Les évêques de la Méditerranée parlent des migrants

Publié le par G&S

Les-eveques-de-la-MediterraneeL’immigration était au cœur d’une rencontre entre évêques catholiques d’Europe et du Maghreb, qui s’est achevée hier à Tunis.

Dans leur communiqué commun, les évêques invitent à employer au profit du développement « l’argent qui sert à protéger les frontières ».

« C’est dans une nouvelle Tunisie que je vous souhaite la bienvenue », a déclaré Mgr Maroun Lahham, archevêque de Tunis, accueillant onze de ses homologues des deux rives de la Méditerranée pour une rencontre de la Commission mixte Maghreb-Europe, clôturée mercredi 4 avril. Ce rendez-vous biennal, né en 1989, permet à des évêques d’Afrique du Nord, de France et d’Espagne de partager leurs réflexions sur des questions communes. 

Se tenant pour la première fois sur la rive sud de la Méditerranée – toutes avaient jusqu’à maintenant eu lieu à Paris – la rencontre portait sur l’accueil des migrants et le dialogue islamo-chrétien. Des thèmes choisis en amont et rattrapés par l’actualité.

Les évêques d’Afrique du Nord ont ainsi partagé leur expérience sur les bouleversements en cours dans la région. La jeunesse « s’est mise en mouvement pour dire enfin ce qu’on ne pouvait pas dire jusqu’à présent », a salué l’archevêque de Tunis, y voyant d’abord des revendications de « dignité » en lien avec « un profond malaise social ».

 

« L’Europe devrait se montrer compréhensive »

« La raison profonde des migrations reste la misère », a-t-il souligné. Pour lui, « les circonstances extraordinaires requièrent des solutions extraordinaires ». L’Europe devrait « se montrer compréhensive » face à l’arrivée actuelle de migrants venus d’Afrique du Nord.

« Ces personnes sont remarquables, dans leur détresse, par la force humaine et spirituelle qui les pousse à continuer leur transhumance (…) Se mettre à leur écoute aide à changer de regard, à être plus exigeants sur les questions de justice et de solidarité à l’égard de ces frères et sœurs étrangers qui frappent à notre porte », déclarent les évêques dans leur communiqué commun publié mercredi 4 avril.

En Europe, deux regards sur l’immigration « ont du mal à se croiser », déplore Mgr François Garnier, archevêque de Cambrai et coprésident de la Commission Maghreb-Europe. La perspective « selon laquelle il faut protéger l’Europe, qui se double souvent d’une peur de l’islam », s’oppose au « regard humain sur des hommes qui souffrent », analyse-t-il.

 

Une vision des politiques qui obéit « à des raisons électoralistes »

La première vision, reprend le communiqué commun, est celle « de nombreux politiques » et obéit souvent à « des raisons électoralistes ». La seconde est celle des « disciples de l’Évangile », qui courent le « risque d’être taxés de naïveté ». Ces visions « politique et humaniste pourraient se rejoindre en décidant de financer autre chose que des murs : aider le Sud à se développer », avance Mgr Garnier.

Les évêques espèrent que « la maturité et le sens de la responsabilité dont font preuve les manifestants » sur la rive sud de la Méditerranée « corrigeront le point de vue de l’Europe sur le monde arabe et la religion musulmane ». 

« Nombre de chrétiens ont peur de l’islam sans connaître un seul musulman », relève le Père Christophe Roucou, directeur du Service national pour les relations avec l’islam à la Conférence des évêques de France. « En face de nous, il n’y a pas que du danger. L’étranger ne doit pas faire peur, au contraire. Nous ne pouvons que nous enrichir des rencontres », poursuit Mgr Marc Stenger, évêque de Troyes.

 

La rencontre comme priorité

Dans leur communiqué, les évêques font part de leur « peine de voir s’amplifier des résistances dues à la peur et à la méconnaissance réciproque dans tous les pays à majorité chrétienne ou musulmane », reconnaissant que « certains courants fondamentalistes ne peuvent que renforcer ces craintes ». 

D’où la priorité à « la rencontre entre personnes d’horizons différents qui laisse place à un échange plus vrai et plus spirituel ». Rendez-vous important pour « concerter les réflexions et les efforts sur les deux rives de la Méditerranée », selon Mgr Claude Rault, évêque de Laghouat-Ghardaïa en Algérie et coprésident de la rencontre, la Commission Maghreb-Europe entend favoriser ce dialogue.

Camille Le Tallec, à Tunis
pour la-croix.com
sous le titre « Les évêques de la Méditerranée pour un autre regard sur les migrants »

Publié dans Signes des temps

Commenter cet article