelleux et la chaleur d'un amour à la fois si proche et si lointain. Le serpent du jardin d'Éden, le Dragon aux sept têtes qui sommeille en chacun d'entre nous aurait-il vraiment le sang froid ? Je ne sais. Mais ces belles orchidées blanches réchauffant toutes les fibres de mon être révèlent à mon cœur toute la chaleur d'un geste d'amour.

Geste divin parce que pleinement humain, geste qui élève, geste qui relève, geste qui enlève auprès de l'Amour.

Le « tu n'aurais pas dû » viendrait étouffer le feu qui m'embrase désormais. J'écrase donc du talon ces mots qui s'enfoncent alors dans la poussière de la terre. Et le ciel s'entrouvre parce que des paumes se présentent à lui et accueillent l'offrande que des mains fermées refuseraient. Le ciel s'entrouvre parce ce que du cœur jaillissent des mots que la pudeur ou l'éducation retiennent trop souvent prisonniers.

Nous fêtons en ce jour, Marie enlevée au ciel. À l'instar du cosmonaute qui lancé dans l'espace s'éloigne de plus en plus de la terre, Marie accueillie au ciel se rapproche de notre humanité.

Le ciel de Dieu n'est pas dans les étoiles mais dans le cœur de ceux qui aiment.

« Heureuse es-tu, toi qui a cru que la Parole de Dieu s'accomplira » Tu nous montres dès ici-bas les portes du ciel.

Heureuse es tu, toi aussi qui crois en l'Amour, tu emboîtes dès ici-bas les pas de Celle qui guide les nôtres.

Heureuse es tu, toi aussi qui sais réchauffer les cœurs transis et leur redonner vie.

Heureuse es tu, toi aussi qui te rends proche de ces familles qui viennent au camion pour un verre d'eau ou un bol de soupe. Qu'importe la température du breuvage, il possède la chaleur de celle qui l'offre et procure le même bien être.

Je m'octroie le droit de goûter cet instant qui imprime en ce jour son pesant d'éternité dans la contingence de mon présent.

Ciel et terre en ce jour de l'Assomption vibrent à l'unisson.

Osons nous « laisser prendre » par l'Amour aujourd'hui et pour toujours.

Nathalie Gadéa
15 août 2013
 

Commenter cet article

Guès 19/08/2013 10:10


On voudrait pouvoir exprimer notre amitié de cette façon! il est vrai que ce ne sont pas de grandes phrases avec un vocabulaire choisi hors du dictionnaire qui nous touchent le plus mais les mots
tout simples employés par le commun des mortels.


La cassure dans la santé rejoint la cassure des laissés pour compte sur le bord de la route et toutes les cassures dans la vie de chacun. Comme cette communion fraternelle est ressentie par la
personne qui écrit ce mot "cassée"!


Mais j'espère que la cassure se ressoude peu à peu et que bientôt elle ne sera plus visible comme je le souhaite pour toutes les cassures du monde.


Christiane Guès

Albert Olivier 19/08/2013 08:46


 


Seule une personne qui sait ce qu'est aimer, qui en vit,  peut parler ainsi de l'amour. Indispensable Nathalie !

Florence 18/08/2013 21:39


C'est fou comme chaque mot de ce texte m'a touchée ! au plus profond de moi ! Ces mots ce sont coulés en
moi, en mon coeur pour ne faire qu'un avec lui. Ils n'ont pas coulé pourtant, même s'ils y sont ancrés profondément ! ils ne m'ont pas "coulée" non plus mais au contraire, m'ont donné envie de ne
pas me noyer dans les petits tracas du quotidien qui ne sont que futilités et de faire remonter à la surface le plus beau des sentiments qui soit : tout l'Amour que j'ai en moi, tout cet Amour
que Dieu m'a offert et que j'oublie trop souvent de partager avec mon prochain...


Car en effet, "le ciel de Dieu n'est pas dans les étoiles mais dans le coeur de ceux qui aiment". Alors,
faisons rayonner des milliers de soleils et briller des millions d'étoiles chaque jour en illuminant tous les coeurs de la Terre !



fanfan 18/08/2013 16:37


Bonjour Nathalie,
Que voilà une amitié chaleureuse qui est venue vous cueillir en ce 15 août fête , pour la Chrétienté,de l'Assomption de Marie. A votre façon vous avez "assomptionné" en recevant ce témoignage
d'amitié fidèle .
Car assomptionné c'est "être élevé(e)".
J'y vois deux sens..être soulevé(e) de terre et dans votre sitaution quel symbole!


mais aussi c'est une éducation:" être élevé(e)" de belle façon.Vous voilà l' élève à qui se révèle le mystère d'un sentiment qui touche le divin: l'Amitié -l'Amour dans tout ce que cela a de plus
noble et de plus proche c'est "du coeur à coeur" que l'on vous a offert à travers cette composition florale.
Soyez bénie Nathalie pour cette Amitié reçue , elle vous est offerte pour l'Amitié que vous donnez autour de vous sans compter.


.Et je vous souhaite de vous rétablir le plus vite possible...de tout coeur
fanfan

Robert Kaufmann 18/08/2013 16:07


Pour le coeur, nous devons tous avoir, du moins dans un petit coin caché, ce petit vibrato.


Mais pour la sensibilité et le talent de poêtesse, nous voudrions savoir l'exprimer ainsi !


RK