Le combat spirituel contre l’argent roi

Publié le par G&S

Une nouvelle fois, une crise systémique financière majeure menace la planète. Les déclarations des dirigeants politiques et des institutions internationales paraissent de plus en plus comme des vœux pieux face à une déferlante qui balaie tout sur son passage. Nous arrivons au terme d’un processus que Charles Péguy avait diagnostiqué dans un de ses derniers textes écrit avant sa mort au front en 1914 :

« Pour la première fois dans l’histoire du monde l’argent est maître sans limitation ni mesure. Pour la première fois dans l’histoire du monde l’argent est seul en face de l’esprit. Pour la première fois dans l’histoire du monde l’argent est seul devant Dieu. (…) Par on ne sait quelle effrayante aventure, par on ne sait quelle aberration de mécanisme, par un décalage, par un dérèglement, par un monstrueux affolement de la mécanique ce qui ne devait servir qu’à l’échange a complètement envahi la valeur à échanger. Il ne faut donc pas dire seulement que dans le monde moderne l’échelle des valeurs a été bouleversée. Il faut dire qu’elle a été anéantie, puisque l’appareil de mesure et d’échange et d’évaluation a envahi toute la valeur qu’il devait servir à mesurer, échanger, évaluer 1

Ce qui se donne comme la science financière apparaît clairement aujourd’hui comme la mise en forme rationnelle de l’avidité humaine sans fin. Nous ne sommes pas en face d’un destin mais d’une idole. Qu’est-ce qu’une idole, sinon une construction faite de main d’homme et qui lui revient en boomerang comme un destin, car il oublie que c’est lui qui l’a générée ? Et c’est donc d’abord notre complicité plus ou moins consciente avec cette idole qu’il nous faut d’abord analyser.

C’est l’application du propos de Gandhi : « Sois le changement que tu voudrais voir advenir ! » C’est aussi ce qu’affirmait Vaclav Havel lorsqu’il luttait contre le totalitarisme politique dans son pays. Pour lui, les totalitarismes ne sont pas des contraintes totalement extérieures. « La ligne de ce conflit écrit-il, passe par chaque individu, car chacun est à sa manière victime et support du système. (…) Le fait que l’individu ait créé et qu’il crée quotidiennement un système trouvant sa fin en soi, par lequel il se prive lui-même de son identité la plus ultime, ne constitue donc pas une espèce de malentendu incompréhensible de l’histoire. (…) Cela n’a pu arriver que parce qu’il existe manifestement dans l’homme moderne certaines dispositions qui lui permettent de créer ou, tout au moins, de supporter, un tel système. » 2

La lutte contre cette crise majeure est donc fondamentalement un combat spirituel. C’est ce que proclament, dans une déclaration, 500 personnes réunies les 10 et 11 septembre dernier par l’université bouddhiste d’Avalon, en Savoie, pour un colloque intitulé : Économie et Spiritualité. Altruisme plutôt qu’avidité. Ce texte analyse ainsi quatre causes principales de cette crise :

« L’avidité pour la quantité et l’accumulation des biens associés à la peur du manque provoqués par une “erreur” de perspective portée par une civilisation de l’avoir.

« L’avidité spéculative qui œuvre comme un vampire suçant le sang de la terre et de ses habitants. Les vampires craignent la lumière ; il s’agit donc de faire la lumière pour les faire disparaître !

« L’économie devenue une finalité pour elle-même alors qu’elle doit être un outil au service de tous.

« L’illusion de la séparation entre l’humanité et son environnement naturel. » 3

Lutter contre le totalitarisme du pouvoir anonyme de ce qu’on appelle les marchés financiers suppose un travail de déconstruction intellectuelle, éthique et spirituelle de nos complicités avec ce que nous dénonçons.

Ce travail peut seul donner sens aux indispensables « réformes ».

Bernard Ginisty

1 – Charles Péguy : Note conjointe sur M. Descartes et la philosophie cartésienne (1914). In Œuvres en prose complètes, Tome 3, Éditions Gallimard, bibliothèque de La Pléiade pages 1455-1457.

