L’espace laïc, lieu des itinéraires spirituels

Publié le par G&S

La question de la laïcité continue de susciter dans notre pays des débats d’importance majeure. En décidant d’afficher dans toutes les écoles de la République une charte de la laïcité, le gouvernement a suscité les réserves des représentants de certaines religions, ou, plus exactement, de certains courants au sein de ces religions. Comme la laïcité à la française s’est construite à travers la lutte contre le cléricalisme catholique, elle est suspectée par certains d’être une machine de guerre contre les religions.

En instaurant l’espace de l’éducation nationale comme laïc, la République Française affirme que chaque être humain est appelé à une responsabilité personnelle dans l’accès aux questions du sens et des valeurs qui éclairent l’existence.

Si le domaine religieux constitue l’espace des langues maternelles du sens, le spirituel commence avec la seconde naissance. Nous avons tous reçu, de façon plus ou moins formelle, une langue maternelle faite d’une synthèse d’éléments traditionnels, éthiques, médiatiques sans lesquels une vie humaine ne peut se construire. Chacun, à un moment donné, est conduit à en faire l’épreuve personnelle. Toutes les grandes écoles de spiritualité indiquent, pour ce passage, la nécessité d’une prise de distance par rapport à son milieu d’origine et d’une transformation de sa conscience.

En langage chrétien, cela se dit ainsi : nul ne peut faire partie du Royaume s’il ne renaît de l’Esprit. À ceux pour qui la filiation abrahamique constituait en soi une justification, le Christ ne cesse de rappeler que le donné de l'histLe choix de Pascal - Julliardoire ou de la géographie ne saurait constituer quelque privilège que ce soit. « Ne vous avisez pas de dire en vous-mêmes : “nous avons pour père Abraham”. Car je vous le dis, Dieu peut, des pierres que voici, faire surgir des enfants à Abraham. » 1 Revendiquer sa généalogie ou sa géographie comme porteuse, par elle-même, de justification a autant de « sens » que la pierre que les hasards et la pesanteur ont fixé à tel ou tel endroit.

Finalement, c’est la distinction des « ordres », telle que la définit si lumineusement Pascal, qui donne tout son sens à la laïcité En refusant de confondre l’ordre de « l’esprit » et celui qu’il appelle « de la charité », il fonde l’espace laïc comme l’analyse Jacques Julliard dans son ouvrage Le choix de Pascal : « Si paradoxal que cela puisse paraître, Pascal fut d’abord pour moi professeur de laïcité. Et à ce titre le plus moderne des écrivains. On ne peut aborder le monde d’aujourd’hui sans la distinction pascalienne des corps, de l’esprit et de la charité. Seule cette distinction permet de penser la laïcité autrement que comme une sorte d’impasse sur le religieux ; seule cette distinction peut faire du croyant l’égal de l’agnostique en manière de laïcité. Je dirai même que dans la perfection pascalienne, c’est la foi et non l’agnosticisme qui rend la laïcité nécessaire. Un croyant, parce qu’il est contraint d’envisager de façon distincte la question de la foi et celle de la politique, a en somme traversé l’épreuve test qui est le critère de la laïcité. L’agnostique, parce que cette distinction lui est provisoirement inutile, est un laïque par absence ou par défaut. Que se passera-t-il quand il rencontrera la foi, la foi religieuse, ou même la foi philosophique, comme on l’a vu avec les religions séculières telles que le marxisme ? Il est guetté par la confusion des plans » 2.

Bernard Ginisty

1 – Évangile de Matthieu 3,9
2 – Jacques Julliard : Le choix de Pascal, Éditions Desclée de Brouwer, 2003 p. 42

Publié dans Réflexions en chemin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Le Voyageur 12/10/2013 10:08



 


Madame Francine Bouichou-Orsini, il n'y a que dans votre coeur que vous pouvez tenter "d'ouvrir de nouveaux espace à Dieu". Cela s'appelle en effet l'amour….C'est la seule démarche que Jésus
appelle à faire. Une "conversion" personnelle…


Celle "des autres" ne vous regarde pas….

Francine Bouichou-Orsini 26/09/2013 18:58


Je comprends d’autant moins le sens de la question formulée par Le Voyageur, que nous ignorons à quel texte précis elle nous renvoie…


Par ailleurs, « ouvrir de nouveaux espaces à Dieu » :  ne met nullement en doute la transcendance divine du Dieu reconnu par les chrétiens. Nous savons que
notre Dieu ne s’impose à personne, et d’autant moins sous l’usage des armes et du prosélytisme…


Notre Dieu est amour et ne peut se manifester  que dans l’espace libre offert par la laïcité, un champ dans lequel l’esprit humain est capable d’ouvrir et de poursuivre la
recherche du sens, du sens de sa propre personne et du sens de l’humain universel, créé à l’image de son Dieu. Oui, nous retrouvons ici les trois ordre distingués par Pascal : à côté de
l’ordre des corps, l’ordre des esprits et l’ordre de la charité, c’est à dire l’amour. L’amour qui est création,  ou encore recréation.


 


Francine Bouichou-Orsini

Le Voyageur 25/09/2013 09:07



" (…) nous aider à avoir le courage d'ouvrir de nouveaux espaces à Dieu."


Qu'est-ce à dire ? Soit Dieu existe, et il est partout, au coeur de la vie, soit il n'existe pas, et il n'est nulle part…


Si vous voulez dire que les chrétiens doivent   renouer avec un prosélytisme conquérant comme au bon vieux temps des conversions manu militari… Alors exprimez-le clairement !


Il est vrai que l'islam, dépasse désormais la chrétienté dans le monde.


On comprend que « les armées du Christ » doivent reprendre les armes !


Remettons ensemble le sabre et le goupillon…