Le camp de Dieu

Publié le par G&S

Notre Dieu a choisi son camp,

      Et c’est celui des Hommes.

Où trouver ce grand artisan

    Qui bâtit le Royaume ?

Est-ce en ville, ou dans les palais

    Des princes qu’on Le cherche ?

Le voici, comme nouveau-né,

    Couché dans une crèche.

 

Notre Dieu a choisi son camp,

    Chez les pauvres Il s’invite.

Où Le voir, cultiver le champ

    Du pain qui ressuscite ?

Est-ce en banque ou dans les festins

    Qu’Il a dressé sa table ?

Le voici, Marie tient sa main,

    Il dort dans une étable.

 

Notre Dieu a choisi son camp,

    Celui de la tendresse.

Où sentir l’Amour différent

    Brûler notre faiblesse ?

Est-ce au froid ou dans les discours

    Qu’Il tient tous ceux qui pleurent ?

Le voici qui fait le détour,

    Il prend chair, et demeure.

 

Notre Dieu a choisi son camp,

    C’est celui des victimes.

Où Le voir qui prend corps souffrant

    Et détresse illumine.

Est-ce en guerre ou chez les bourreaux

    Qu’Il a planté sa tente ?

Le voici, pendu au poteau

    De nos raisons violentes.

 

Notre Dieu a choisi son camp,

    C’est la Joie de la terre

Où aller, tant qu’il en est temps,

    Pour rencontrer nos frères ?

Est-Il là, dans nos armements

    Et dans nos territoires ?

Le Voici tout petit enfant,

    La Paix dans notre Histoire.

 Ymraf à Nice

 

 


Publié dans Fioretti

Commenter cet article