2 – Vaclav Havel : Essais Politiques, Editions Calmann-Lévy, 1989, pages 84-85

3 – Université Rimay-Nalanda, Domaine d’Avalon , 73110 Arvillard. Site www.université.rimay.net

Publié dans Réflexions en chemin

Commenter cet article

fanfan 28/09/2011 10:48



@ Robert Kaufmann


MERCI pour ce que vous avez écrit sur votre dernier post.Il donne vraiment à réfléchir.


fanfan



Robert Kaufmann 27/09/2011 20:36



Bonsoir à Tous


Oui,beaucoup de nos familles,hélas,ont souffert des terribles seïsmes du 20 ème siècle.Raison de plus pour essayer de juger avec recul et sagesse.


Je ne me suis adressé à personne en particulier.Je ne vous connais pas les uns et les autres en dehors de notre très estimé René.Au contraire: j'ai de l'estime pour tous ceux qui se donnent la
peine de lire,de réfléchir,de réagir.


Si je conteste parfois,c'est le développement d'un certain état d'esprit,d'une certaine ambiance qui s'étend lors de chaque crise économique grave(et donc sociale) qui,consciemment ou pas, est en
recherche de boucs émissaires.Et ceux-ci sont tout trouvés bien sur=c'est ceux qui sont aux commandes=tous incapables=tous pourris=aveugles sont-ils de ne pas voir les mesures simples à
prendre........


Il n'est pas question de nier les erreurs commises mais d'autres auraient-ils fait mieux? Plus on approche des hommes de décision,quels qu'ils soient et à quelque niveau qu'ils
soient(local,national ou international),plus on prend conscience de la complexité des problèmes et des dangers existants d'appliquer des réformes dont le résultat pourrait être  pire que le
mal qu'on combat.Je vous ai déjà parlé de 2 hommes de grande valeur morale=Camdessus et Lamy.


Alors que le monde croule sous ses dettes(des particuliers,des entreprises ou des Etats) il est piquant de lire l'un d'entre vous se plaindre de ne plus trouver de crédit...


EN RESUME=QU'EST-CE QUE JE CRAINS ? une fois qu'on a jeté le discrédit sur la classe dirigeante(refrain=Gauche-Droite,c'est du pareil au même!) on est tenté de se tourner vrs ceux qui n'ont pas
exercé le pouvoir et qui n'ont pu montrer leurs talents,sinon de façon virtuelle.Populisme??Evidemment l'extrême gauche et l'extrême droite.C'est pourquoi je parle de révolution d'opérette car
elles commencent toutes par des chants et des danses et se terminent la plupart du temps dans des drames effroyables....Russie...Chine...Espagne...Grèce...Cambodge...Argentine...Chili..sans
parler bien sur du fameux Axe Berlin-Rome.Chacun nous promettant un monde nouveau.On pourrait multiplier les exemples.


Voila pourquoi j'incite souvent à la prudence et à la retenue dans nos propos car cette grande muette qui ne s'exprime pas ,sauf le jour du vote,écoute ceux qui(modestement) parlent et sont
des

Sarah 26/09/2011 14:25



Oui c'est vrai notre regard est différent lorsqu'on a eu un ancêtre qui a voté la mort du Roi qui a participé aux massacres de Lyon au nom d'un idéal, d'un arrière-grand père qui
est mort dans les tranchées durant la Première Guerre mondiale au nom d'un pays, d'un grand père qui est mort dans une explosion d'usine lors de la seconde Guerre mondiale et d'un père qui a été
appelé pour jouer le petit soldat pendant la Guerre d'Algérie...le regard est différent le sourire n'est pas là...il est "ironique" ....un sourire mi triste mi grave car nous savons tous que les
révolutions sont rarement d'opérette et ont des conséquences et des impacts sur une longue durée...


L'allemagne a su sur deux points organiser son économie afin d'éviter les conséquences lors du crach boursier de 29 dont les conséquences économiques ont été catastrophique, il ne faut pas
oublier que la chute économique de l'Allemagne est lié au rapatriment des fonds américains donnés pour permettre à celle-ce de se reconstruire à l'issue de la 1ère GM....les conséquences ont été
dramatiques ..et le nazisme hélas a pu fleurir...
 

