L’« aggiornamento » selon Benoît XVI

Publié le par G&S

S’exprimant, vendredi 12 octobre, devant 14 des 70 Pères conciliaires toujours en vie, Benoît XVI a réfléchi sur le mot aggiornamento (mise à jour) souvent employé pour caractériser le concile Vatican II.

Reconnaissant que ce mot a suscité de nombreuses polémiques, le pape a affirmé, quant à lui, qu’« il est, et sera toujours, exact ».

Il s’est livré à une méditation sur la nouveauté du christianisme : « Nous ne devons jamais le voir comme un arbre pleinement développé à partir du grain de sénevé évangélique, qui a cru, a donné ses fruits, puis un beau jour a vieilli et est arrivé au terme de son énergie vitale. »

L’aujourd’hui éternel de Dieu

Au contraire, cet aggiornamento, a-t-il expliqué « ne signifie pas la rupture avec la tradition, mais en exprime la pleine vitalité ; il ne signifie pas une réduction de la foi, l’amenuisant à la mode du temps, à la mesure de ce qui plaît, de ce qui plaît à l’opinion publique, bien au contraire. »

Benoît XVI a affirmé, devant les Pères conciliaires : « Comme vous l’avez fait, nous devons apporter l’aujourd’hui de notre temps dans l’aujourd’hui de Dieu. »

Récusant le passéisme, le pape a noté que « si la mémoire du passé est précieuse, elle n’est pas une fin en soi. »

Et il conclut : « La sainteté manifestée est le véritable visage de l’Église, faisant entrer l’aujourd’hui éternel de Dieu dans l’aujourd’hui de l’homme contemporain. »

Dans La-croix.com

Publié dans Signes des temps

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pierre Locher 15/10/2012 09:38


 


 


 


Et la veille, dans une interview à l'Osservatore Romano, on trouve dans la bouche du chef de la plus importante institution religieuse ce passage assez
étonnant :


« "Ce texte ( Nostra aetate, déclaration sur les relations de
l’Église avec les religions non chrétiennes) parle de la religion uniquement de manière positive et ignore les formes malades et déviées de
religion, qui du point de vue historique et théologique ont une vaste portée ; c'est pourquoi, dès le début, la foi chrétienne a été très critique, que ce soit vers l'intérieur ou vers
l'extérieur, à l'égard de la religion."


Si l'une des qualités d'un vrai théologien est de nous étonner, Joseph Ratzinger/Benoit XVI en fait partie.