Devoir de vacances (5) : Ma Paroisse

Publié le par G&S

Croix-pour-livre-4.jpgJe n’ai pas de paroisse ou plutôt j’ai un espace de vie chrétienne qui fonctionne comme une paroisse. C’est ma paroisse d’élection.

J’ai adopté Saint-Luc il y a très longtemps à une époque où aucune vie paroissiale ne me convenait. J’y suis venue un peu par hasard et j’y suis restée.

Finalement, c’est Saint-Luc qui m’a adoptée.

Comme ailleurs, le nombre de fidèles se réduit de plus en plus mais cela contribue à nous sentir plus proches les uns des autres, à nous entraider davantage dans les tâches à accomplir, à accueillir le nouveau (ou la nouvelle) venu(e) avec beaucoup de joie, ce qui contribue à remplir une des rubriques de notre charte : « Saint-Luc, une église de l’accueil ».

Tout n’y est cependant pas idyllique. À l’instar de la première communauté chrétienne qui vivait, en son sein, de nombreuses difficultés, la fraternité ne se déroule pas toujours comme il le faudrait. Mais Saint-Luc finit toujours par retomber sur ses pattes.

Cette petite paroisse d’élection (car ceux et celles qui viennent à Saint-Luc ont aussi fait le choix d’y venir) est entièrement entre les mains des laïcs. Le prêtre est un dans la communauté. Il fait partie du conseil. Il préside l’Eucharistie mais il ne dirige pas. Il est avec nous pour nous accompagner.

En 2008 nous avons fêté les 40 ans de notre communauté et lancé un colloque sur la coresponsabilité prêtres/laïcs nous ouvrant ainsi plus largement, non seulement, au secteur mais aux autres paroisses qui vivent plus ou moins bien cette coresponsabilité.

Des temps de prière, des conférences, des cycles de formation ont lieu et un dimanche matin par mois, un ptit déj nous réunit autour d’un sujet soit religieux, soit philosophique, soit d’actualité. Chacun lance son sujet et nous votons. Le sujet qui détient le plus grand nombre de voix est retenu pour l’échange.

Les liturgies se pratiquent en alternance sur les 4 ou 5 samedis du mois. Premier samedi du mois : partage de vie – deuxième samedi : homélie par le prêtre – troisième samedi : partage d’Évangile sur les textes prévus pour la célébration – quatrième samedi : Méditation sur les textes par un laïc de la communauté. S’il y a un cinquième samedi celui-ci fait l’objet d’une mini assemblée générale.

À Saint-Luc nous pratiquons les baptêmes, les enterrements. Il existe aussi une catéchèse mais celle-ci manque actuellement d’enfants.

Saint-Luc a tout un passé qui est relaté dans un livre que nous avons composé et intitulé : «La communauté Saint-Luc : Un visage d’Église à Marseille » dont il doit nous rester encore quelques exemplaires.

Que sera notre avenir ? Il sera sans doute tributaire du reste de l’Église car il faudrait des centaines de Saint-Luc de par le monde pour que l’Église aille un peu de l’avant.

Nous nous consolons en nous disant que l’Église a démarré avec une douzaine de personnes. Mais nous n’avons plus à faire à l’entourage des apôtres qui était totalement ignorant de la nouveauté du message Évangélique.

Aujourd’hui nous avons à faire à des gens en désaccord avec l’Église et qui l’ont quittée sur la pointe des pieds ou encore à leurs descendants, lesquels de près ou de loin ont dû assumer le rejet de l’Église par leurs parents. Cela veut dire qu’aucun d’eux n’est prêt à remettre les pieds dans une église.

Verrons-nous la fin de toute forme de paroisse ?

Saint-Luc reste ouverte à la créativité et tant que nous pouvons créer il y a un espoir d’avenir. C’est ce que je crois.

Christiane Guès

[Notre de la rédaction de G&S] Saint-Luc est la paroisse où est né le blog Garrigues et Sentiers en novembre 2005 ; que ses membres soient ici encore remerciés pour leur hébergement et leur soutien. Leur enfant se porte bien.

Publié dans Signes des temps

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article