Elle a en tiré les leçons ...deuxième leçon comme vous le dites si bien elle a récupéré la RDA dans un état désastreux et il a fallu qu'elle redresse son économie cela n'a pas été sans de grands
sacrifices. Grâce à une économie de rigueur elle est la seule aujourd'hui avec une monnaie européénne chancellante à être l'Etat le plus "sain" et le plus stable au niveau économique ..tout
simplement parce qu'elle a su prendre les mesures qui ont été nécessaires à sa survivie mais aussi à son état économique...elle a su se projeter sur le long terme ce qui en France est impossible
aujourd'hui car nous n'avons pas su prendre les mesures qui s'imposaient car peur des mouvements sociaux, car peur de trancher dans le vif ...( vous remarquerez que je ne fais aucune propositions
mais je donne mon avis ...même si elle ne vous convient pas ...je ne cherche pas à vous convaincre )


Ex des retraites peut être un exemple en effet on a dû réhausser l'âge du départ à la retraite en "quatrième vitesse" pour conserver le triple A en indiquant dans la loi qu'ellle serait réétudiée
en 2013 mais aujourd'hui elle doit être à nouveau renégociée ....pourquoi parce que l'économie de marché fait pression.


On nous parle de déremboursemment des médicamments mais les doses périmées de la Grippe A qui va les rembourser ...l'état. Pourtant cela a fait un sacré trou dans les caisses de la sécu. Alors
pourquoi demander aux banques de rembourser une fois à flot et pas à l'état qui a engagé des sommes et passé une commande outre mesure pour des vaccins qui sont perdus aujourd'hui ...vous me
direz oui mais si on ne les avait pas commander il y aurait eu des problèmes ...je suis tout à fait d'accord avec vous mais une fois que l'alerte était passée et le risque minimme il aurait fallu
rembourser à la sécurité sociale...diminuant le déficit et son état de "santé chancellant !


Je n'ai pas de solution miracle juste une opinion par rapport à ce que je lis, ce que j'entends ...je laisse les gouvernants les trouver ne les avons nous pas mis justement à cette place pour
réfléchir et trouver des solutions adaptées dans l'intérêt de l'état et du citoyen...sinon à quoi servent-ils ?


 



fanfan 26/09/2011 09:40



Bonjour Robert Kaufman,


Je ne sais pas si  le début de votre réponse est uniquement adressée à Sarah, ou aussi à fanfan...mais je me permets de vous répondre ceci.
Vous n'êtes pas seul à avoir des ascendants qui ont été "martyrisés" à un moment ou à un autre pour des raisons abominables!
Ma mère dont le père était Roumain mais mort pour la France en 1918, a été , sur dénonciation,recherchée en 1944 par la police française afin d'être embarquée(avec moi qui avait 9 mois) vers un
camp de concentration (d'où bien peu sont revenus)Nous  avons miraculeusement échappées à cette arrestation , "grâce"(si je puis dire, au bombardement du 27 mai 1944de la ville de Marseille
qui a fait beaucoup de victimes innocentes dans la population civile) ....Une de ses tantes n'a pas eu cette "chance" hélas , elle aussi est morte gazée ainsi que son mari....et combien d'autres
n'est-ce pas?Il parait que dans les camps d'extermination, il ne restait à ceux qui y vivaient leur derniers jours que l'humour pour arriver quelques instants à oublier leur vie!Et ce n'était pas
une "représentation d'opérette "loin de là!C'est vrai aussi qu'ils /elles avaient les larmes et la peur qui étaient les compagnes inséparables de l'humour. Que n'a-t-on pas dit d'ailleurs sur le
"fameux humour juif"même dans les pires moments de leur existence!Et combien je respecte ces personnes qui ont su faire face à leur destin tragique ainsi...je ne crois pas que j'en aurais été
capable.


fanfanqui essaie de garder son humour au jour le jour.


 


 


 



Jérôme 26/09/2011 08:37



Le changement ne pourra advenir que par la conversion des coeurs à l'Amour du Christ. Mais à voir l'entêtement des hommes, et l'ampleur de l'emprise du système capitaliste sur les esprits, le
changement sera diffcile...



Jérôme 26/09/2011 08:34



L'argent est un bon serviteur, mais n'est jamais un bon maître.



Robert Kaufmann 26/09/2011 00:10



C'est une bonne chose que de traiter des problèmes,même graves,avec humour.Mais selon qu'on a eu un grand père tué d'une balle dans le ventre dans les rues d'Odessa en 1905 dans les prémices du
"soir des grands jours" et un père gazé à Auschwitz en 44 des au nom de la révolution"national-socialiste",le regard sur les révolutions d'opérette ne peut être le même et le sourire s'efface.


