Retour vers l’Arbre de Vie

Publié le par G&S

L'épisode des disciples d'Emmaüs (Luc 24,13-33) est un « midrash » du Jardin d’Éden, comme le dit René Guyon dans son article Chemin d’Emmaüs, chemin d’Éden… Mais on peut aller encore plus loin. C’est ce « plus loin » que je vous propose.

René Guyon fait le parallèle entre le chapitre 3 de la Genèse et le récit des compagnons d’Emmaüs et il a tout-à-fait raison.

L’arbre de la Connaissance et l’arbre de Vie sont des « arbres-fruits » où tout est bon à manger donc beaucoup plus importants que les arbres dont seuls les fruits sont bons à manger.

Adam et Ève mangent du fruit de l’arbre de la Connaissance : « Alors leurs yeux, à tous deux, s’ouvrirent et ils connurent qu’ils étaient nus » (Genèse 3,7). Par contre, ils ne mangent pas du fruit de l’Arbre de Vie et donc ils restent mortels. Dieu leur en barre la route. Et ils sont obligés de quitter le jardin d’Éden et de partir vers la civilisation.

Toute la différence avec Emmaüs est là : les deux compagnons, eux, ne partent pas. Ils repartent d’eux-mêmes sans se sentir contraints. Ils refont le chemin inverse. Ils repartent donc vers le jardin d'Éden et, donc, vers l'Arbre de Vie c'est-à-dire vers le Royaume de Dieu et la Vie Éternelle tout en repartant vers eux-mêmes car, pour eux, c'est un nouveau départ.

Les compagnons d’Emmaüs mangent le pain de la fraction et bénédiction du pain de la deuxième multiplication des pains dans Marc (8,1-9) et Matthieu (15,32-38). C’est celle des 7 pains et des 7 corbeilles, nombre deux fois le même pour signifier l’Ancienne et la Nouvelle Création.

« Leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent ».

Et ils repartent. Ils ont mangé ce pain, fruit de l’Arbre de la Connaissance : ils ont reconnu Jésus, sa personne, son message. Mais ils n’ont pas encore mangé le pain fruit de l’Arbre de Vie. Ils n’ont pas encore la vraie Vie en eux. Ils repartent vers cet accomplissement total en eux, en allant vers les apôtres, vers la première Communauté Chrétienne.

Ils viennent seulement de retrouver le chemin du Jardin d’Éden. Jésus vient, par la fraction du pain d’en fracturer la porte interdite jusqu’ici, par Dieu, aux humains.

Ces deux compagnons ont tout le chemin à refaire pour devenir vraiment Chrétiens : manger, cette fois-ci, le pain-Corps du Christ, vrai fruit de l’Arbre de Vie, vivre de la Parole et témoigner de leur nouvelle foi.

Ce chemin, ils le refont en pleine nuit. Ce n’est donc pas la facilité qui les attend, mais ils « repartent » avec la lumière de la Connaissance en eux.

La deuxième multiplication des pains manquait dans Luc. Elle se trouve là dans le pain de la Connaissance, dans cette nouvelle Création qui vient de se faire. Plus tard, Cléopas et sa compagne (cette fois, je suis sûre qu’il s’agit d’une femme) mangeront tous deux le « Pain de la Vie » celui qui, selon Saint-Jean, donne la Vie Éternelle.

Christiane Guès

Commenter cet article