L’eucuménisme m’ulcère l’eusophage !

Publié le par G&S

Une sainte et tenace colère m’incite depuis longtemps à sortir de mes chroniques bibliques pour pousser un grand coup de gueule contre l’habitude qu’ont prise trop de français, y compris des prêtres, religieux et intellectuels chrétiens, de parler de l’eucuménisme !

Je précise donc la source de ma colère : le mot qu’ils prononcent ainsi est bien le mot œcuménisme, substantif qui a une étymologie grecque : oikoumenê (ghê), qui signifie terre habitée, et qui est le féminin du participe passé passif du verbe oïkéô, habiter.

C’est la diphtongue oi – qu’on prononçait dans le grec ancien à la sauce érasmienne – qui est au cœur de cet article.

Oikoumene.jpgDes mots grecs possédant cette diphtongue ont donné en français un certain nombre de substantifs comme la sympathique œnologie (de oïnos, vin), la venimeuse œnanthe (de oïnanthê, bourgeon de vigne), le psychanalytique œdipien (de Oïdipos, Œdipe), les tristes œdème (de oïdêma, tumeur) et cœlioscopie (de koïlia, cavité), le piquant œstre (de oïstros, taon), les intimes œstrus et œstrogène (de oïstros, fureur), le vieux cœlacanthe (de koïlos, creux et akantha, épine) et l’archéologique pœcile (de poïkilê, peint de couleurs variées).

Le décor étant mis en place, il est temps de prendre la peine de remarquer que la racine oïkos de l’œcuménisme est aussi la racine des mots français écologie (science – logos – de la maison), économie et économe (administration et administrateur de la maison). Il devient alors évident que les racines grecques en   dans les mots français DOIVENT SE PRONONCER AVEC LE SON É : écuménisme, énologie, édipe, édème, célacante, etc.

Mais il y a mieux encore pour toucher à l’absolue sûreté : l’espèce de ver qui donne le tournis aux animaux s’écrit aussi bien cénure que cœnure, mais surtout… on peut écrire indifféremment écoumène, œcoumène ou œkoumène pour désigner l’espace habité de la surface terrestre qui a donné son nom à l’œcuménisme !

Mais, me direz-vous, on prononce pourtant œuf, œuvre, bœuf, cœur, nœud, sœur, vœu, mœurs (prononcé meur et non pas meursss !), œil… Oui, certes, et ce n’est pas parce que ces mots viennent du latin (ovum, opus, bos, cor, nodus, soror, votum, mores et oculus) et non du grec, mais parce qu’aussi bien le u dans les huit premiers que le i dans le dernier justifient cette prononciation.

En effet, fœtus, qui vient lui aussi d’un mot latin, se prononce fétus car n’a pas d’autre voyelle après le œ.

Pour sortir un peu de France, notons que le foehn se prononce feun et n’entrelace pas son o et son e, que le lœss les entrelace tout en se prononçant leuss… et que le roentgen ne les entrelace pas et s’écrit aussi röntgen (du nom du physicien) prononcé reuntghen… mais parce qu’ils sont tous trois allemands…

Il me reste à faire le vœu que l’œcuménisme soit un nœud de plus en plus solide entre les Églises chrétiennes qui sont des sœurs en Jésus-Christ (prononcé krist et non pas kri !).

Et cela me tient à cœur par-dessus tout !

René Guyon

Note du rédacteur : Le titre fait allusion à une expression de Provence, prendre une estoumagado (prononcer estoumagade ; la racine évidente est estomac), qui correspond plus ou moins au "tu me fends le cœur" du César de Pagnol pendant la partie de cartes... C'est ce que me fait la pronociation eucuménisme... J'ai le cœur fendu par elle...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

desirotte 08/09/2014 09:46

Tempête dans un verre d'eau! quel est donc le commandement nouveau?

René Guyon 15/03/2012 12:44


Chère Fanfan,
Désolé mais le blogmestre qui vaquait à des occupations aussi diverses que variées (oh, le pléonasme !) a un peu oublié de valider les derniers commenrtaires reçus.Je l'ai grondé et il a
le traître !


