La puce de sainte Luce

Publié le par G&S

Un peu de musique pendant votre lecture ?
Cliquez sur le triangle blanc ci-dessous

 

Le 13 décembre, bien des pays fêtent sainte Luce et, à travers elle, la lumière.

Cela me donne l’occasion d’éclairer un peu votre lanterne, si vous n’êtes pas, ami lecteur, originaire de Provence et si vous ne vous êtes jamais posé deux questions – absolument fondamentales ! – à propos de cette fête si célèbre :

- pourquoi dit-on que les jours augmentent pour la sainte Luce, alors qu’ils continuent à diminuer ?

- pourquoi dit-on qu’ils font un saut de puce ?

 

Comment les jours augmentent tout en diminuant...

Eh oui, ce paradoxe existe ! Si on consulte les heures de lever et de coucher du soleil des prochains jours, on s’aperçoit qu’à Marseille, le 15 décembre, il se couchera 1 minute plus tard que la veille (à l’origine c’était le 13, mais en vieillissant il doit avoir besoin de plus de sommeil !).

On sera alors tenté de dire que les jours commencent à grandir… Mais ce sera une illusion, puisque dans le même temps le soleil continuera à se lever plus tard ! Et la lumière ne brillera pas plus longtemps !

Pour voir le soleil se lever plus tôt et se coucher plus tard, et avoir donc un vrai allongement du temps de lumière, il nous faudra attendre… le 25 décembre !

Ce n’est pas par hasard qu'on a décidé que Jésus est né ce jour là… Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière, sur les habitants du sombre pays une lumière a resplendi… disait déjà Isaïe (9,1)…

 

Et la puce dans tout cela ?

Vous savez tous qu’un célèbre dicton affirme :

Pour sainte Luce les jours font un saut de puce

 

puceNe vous êtes-vous jamais demandé ce que la puce venait faire là-dedans, elle qui est l’animal qui saute le plus haut au monde ? On estime que la hauteur de son saut représente plusieurs centaines de fois sa taille ; qui dit mieux ?

Alors ?

Eh bien alors il faut se tourner vers nos aïeux et leur demander comment ils disaient cela en provençal ; et pour répondre à cette question personne n’est plus habilité que Frédéric Mistral, qui dans son Trésor du Félibrige (dictionnaire provençal-français en deux volumes) cite le dicton suivant :

Per santo Luço li jour crèisson d’un pèd de clusso

qui se lit à peu près : per sante luce li djour creýssoun d’un pè dé clusse et qui se traduit :

Pour sainte Luce les jours croissent d’un ppoule couveuseied de poule couveuse.

Certains parlent de saut de clusso (prononcé saw dé clusse), expression qui ouvre la voie à la puce !.

De toute façon, pied ou saut, le message est clair : la clusso est devenue une puce pour la rime. Et il suffit de regarder (bien sûr il faut avoir l’occasion, mais on doit pouvoir) une couveuse et la manière extrêmement délicate avec laquelle, le moins souvent possible, elle modifie sa position sur la couvée, pour comprendre l’infinitésimale modification de la durée du jour pour la sainte Luce…

La poule est puce… Heureusement, car si ladite poule sautait comme une puce, bonjour l’omelette !

 

Et sainte Luce ?

santa luciaSainte lumineuse, Luce ou Lucie de Syracuse, morte vers 310, vécut donc à l’époque de l’empereur Constantin. Ne voulant pas sacrifier sa virginité dans le mariage, elle survécut à tous les supplices qu’on lui infligea après la plainte de son « fiancé » imposé et pour lui faire abjurer sa foi chrétienne. On ne sait pas si tous sont historiques, mais leur cruauté est impressionnante.

On lui arracha même les yeux (on les voit sur l'image... oserai-je parler d'yeux au plat ? Non je n'oserai pas !). On la priva ainsi de la lumière qu’elle incarnait, mais qui resta en elle jusqu’à sa mort… et resplendit plus encore après sa mort, pour l’Éternité !

Les Napolitains ont une affection particulière pour elle, sous le nom de santa Lucia

Qu'avec l'approche de Noël la lumière grandisse en vous, amis lecteurs, et que vos yeux s’émerveillent toujours plus de la beauté de la Création.

René Guyon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pierre Locher 13/12/2013 19:21


Et ceux qui auront lu le billet quotidien d'Alain Rémond dans La Croix du 13/12/2013 sauront qu'avant le calendrier grégorien, la Sainte Lucie se fétait le ...23 décembre : le saut de puce était
alors justifié puisqu'on avait passé le solstice d'hiver !


Pierre Locher