Joseph Moingt et le combat spirituel

Publié le par G&S

Cet article pourra avantageusement complété par le fioretto
  de l'ouvrage de Joseph Moingt Croire quand même

Le temps de Carême nous invite au « combat spirituel ». La tentation permanente des religions est de transformer ce combat qui traverse chaque être humain en lutte des « bons » contre « les méchants » ou entre « la vérité » et « l’erreur ».

Dans son ouvrage, d’une brûlante actualité, intitulé Croire quand même. Libres entretiens sur le présent et le futur du catholicisme 1, le grand théologien jésuite Joseph Moingt témoigne, à plus de 95 ans, de l’actualité et de la vitalité de ce combat. Dans l’Évangile, l’adversaire est désigné par l’expression le monde qu’il définit ainsi : « c’est la tendance de l’univers à de replier sur lui-même. Le monde, c’est la force d’inertie, la répétition du même, le chacun pour soi, le plus possible de biens et de jouissances pour moi aujourd’hui et tant pis pour les autres et tous ceux qui viendront après nous. C’est ce qui détourne mon regard du pauvre qui est là » 2. La voie pour cette libération du « monde » passe par la prière dont le sens, écrit-il, « n’est pas de demander à Dieu d’intervenir pour faire ce que je ne peux pas faire. La prière, c’est le silence qui nous permet de nous imprégner de la gratuité de Dieu. (…) La gratuité qui nous détache de nos a priori, de nos intérêts, de nos idées toutes faites et qui ouvre notre regard (…) Oui la prière peut nous donner un regard prophétique pour voir de qui est en train de naître. » 3 Cette prière tend à « nous délivrer du mal » que Joseph Moingt caractérise ainsi : « le mal est l’égoïsme qui provoque le repli de l’individu sur son moi superficiel et qui l’empêche et le détourne d’accomplir son humanité profonde dans l’ouverture aux autres. » 4

Dès lors, si le temps du Carême invite à la « conversion », c’est d’abord à la nôtre : « Si on veut « rechristianiser » la société, et si on ne veut pas se payer de mots, il faudrait commencer par évangéliser bien des baptisés : l’initiation à l’Évangile prendra le pas sur le rite dans le parcours sacramentel » 5. Pour Joseph Moingt, « Jésus n’a légué à ses disciples ni rituel ni code législatif ni corpus doctrinal ni enseignement écrit, rien qu’ils n'auraient plus qu’à répéter et qu’ils devraient immuablement conserver – rien que la perpétuelle nouveauté d’une Bonne Nouvelle à annoncer, son Évangile, illustrée par des paraboles à déchiffrer inépuisablement » 6.

L’Évangile ne cesse de nous dire que la vie spirituelle ne se réduit pas à la tranquille possession de certitudes enseignées par des clercs ou à l’appartenance à des institutions qui définiraient les frontières entre les élus et les autres. Elle s’incarne dans l’amour inconditionnel et universel. Joseph Moingt conclut son ouvrage par ces mots : « Du jour où ma foi ne serait plus, mettons, que le désir d’une vie après la mort, alors là je la laisserais sans doute s’effondrer… Je n’ai pas envie de me faire un petit coin de paradis pour moi tout seul, ou avec quelques uns, quelques gens du passé dont les trois-quarts de l’humanité seraient exclus » 7.

Bernard Ginisty

1 – Joseph Moingt : Croire quand même. Libres entretiens sur le présent et le futur du catholicisme. Éditions Temps Présent, 2010. Joseph Moingt est né en 1915. Ancien professeur de théologie à l’Institut Catholique de Paris, ce jésuite a dirigé pendant plus de trente ans la revue Recherches de Science Religieuse.
2 – Id. page  230
3 – Id. pages 232-233
4 – Id. page 216
5 – Id. page 190
6 – Id. page 58
7 – Id. page 243

Publié dans Réflexions en chemin

Commenter cet article

fanfan 24/03/2012 12:12


Bonjour,


Non seulement Joseph Moingt est un prophète pour notre époque, mais vous aussi Francine et Robert , vous l'êtes chacun(e) avec votre sensibilité.D'ailleurs le baptême, ne nous fait-il pas toutes
et tous Prêtre, Prophète et Roi?.Seul l'Evangile est porteur de Vie, d'Espérance, le reste n'est qu'un habillage qui varie au cours des temps...Mais que certain(e)s voudraient, contre toute
logique, substituer à la tunique du Christ -Jésus(si je peux me permettre ce rapprochement)


fanfan

Albert OLIVIER 24/03/2012 10:29


Il faut recommander très fortement la lecture du livre de Joseph Moingt. Beaucoup de groupes de travail, à travers la France, s'en sont emparé. Il est facile
au fond, même s’il est parfois un peu déroutant dans sa forme d'entretiens, qui fait qu'on peut revenir sur un même sujet dans plusieurs passages [il faudrait un index pour la prochaine édition].
Mais il constitue aujourd'hui une "provocation" à l'espérance pour ceux qui seraient tentés de penser que plus rien n'est possible avec une Église romaine crispée dans ses certitudes et ses
habitudes promues en "traditions" (attention : le mot est ici au pluriel et avec une minuscule initiale). Ces pages soufflent comme une brise légère annonciatrice de l'Esprit.

Robert Kaufmann 24/03/2012 00:37


Comment ne pas apprécier ces phrases prophètiques de J.Moingt qui me ramènent à un sujet qui me tient à coeur et déjà traité ici il y a quelques semaines ici;à savoit l'Espérance et le
Messianisme vus par les Juifs versus les Chrétiens.


....Cela ne nous rappelle t-il pas le Veilleur,(Isaîe XXI)celui qui attend l'aurore?


 Voilà qui met en cause la fameuse phrase de St. Paul
et éclaire l'exceptionnelle ductilité du peuple juif devant les épreuves à comparer avec une certaine fragilité de la foi chrétienne qu'on voudrait enfermer dans la seule focalisation sur le
résurrection.


Non !< la vie spirituelle ne se réduit pas à la tranquille possession de certitudes enseignées par des clercs...> Le doute est la fragile et nécessaire frontière entre des convictions
fortes et des certitudes absolues, qui mènent au fanatisme ou se retournent en desespoir.


Oui! il faut évangéliser les baptisés.


Oui ! l'Evangile doit prendre le pas sur le rite.


Robert Kaufmann

Francine Bouichou 23/03/2012 17:05


Cet article de B. Ginesty sur le petit livre de J. Moingt (d'une inspiration prophétique) répond d'une manière frontale à ce que j'ai cru comprendre de la posiiton officiellede l'Eglise, telle
qu'elle sera présentée dans une émission le 2 avril : "La guerre perdue du Vatican"" (sur FR 3, à une heure tardive).


Quelle différence de diagnostic entre les deux position... L'Institution regarde le monde au travers de son propre focntionnement.  J. Moingt, lui,  sous l'éclairage de l'Evangile,
invite à construire ce qu'il appelle "un humanisme évangélique".


Francine Bouichou-Orsini