Je ne sais pas si on a un jour écrit écuménisme, mais pourquoi pas puisqu'il y avait écoumène ! Cela dit je suis aussi un optimiste de l'oecuménisme, comme d'ailleurs des
relations judéo-chrétiennes.

fanfan 15/03/2012 11:39


Bonjour René Guyon,
Et alors ...ma digression "oesophagienne"sur la possibilité d'écrire écuménisme


à la place du "e" dans le "o" ...n'a pas eu d'écho??? cher René Guyon , je me permets cette petite question:" cette digression était-elle trop indigeste pour ne pas figurer au menu des réponses
faites à votre [ulcération] [d'eusophage]?
En tout cas la thérapie proposée faisait plutôt partie des médecines douces que d'un acharnement thérapeutique...dommage...pour le patient que vous êtes! Devant ce silence j'en remets une
couche...c'est un euphémisme...car une couche de quoi?c'est plutôt votre correspondante "épistolaire" qui en tient une couche d'incurable espérance dans "l'oecuménisme" à ma décharge je dois dire
que je n'ai pas vécu 15 ans de ma vie sous ce vocable, mais c'est quand même une démarche oecuménique qui a permis à un petit enfant de trouver un toit...alors


à ce moment là, qu'importait les "é " ou les "eu"...seule l'ouverture du coeur a dépassé haut la main l' ulcère oesophagien!!!


Bonne convalescence cher René Guyon.


fanfan

fanfan 13/03/2012 16:25


Bonjour René Guyon,
Vous souffrez de l'oesophage à cause de l'oecuménisme, que dis-je vous êtes ulcéré!!! mais il me semble que j'avais lu dans un temps ancien, car je m'intéresse à la question ,qu'on pouvait écrire
: écuménisme; est-ce exact?Dans cette forme orthographiée plus de problème pour la partie oesophagienne de votre individu, mise à écoeurée autrement!


C'est tout la félicité que je vous souhaite cher René Guyon, que l'équité règne sur cette belle appellation qui nous fait, entre autre, frères et soeurs réconcilié(e)s mais différent(e)s,pour la
PGGDD!amen mon frère.


fanfan

René Guyon 13/03/2012 15:01


Cher Albert,
Bien sûr qu'il ya bien plus important que cela, qui peut ne passer que pour  formalisme tatillon d’un vieux puriste gâteux.
Mais ayant passé 14 années de ma vie, avec ma femme, dans une communauté l'œcuménisme était la vocation première et ayant vécu sa pratique permanente pendant ces années, je connais assez bien les
joies et les difficultés de la vie ensemble.
Je voulais simplement rappeler que le mot lui-même nous dit en permanence que nous faisons partie de la même maison, celle du Père, ce qui disparaît si on le prononce mal.
Pourquoi l’économie et l’écologie nous rappelleraient-elles que nous sommes dans la même maison, celle de la France et de la Planète, à chaque fois qu’on en parle et 
l’œcuménisme ne ferait-il pas de même ?

Albert OLIVIER 12/03/2012 16:16


Je te comprends, cher René, c'est agaçant … Mais tu ne crois pas qu'il y a pire, comme la stagnation de l'Écuménisme les strating-blocs de l'Unité ? La politesse hebdomadaire de l'année, d'un
côté,  et de l'autre, des textes romains qui continuent à dénier aux Réformés leur appartenance à une "Église". On est plus embêté avec les Orthodoxes dont les Églises sont au moins aussi
anciennes et apostoliques que celle de Rome, et qui ne sont même plus excommuniés (sans être dans la communion (?), etc.

René Guyon 09/03/2012 07:57


Mais si, vous avez compris ! Sinon, vous auriez écrit euqménism ! 

annick 08/03/2012 21:26


et en langage SMS vous l'écrivez comment ? éqménism... sympa non ?


ça fait djeun's non ? de toute façon... j'ai rien compris alors...