Ici-bas

Publié le par G&S

de Jean-Pierre Denis

Jean-Pierre Denis est un cinéaste rare : en trente ans il n’a réalisé que six films.

C’est un artiste de grande qualité, qui s’attache à être un explorateur de l’âme humaine, dans la ligne de Bresson, spécialement dans des situations limites, chargées de tragique : Histoire d’ Adrien (1981), la dure histoire d’un enfant bâtard dans le Périgord des années 1900, Les blessures assassines (2000), qui révéla l’actrice Sylvie Testud, La Ici-bas-Denis.jpgpetite Chartreuse (2006), histoire d’une petite fille mutique à la suite d’un accident, rencontre de trois êtres blessés par la vie, avec Olivier Gourmet dans un très beau rôle.

Ce nouveau film s’inspire d’événements réels survenus dans le Périgord durant la Résistance, en 1943 : une religieuse, infirmière à l’hôpital, d’un dévouement exemplaire, nourrie d’une foi ardente, tombe brusquement amoureuse d’un malade qu’elle soigne, un résistant qui se trouve être un prêtre. Elle investit dans cette passion le même amour absolu, quasi mystique, qu’elle vivait auparavant dans sa foi et son service des autres. L’histoire finira tragiquement.

La force du film est de se consacrer, avec une rigueur et une austérité radicales, à l’exploration intérieure des sentiments qui brûlent les personnages, tant les résistants dans leur lutte que cette jeune femme éprise d’absolu.

Elle est admirablement interprétée par Céline Salette, toute en intériorité, avec en face d’elle un Éric Caravaca qui donne vie à un personnage déchiré et tourmenté. Tout le film se déroule dans de très beaux paysages du Périgord, la région où Jean-Pierre Denis a toujours vécu, lui qui affirme : « Les lieux sont les racines de mon cinéma, les paysages ne sont jamais là comme des décors, ils sont l’assise même du film ». C’est donc un film qui pourra dérouter, car il ne fait rien pour subjuguer le spectateur, il reste distant, d’une apparente froideur, comme chez Bresson, mais il renvoie le spectateur à des questions bien plus fondamentales : y a–t-il donc un feu secret qui habite le cœur des êtres humains et les laisse insatisfaits tant qu’il ne trouve l’absolu ?

Un film donc que je vous recommande vivement.

Jacques Lefur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article