Merkel=normal=c'est la 1ère puissance industrielle et financière d'Europe.Elle a généreusement accueuilli 19 millions d'Allemends de l'Est et fusionné sa monnaie(ce dont elle ne s'est pas encore
entièrement remise)Le Deutsch Mark était l'une des monnaies les plus fortes du monde.Sous la pression de la France,elle a fini par l'abandonner au profit de l'Euro.De voir la façon dont les pays
méditéranéens traitent celui-ci,il ne faut pas s'étonner qu'il y ait des réactions outre-Rhin...


Alors,c'est intéressannt d'apprendre que nous avons des blogueurs qui ont des recettes toutes simples pour redresser la barre!!


Je crains,malheureusement,qu'il ne suffira pas de clamer=YA- KA contrôler!=Ya-KA réguler=Ya-Ka taxer les revenus du Capital=Ya-Ka dire aux Chinois que c'est pas gentil de payer leurs ouvriers 20€
par mois.......On aimerait entendre des mesures originales et concrètes précises à proposer à nos 26 partenaires de cette Europe intégrée et aux 192 nations qui forment ce monde,également
très intégré.


Si les choses étaient simples,on n'élirait pas depuis des décennies, tous les 5 ans, un Président avec 52% des voix pour le voir ramener à 30% au bout d'un an de pouvoir.   Pour 2012,que ce
soit la Gauche ou le Droite,je leur souhaite bien du plaisir !!! A moins de les connecter su G&S ??.....


R.Kaufmann



fanfan 24/09/2011 12:02



Bonjour, puisque encore en ce jour on peut le trouver "bon",(enfin presque c'est selon!)


pas si sûr à vous lire les un(e)s et les autres que cela "doure"...comme le disait Elvire Popesco dans une réplique de théâtre.J'aime bien cette entrée en matière en parlant de théâtre 
c'est un peu l'impression que j'ai en écoutant, voyant et ressentant ce qui se passe sur notre belle terre...C'est une pièce de théâtre avec moult comédiens/comédiennes(les responsables
politiques des pays) ,qui essaient de donner à l'Oeuvre tout son sens, mais dans la salle , les spectateurs(nous le/la citoyen(ne) lambda) qui avons "payé" notre place selon nos moyens, donc plus
ou moins confortable...nous n'apprécions pas (et pour cause ) la prestation..Il faut signaler que les plus pauvres sont "au poulailler"donc haut perché(e)s ,  ont du mal encore plus, et à
suivre la pièce et à donner de la voix , afin d'être entendu(e)s par les acteurs/actrices).Je n'ai pas d'autre analyse de cet état de faits...désolée... mais je n'arrive pas à faire "du
sérieux"...cela ne veut absolument pas dire que je ne prenne pas la situation actuelle au sérieux...mais je n'ai pas les mots pour le traduire.J'admire les personnes qui font dans l'analyse pure
et dure des faits et sans faille,perso, je me sens dépassée par la conjoncture actuelle
fanfan



Sarah 24/09/2011 10:02



Bonjour Robert Kaufmann,


"Je crains qu'il y eie une certaine dose de narcissisme à dévisager du haut de sa  colinne les vilains hommes, dans la plaine,avides et cupides"


J'ignorais que j'étais narcissique ...mais je promets que  je vais descendre de ma colline


"Et d'avoir la candeur de penser que quelques mesures simples,un peu autoritaires peut-être, remettraient tout d'aplomb"


Ce n'est pas de la candeur mais juste une opinion, et je n'ai pas signalé qu'il fallait des mesures simples mais il est certain, désolée, d'inciter que pour l'instant les bonnes mesures mondiales
sont...absentes. Seulement débourser toujours et encore toujours plus et comme vous le signalez si bien c'est le profit et l'intérêt des états qui prédominent. Cela ne changera pas tant qu'il n'y
aurait pas un véritable séisme économique.


Quand on voit qu'aujourd'hui qu'au niveau Européen l'Etat qui fait la pluie et le beau temps est l'Allemagne même si Merkel est chahutée par rapport à des décisions prises, il n'en demeure pas
moins que nous sommes toujours dans l'attente d'un "feu vert" pour agir d''une réunion et concertation avec la France qui n'est que le "faire valoir" de l'Etat Allemand...mais on nous le vend
bien ...ah zut je suis à nouveau en haut de ma colline ...


