Rupture entre Nicolas Sarkozy et les catholiques ?

Publié le par G&S

Olivier Bobineau, chercheur au groupe Sociétés-Religions-Laïcités,
maître de conférences à l'Institut catholique et à Science-Po Paris
revient sur les conséquences pour le président de la République
des propos du pape et de plusieurs dignitaires catholiques
sur sa politique d'immigration.

Olivier-Bobineau.JPGEn quoi ses propos peuvent-ils être la raison d'une rupture entre Nicolas Sarkozy et son électorat catholique ?

- Deux choses doivent être bien identifiées : l’électorat catholique de droite, d'une part, et la tradition de l'Église catholique française et sa conception de l’immigration, notamment depuis Vatican II, d'autre part. L’Église catholique a toujours pratiqué et théorisé, au regard de ses textes sacrés, l’accueil de l’étranger, de la veuve et de l’orphelin. De ce fait, elle refuse toutes politiques discriminatoires. Pour elle, il s'agit d'un non-respect du 1er commandement biblique (amour du prochain) et du 1er commandement évangélique (amour de celui qui est différent, voire même de l’ennemi). Ainsi dans les années 1970-80, l’Église a réfléchi à ce qu'est la France : une grande terre d’immigration.

C'est pourquoi il existe des pastorales – des politiques défendues par des prêtres – notamment sur l’immigration au niveau du diocèse mais aussi au niveau des paroisses, ouvertes aux migrants. L’accueil de l’étranger se décline au niveau des différentes instances catholiques.

Pour l'Église catholique, l’accueil de l’étranger est garanti par les textes sacrés, que ce soit par l'Ancien ou le Nouveau Testament. Elle a donc le devoir d’accueillir concrètement (en acte et en vérité) l'étranger.

 

Est-ce que cette intervention de l'Église dans le débat est une chose nouvelle ?

- Je me souviens de prises de positions antérieures de l’Église catholique, particulièrement contre les lois Pasqua en 1986. Louis-Marie Billé, archevêque de Lyon, avait alors rédigé des textes très réprobateurs sur la politique migratoire du gouvernement de l'époque et les lois Pasqua. Cela avait déjà créé la surprise à l’époque, et pourtant il ne s'agissait pas non plus d'un fait inédit.

Il existe une vraie tradition : l'étranger c’est le symbole de Dieu, Abraham c’est le Rom, l’arabe… Pour l'Église catholique, la foi est un pèlerinage. Il y a un argument spirituel et théologique : on est en chemin, on est en recherche. À ce titre là, on ne peut exclure personne.

Le président Sarkozy a commis une erreur. L’Église catholique ne va pas changer pour autant.

Il semble donc qu'est en train de se produire une fracture entre un électorat de droite libéral et un électorat de droite catholique, particulièrement sur trois thèmes : prison, étranger, pauvreté. Sur ces points, les électeurs catholiques de droite ont davantage de points communs avec des gens de centre gauche qu’avec des gens de droite. Sur ces sujets, il y a un désaccord de fond car il s'agit d'un désaccord de foi.

 

Un sondage réalisé auprès de l'électorat catholique indiquait en 2009 que 61% d'entre eux étaient satisfaits de la présidence de Nicolas Sarkozy, en 2010, ils ne sont plus que 41%. Qu'en pensez-vous ?

- Irrémédiablement, quand un gouvernement s’attaque à une des trois grandes figures de l’Église catholique (prêtre, étranger, famille), il y a dissension. Dans ce cas, Nicolas Sarkozy n'a pas de politique familiale forte (moins forte que celle prônée par Ségolène Royal par exemple). La figure du prêtre a été mise à mal avec les derniers scandales (pédophilie) même si ce n'est pas la faute du gouvernement et, enfin, concernant l’étranger, Sarkozy s'est trop rapproché d'un certain discours proche de l’extrême-droite.

Par ailleurs, la privatisation, la peopolisation à laquelle s'est livré le chef de l’État va de pair avec le capitalisme alors que l’électorat catholique de droite n’est pas capitaliste même s'il est libéral. Le chef de l'État doit être "institué" alors que Nicolas Sarkozy s'en prend au signifiant – l'amour de l'autre - et au signifié – la fonction. Comment Nicolas Sarkozy pourrait correspondre au message catholique ?

Ainsi, lorsqu'un chef d’État n’incarne plus la condition du chef de l’État et que l’institution n’est plus respectée, clairement on se sépare.

 

Bruno Le Maire a rappelé le principe de séparation de l'Église et de l'État. Mais cela n'est-il pas un peu déplacé après le discours de Latran de Nicolas Sarkozy en 2007 ?

- La toile de fond est que dans une société laïque l’Église et l’État sont séparés, mais l’État ne peut pas édicter une morale, encore moins des normes religieuses (Cf. le livre Le religieux et le politique, Douze réponses de Marcel Gauchet, aux éditions Desclée de Brower). Cependant, il y a un autre élément qui est la société avec des individus qui ont, eux, une morale. C'est pourquoi, quand l’État vote des lois, elles ont inévitablement une portée morale et éthique sur la société (bioéthique, immigration...). L’État ne peut plus faire sans les réflexions morales et politiques. Il ne faut pas oublier que ce sont les individus qui élisent l’État en fonction de leurs valeurs. Le gouvernement ne peut pas ignorer les valeurs des individus même si elles ne constituent pas le cœur de la constitution de l’État. Il y a un débat des valeurs.

Dans les années 1980, il y a un retour des Églises (Mitterrand va créer un comité national d’éthique), parce que tout le monde partage cette analyse : l’État est neutre mais il faut tout de même conseiller l’État.

Mais, finalement, Nicolas Sarkozy a été plus loin puisque c'est lui qui a créé le concept de laïcité positive. Cela signifie que les institutions conseillent mais elles peuvent aussi intervenir, coopérer.

Ce qui se passe depuis quelques jours constitue un retour de bâton. En effet, l’Église catholique intervient (Cf. le livre de Nicolas Sarkozy intitulé La République, les religions, l'espérance publié en 2004) mais cette coopération comprend des désaccords possibles et l’expression de ces désaccords. Concernant les Roms, le gouvernement touche à des étrangers qui, de plus, sont pour beaucoup chrétiens ; c’est dire qu'il attaque l’un des fondements du coopérateur, l'Église.

 

Que peut-il se passer pour les élections à venir si la rupture avec l'électorat catholique de droite est effectivement consommée ?

- Cet électorat sera toujours à droite, mais si le président ne change pas de politique il ne votera pas ou plus Nicolas Sarkozy. Cet électorat peut voter pour un autre candidat de droite, pour un candidat du centre voire pour Dominique Strauss-Kahn. Celui-ci n'a pas l'image anticléricale que peuvent avoir certains autres hommes de gauche. Il faut rappeler notamment le débat qui avait eu lieu entre Dominique Strauss-Kahn et Nicolas Sarkozy sur France 3 il y a quelques années lorsque celui-ci avait permis au socialiste de s'emparer du thème de la défense de la veuve et de l'orphelin.

Article paru sur Nouvelobs.com
sous le titre La politique sécuritaire de Sarkozy, une rupture avec son électorat catholique ?

Publié dans Signes des temps

Commenter cet article