Les jeunes, des exemples stimulants pour les adultes !

Publié le par G&S

Dans la carte de vœux qu'il a adressée à la planète,
le Pape demande aux nouvelles générations d'aller
« à contre-courant » et de rejeter « les fausses solutions ».

C'est un peu la carte de vœux adressée par Benoît XVI à tous les habitants de la planète. Plutôt une lettre à vrai dire, un « message » pour la Journée mondiale de la paix, le 1er janvier. Le Vatican la rend toujours publique mi-décembre. Mais cette année, en pleine crise globale, c'est un optimiste à toute épreuve qui écrit.

Benoît XVI exhorte ses contemporains à « ne pas se laisser abattre par les tribulations » et « à considérer l'année 2012 avec cette attitude confiante ». Malgré « le sentiment de frustration » né de la crise et la « chape d'obscurité » qui l'accompagne. Estimant que ce malaise général est particulièrement sensible chez « les jeunes », c'est à eux qu'il dédie ce message 2012. Il appelle donc les aînés et les responsables à savoir « valoriser » les jeunes générations, au titre même d'un « devoir fondamental de toute la société ».

Toute la question étant de savoir si l'on veut encore « communiquer aux jeunes une appréciation positive de la vie », assure Benoît XVI qui a été marqué cette année – il se réfère, sans le nommer, au printemps arabe mais aussi aux JMJ de Madrid – par le désir des jeunes générations de « pouvoir regarder l'avenir avec une espérance fondée ».

Recettes classiques

Ces désirs sont connus : accéder à une bonne formation, « former une famille », « trouver un emploi stable », « participer au monde de la politique, de la culture et de l'économie pour construire une société ayant un visage plus humain et solidaire ». Mais ces désirs, évidents vendredi, ne vont plus de soi aujourd'hui. Ce qui pousse l'Église à lancer cet appel de « confiance » vis-à-vis des jeunes afin de ne pas briser leur « élan vers un idéal ».

Les recettes proposées par le Pape sont classiques. Mais il place l'éducation comme une priorité pour former « à la vérité, à la liberté, à la paix ». Priorité pour les sociétés : en offrant par exemple des lieux de formation qui « ne soient pas en contradiction avec leur conscience et leurs principes religieux ».

Priorité dans les familles : le Pape suggère que l'on « passe plus de temps ensemble », cultivant le temps, un « bien précieux », entre parents et enfants, contre les « rythmes de vie frénétiques ». Car les jeunes, affirme-t-il, ont plus besoin de « témoins authentiques » que de « dispensateurs de règles et d'informations ».

L'objectif est de faire acquérir aux jeunes un « juste usage de la liberté » et d'atteindre la paix – « qui n'est pas seulement l'absence de guerre » – en luttant contre le « relativisme qui en ne reconnaissant rien de définitif ne laisse comme ultime mesure que son propre moi avec ses désirs, et sous l'apparence de la liberté devient une prison pour chacun ». Et en refusant que la « valeur et la dignité de la personne et ses droits » soient subtilement remplacés par le recours « aux critères de l'utilité, du profit et de l'avoir » au rebours d'une « image limpide de la politique comme un service véritable pour le bien de tous ».

« Un don précieux »

À la fin de ces quinze pages, le pape Benoît XVI s'adresse très directement aux jeunes. Il leur demande d'aller « à contre-courant » pour vivre cette « tension vers des idéaux ». Et leur lance un appel assez inédit pour les encourager dans le brouillard actuel : « Vous êtes un don précieux pour la société. Face aux difficultés, ne vous laissez pas prendre par le découragement et ne vous complaisez pas dans les fausses solutions. »

Sans oublier l'engagement : « N'ayez pas peur de vous engager, d'affronter l'effort et le sacrifice, de choisir des chemins qui exigent la fidélité et la constance, l'humilité et le dévouement. Vivez avec confiance votre jeunesse et les désirs profonds de bonheur, de vérité, de beauté et d'amour vrai que vous éprouvez ! Vivez intensément cette phase de la vie si riche en pleine d'enthousiasme. »

Car, assure-t-il, « vous êtes des exemples stimulants pour les adultes. Plus vous vous efforcerez de vaincre les injustices et la corruption, plus vous désirerez un avenir meilleur et vous vous engagerez à le construire, alors vous le serez vraiment. »

Article du journal Le Figaro
qu’on peut lire ICI

Publié dans Réflexions en chemin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article