Aujourd'hui on espère que cela va se redresser en invoquant "St Monnaie" en espérant qu'il nous écoutera et que nous pourrons retourner dans le pays magnifique des "bisounours" où les tarders,
les marchants de tapis, les économies de marchés toujours plus drastiques toujours âpres aux gains pourront "s'amuser" à coeur joie !!!!


Mieux vaut patienter un peu pour le futur écran plat THD que de connaitre le champ de ruines et de désolation,les millions de morts que les gens de ma famille ont connu .Ne jouons pas aux
apprentis sorciers!! 


Ah c'est pas le dernier IPAD


Il est peut-être vrai que nous sommes plus enclin à vivre notre société de consommation mais jusqu'à quand ? Les impôts augmentent, les revenus stagnent, les crédits de plus en plus
difficiles à obtenir et à des taux usuriers pour certains ! ....quand nous arriverons à nous demander si demain nous allons manger alors les choses bougeront !



Robert Kaufmann 24/09/2011 02:14



Je crains qu'il y eie une certaine dose de narcissisme à dévisager du haut de sa  colinne les vilains hommes, dans la plaine,avides et cupides.Et d'avoir la candeur de penser que quelques
mesures simples,un peu autoritaires peut-être, remettraient tout d'aplomb.


A part quelques malades d'avarice,personne ne pense que le fric est une fin en soi.C'est ce qu'il permet d'acquérir , procurant sécurité, plaisirs et parfois bonheur qui interesse les gens.Et
,dans ces conditions,nous sommes presque tous,à notre niveau,atteints d'avidité .C'est un moteur très puissant de croissance,de progrès économique et (on voudrait !) social.


Depuis le début de l'ère industrielle,on a fait plus de progrès matériels que dans le millénaire qui précède.Lisons Leon Tolstoï parler de la famine en Russie au début du siècle.Dans les années
50,il y avait encore beaucoup de villages en France sans eau courante,les paysannes faisant leur lessive dans l'eau glacée, l'hiver,des lavoirs(je suis témoin)Est-ce de cette époque que l'on doit
être mélancolique?


Alors,de quoi s'agit-il?de régulation évidemment,donc de politique.Là aussi,arrêtons de prendre les dirigeants pour des crétins incapables de la moindre réflexion.


C'est vrai que la récession amène chômage et misère et que la solution d'une fuite en avant ENCADREE et, pour un temps, par la consommation à crédit, peut être salutaire pour sortir d'une
crise.Voir le New Deal américain et la relance du Front Populaire dans les années 30.  Si cette façon de consommer devient une institution, où les banques trouvent leurs profits et les
consommateurs la satisfaction immédiate de leurs désirs,on en arrive au désastre actuel.Mais banquiers et consommateurs ne sont-ils pas tacitement complices?


Alors ,et les Politiques,que font-ils??et la régulation??Nous avons dit ce que nous en pensions il y a qques jours sur ce Blog en parlant de "barbarie"dans l'économie


Néanmoins les organismes de régulation mondiale existent.Demandez donc à Michel Camdessus,Chrétien convaincu,longtemps Dr du FMI ou à Pascal Lamy,autre Chrétien,encore à la tête de
l'OMC.Croyez-vous que les choses soient si simples?Pour prendre des mesures importantes,il faut l'UNANIMITE des Etats membres(par exemple les fameuses taxes sur les transactions financières dont
certains se gargarisent, comme s'ils avaient trouvé l'oeuf...)Que faites-vous de tous un tas de pays ,sans grandes ressources,qui font des choux gras de ces flux?et qui s'opposeront
toujours.Alors ,comme dit P.Lamy,on joue en permanence aux marchands de tapis pour essayer de construire un monde plus juste....(Semaines Sociales de France 2006)


Alors,me direz-vous,il n'y a rien à faire?On fonce dans le mur?


Si solution il y a ,elle ne peut être que politique ,bien sur.Et il faut perdre l'illusion des Cathos ou des Communistes qu'elle sera universelle.Mais un groupe de pays,dirigé par des
hommes(femmes)courageux volontaires et clairvoyants,peut décider de laisser de côté les" mauvais coucheurs"(c'est une forme d'isolationnisme) et construire une économie sociale et en même temps
libérale,encadrée ,répondant à des régles systêmiques .


