Jésus, l’Amour qui fait signe

Publié le par G&S

Prononcer le nom de Jésus fait immédiatement surgir en moi la vision de l’Amour qui s’incline aux pieds de ses disciples pour leur laver les pieds en leur demandant que pour leur plus grand bonheur ils se mettent à sa suite au service du frère, au service de tous leurs frères.

Dans le prolongement, c’est un appel à la contemplation que ce nom engendre et je reste subjuguée par ces bras étendus, ouverts, dans l’incapacité de se refermer parce que cloués par l’homme qui n’a pu supporter que les bras de l’Amour puissent s’ouvrir à tous les hommes.

Cette croix, bien souvent située au-dessus de l’autel où se célèbre ma foi, me fait comprendre que l’Amour qui se donne, ne peut garder pour soi la moindre parcelle de son être et que c’est la joie de l’aimé que de se rendre présent jusqu’à la fin des temps au monde qu’Il aime.

L’Amour démesuré ne peut rester éloigné des sujets de son désir et c’est pour cela qu’un jour Il a pris la route des hommes pour vivre la rencontre de tout homme, faire signe, devenir le signe d’un Dieu Père de tous.

Il s’est alors définitivement et humblement rendu dépendant de tous ces hommes chargés de s’incliner, d’étendre leur bras et de se donner sans mesure pour, à leur tour, faire signe au monde de cet Amour qui donne vie, de cet Amour qui ressuscite des énergies nouvelles, de cet Amour paternel qui nous rend tous fils, ce qui dès lors nous rend tous frères. 

Nathalie Gadea

Publié dans DOSSIER JESUS

Commenter cet article