Face à la vieillesse, apprivoiser le sourire de la grâce

Publié le par G&S

 

La question de l’avenir des systèmes de retraite est posée de façon de plus en plus pressante à nos sociétés. Il semblerait que le président de la République veuille y répondre par une des réformes phares de son quinquennat. Au-delà des déficits financiers qu’il faudra bien prendre à bras le corps, c’est le sens même de la vieillesse qui est en jeu.

Claude-Olievenstein.jpgDans un ouvrage assez poignant où il s’interrogeait sur son propre vieillissement, Claude Olievenstein, médecin psychiatre spécialisé dans la prise en charge des toxicomanes, décédé en 2008, écrivait ceci : « Il y a deux âges privilégiés pour se préoccuper du sens de la vie : l’adolescence où tout est éveil, où l’inquiétude, qui peut être extrême, est mâtinée d’espoir sous-tendu par les forces vives en ébullition ; et puis le moment de la reconnaissance, par l’intime conviction de la naissance de la vieillesse, de son parcours inéluctable, point de départ d’une interrogation, à vous rendre fou, sur votre devenir » 1.

La vieillesse est un formidable miroir pour une société qui a érigé le culte de la jeunesse, de la performance et de la consommation en absolu. D’où l’effort de celui qui se sent vieillir de tenter de coller le plus possible à ces images afin de se sentir encore intégré. Le docteur Jean Maisondieu, un des meilleurs spécialistes de la maladie d’Alzheimer, voit dans cette pathologie, qui va atteindre de plus en plus de personnes âgées dans les pays développés, non seulement un processus biologique de dégradation, mais le résultat de cette injonction contradictoire : il faut vivre le plus longtemps possible mais rester jeune le plus longtemps possible. 2

Face à la vieillesse, une société ne peut éviter de s’interroger sur son système de valeur. La naissance de l’humain, et donc du politique, passe par la prise en compte de la dignité radicale de chaque être humain. La vieillesse incarne à la fois une figure d’expérience, d’autorité et de faiblesse. Dans une société impitoyable aux faibles, la tentation est de se focaliser sur les manques par rapport à l’étalon-or du jeune-dynamique-gagnant. La vieillesse est alors vécue comme une succession de pertes. Cela peut l’entraîner dans des écueils bien connus : soit la crispation sur une gérontocratie où l’affirmation du pouvoir devient de plus en plus ubuesque pour compenser les atteintes de l’âge. Ou bien la capitulation devant l’impossibilité croissante de s’identifier aux belles images sociétales dans un abandon progressif des échanges sociaux pouvant aller jusqu’à la démence sénile.

Dans une conférence donnée en 2007 au Temple de l’Etoile à Paris intitulée Vivre en étant vieux, Maurice Bellet déclarait : « à l’approche de la mort, vanité des vanités tout est vanité – sauf la chose qui demeure : l’amour, le grand amour, celui qui veut tout, espère tout, pardonne tout, celui que les premiers disciples nommaient d’un nom à peu près intraduisible, agapè, la très haute et très humble tendresse » 3. La retraite permet de prendre la distance avec le « struggle for life » devenu l’alpha et l’oméga du libéralisme triomphant. La sagesse de la vieillesse passe par la capacité d’assumer enfin la finitude de l’homme niée chaque jour dans la fuite en avant d’une société évacuant la mort au profit d’un fantasme perpétuel de dynamisme et de jeunesse. Ne plus pouvoir s’identifier au Prométhée conquérant ou au Sisyphe d’un travail dont le sens se perd dans une mondialisation financière sans foi ni loi peut permettre d’apprivoiser le sourire de la grâce.

Bernard Ginisty

Chronique diffusée sur RCF Saône & Loire le 16.05.10)

 

1 - Claude OLIVENSTEIN : Naissance de la vieillesse. Éditions Odile Jacob Paris 1999, p.40.
2 - Cf. Jean MAISONDIEU : Le crépuscule de la raison nouvelle édition Bayard 1996
3
 - Maurice BELLET : Vivre en étant vieux. Conférence donnée le 14.11.07 au Temple de l’Etoile à Paris.

Publié dans Signes des temps

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Francine Bouichou-Orsini 19/05/2010 17:00



Merci, Bernard Ginisty, pour la profondeur de vos analyses.
Oui, avec la vieillesse, l’instauration d’une prise de  distance accrue, peut  conduire à regarder autrement une contradiction, jadis ressentie insupportable, source de refus ou
d’angoisse.
La cohabitation, insolite et quotidienne, de la finitude de nos actes et de l’infini de notre désir, désormais, peut susciter une nouvelle sagesse, éclairée par « le sourire de la
grâce », et ouvrir une voie de dépassement. Dans cette nouvelle  visée, ce qui s’est construit dans la lumière de l’Esprit échappe à l’emprisonnement du temps et de l’espace pour
évoluer librement dans un accomplissement permanent, au sein d’un autre royaume ; certaines relations humaines (amour ou amitié) en dessinent une préfigure.
Francine Bouichou-Orsini



Francine Bouichou-Orsini 19/05/2010 16:49



Version:1.0 StartHTML:0000000181 EndHTML:0000003918 StartFragment:0000001595 EndFragment:0000003882 SourceURL:file:///Macintosh%20HD/Users/bouichoufrancine/Desktop/Vieillesse


Merci, Bernard Ginisty, pour la profondeur de vos analyses.


Oui, avec la vieillesse, l’instauration d’une prise de  distance accrue, peut conduire à regarder autrement une contradiction, jadis ressentie
insupportable, source de refus ou d’angoisse.


La cohabitation, insolite et quotidienne, de la finitude de nos actes et de l’infini de notre désir, désormais, peut susciter une nouvelle
sagesse, éclairée par « le sourire de la grâce », et ouvrir une voie de dépassement. Dans cette nouvelle visée, ce qui s’est
construit dans la lumière de l’Esprit échappe à l’emprisonnement du temps et de l’espace pour évoluer librement dans un accomplissement permanent, au sein d’un autre royaume ; certaines relations humaines (amour ou amitié) en dessinent une préfigure.


                       
                       
                        Francine Bouichou-Orsini