Cela aurait pu être l"EUROPE"!!!!Mais ,comme on le voit ,les vieux démons humains par lesquels on a commencé cette réflexion sont à nouveau à l'oeuvre....


Et surtout ,ne venez pas regretter qu'il n'y aie pas plus de révolutions!!!N'avez-vous pas lu l'histoire du 20ème siècle??Mieux vaut patienter un peu pour le futur écran plat THD que de connaitre
le champ de ruines et de désolation,les millions de morts que les gens de ma famille ont connu .Ne jouons pas aux apprentis sorciers!! 


Robert Kaufmann



Pierre Locher 23/09/2011 19:20



Merci à Bernard Ginisty de citer Charles Peguy, ce visionnaire d'il y a déjà un siécle ! Peut-être un prophète de son temps qui parle encore au nôtre, prophète parmi d'autres, mais encore nous
faut-il les entendre : Shema Israël !



Sarah 23/09/2011 18:46



@bernard Ginisty : bonsoir, votre analyse est très judicieuse et pertinente. Elle me fait penser au livre rédigé par la Conférence des Eveques de France "Grandir dans la crise" qui préconise une
redefinition de l'économie en prenant en compte l'humain et le bien commun pour se détacher de système économique qui prône le "chacun pour soi et Dieu pour tous !"...on peut voir aujourd'hui le
résultat, l'Europe au bord du gouffre ou dans le gouffe tout dépend où l'on se place...les banques qui dégringolent du fait de leur investissement pour la Grèce. Cette situation me fait penser à
l'emprunt  Russe !...


Notre système économique est à la dérive et risque de tomber en ruine d'ailleurs l'AMF a émis un bulletin d'alerte sur le sujet en invoquant une crise systémique...


Mais la faute à qui ? A nous pour avoir faire un devoir chrétien et civique celui d'aider son prochain ou bien à la Grèce qui ne met pas en place les mesures promises (il n'y a pas d'impôts en
Grèce et ne survit que grâce au marché noir)...ou bien encore à ces traders qui grace à des montages financiers "bancales" entraînent le monde dans sa chute dans un effet de domino.


Est-ce un manque d'éthique ou de morale. Pour ma part je vous rejoins de cette notion de responsabilité ...oui nous avons crée une idole et nous avons du mal à croire qu'elle n'est qu'un mirage,
qu'elle puisse n'être qu'un leurre, qu'ils nous faillent nous redéfinir les priorités les institutions nécessairent à une régularisation plus saine ...est-ce possible quand on voit que nos
responsables ont le "nez dans le guidon" et n'arrivent pas à prendre suffissamment de recul pour prendre les bonnes décisions et surtout ...ne pas avoir peur de les prendre !cela ne signifie pas
augmenter les impôts ou dérembourser les médicamments mais prendre la décision de se séparer qui ce qui peut entraver l'évolution et le bon fonctionnement pour assurer une meilleure régulation.


@Marce Delîle : Les mouvements sociaux sont de peu d'ampleur car dans les sociétés de consommation le crédit est Roi. Quel être humain peut rester plus d'un mois sans travailler à l'heure
actuelle ?


Les pays du moyen orient ont eux la possibilité de faire de grands mouvements sociaux car ils n'ont pas le système economique du monde occidental il y a peu ou pas de crédit. Ils peuvent donc
arrêter de travailler et défiler ...de tout façon la situation finançière serait la même si ils travaillaient ou non. Ce qui n'est pas encore le cas pour les pays occidentaux...mais au vu de ce
qui se passe cela ne saurait tarder !!!!!



Marc DELÎLE 23/09/2011 16:51



Une nouvelle fois, merci à Bernard Ginesty capable d'analyser de façon claire et ferme la situation actuelle d'un monde qui tend à ne plus être qu'"économico-financier", voire financier tout
court. C'est à dire d'un monde finalement "virtuel" puisque les fortunes gagnées ou perdues n'ont pas de réalité autre que d'agiotage.


Mon étonnement, c'est que les responsables de cette situation ne puissent concevoir que, lorsque tous les pays seront ruinés, il n'y aura plus de "clients". Mon autre étonnement, c'est qu'il n'y
ait pas plus de révolutions sociales à travers le monde, en particulier dans le monde dit "industrialisé".


Marc DELÎLE