Eau source de vie, pas de profit !

Publié le par G&S

Un alter forum dont les marseillais se souviendront…

Plus de 5000 participants, venus du monde entier, ont pu se rencontrer entre le 14 et le 17 mars dernier au Dock des Suds de Marseille à l’occasion du Forum Alternatif Mondial de l’Eau (FAME).

Un très grand rassemblement qui s’est terminé par une manifestation des plus ensoleillées du Palais Longchamp au Vieux Port… des couleurs, de la diversité et un slogan, répété sans fin :

EAU SOURCE DE VIE, PAS DE PROFIT !

Et pourtant ce n’était pas joué d’avance… Les subventions de l’État et de la Ville de Marseille ont brillé par leur absence.

Oui, ce forum a bien été un lieu d’investissement total de la société civile avec, en retour, un croisement incroyable d’expressions les plus diverses autour de la thématique du partage l’eau, bien commun de l’humanité.

Le projet s’est dessiné au tout début de l’année 2011, lors du Forum Social Mondial de Dakar. L’ensemble des organisations ont signé alors un « Appel » qui faisait suite à la « reconnaissance, par les Nations Unis, de l’accès à l’eau pour tous comme un droit fondamental » (juillet 2010)

Très rapidement, la Charte du FAME a été élaborée. C’est elle qui a été l’axe central de l’ensemble des investissements. Le CCFD-Terre Solidaire a été un des premiers signataires de cette Charte. Un plaidoyer a été réalisé puis « porté » au sein du Forum Mondial de l’Eau par l’ONG. Plaidoyer à deux volets : la dénonciation de pratiques d’exclusion voire d’expropriation des petits paysans et proposition de solutions techniques, sociales, institutionnelles et financières.

De fait, ce sont ces deux aspects qui ont été illustrés tout au long du Forum par des partenaires multiples, venus d’un peu partout… Éthiopie, Tchad, Burundi, Tunisie, Bangladesh, Inde, Cambodge, Philippines, Mexique, Pérou, Bolivie, États Unis, Europe… Rencontres multiples d’hommes et de femmes, tous acteurs de changement au plan local, le plus souvent en réseau, plateforme, coalition.

Au total plus de 180 propositions de témoignages de près de 50 pays sont parvenues aux organisateurs du FAME ! Elles ont donné lieu à des ateliers sur 11 axes thématiques tels que : eau agricole, eau potable, souveraineté alimentaire, barrages, femmes et eau, financiarisation, eau et gaz de schiste, accaparement de l’eau, eau et industrie minière… pour n’en citer que quelques-unes.

Un des grands moments du Forum s’est déroulé le premier jour avec l’arrivée des caravanes des porteuses d’eau…. Quid ? Elles étaient parties, un mois auparavant, de plusieurs villes du sud de la France, portant un bidon d’eau sur la tête ou à bout de bras… vers la porteuse d’eau suivante, à laquelle elles passaient le relais. Leur arrivée dans l’après midi au Dock des Suds a donné lieu au lancement du Forum sur une note de gaieté, d’émotion, de chants et de témoignages (les premiers d’une longue série).

Un des témoignages les plus forts a été celui d’un partenaire venu des Philippines : RovikObanil de l’association IRDF (Fondation pour le développement rural intégré), association partenaire du CCFD-Terre Solidaire. Le réservoir d’Angat permettait d’irriguer 30.000 ha de rizières et de fournir de l’électricité et 97% de l’eau potable de la population de Manille. Or, en 1998, sous les recommandations de la Banque Mondiale, l’État a décidé de déréguler le secteur de l’eau. Il a privatisé la gestion de ce réservoir en reconsidérant les droits à l’eau traditionnellement répartis entre le barrage hydroélectrique, le réseau de distribution d’eau potable et le « périmètre irrigué » qui dépendait de ce réservoir.

Le constat est sans appel :

- Les deux entreprises privées qui ont repris, l’une, la gestion du barrage hydroélectrique, l’autre, la distribution de l’eau potable, ont réussi à « grignoter » auprès du gouvernement 22% des droits en eau traditionnellement alloués aux agriculteurs.

- Les agriculteurs dont la production moyenne a été divisée par deux en dix ans, se sont considérablement appauvris et ne parviennent plus à payer les redevances pour l’entretien de leurs canaux d’irrigation.

- Les organisations paysannes appuyées par l’IRDF militent pour la libération de l’eau depuis le barrage et le transfert effectif de compétences aux associations d’agriculteurs irrigants.

Des récits comme ceux-là nous en avons entendu tant et tant… Cet événement mondial a su tenir ses objectifs. Oui, nous avons été témoins de rencontres ouvertes, visant à approfondir la réflexion, le débat d’idées démocratiques, la formulation de propositions multiples.

Un grand rendez-vous à venir (et à suivre dans nos media) : 20 Juin 2012 : Rio + 20.

Les Nations Unis ont décidé l’organisation d’une Conférence pour le développement durable, autour de six thèmes : lutte contre la pauvreté, sécurité alimentaire, accès à l’énergie, gestion des océans, amélioration de la résilience et préparation face aux catastrophes naturelles

Régine Thiriez

Pour avoir le son et l’image du FAME Marseille, allez sur : http://www.fame2012.org/fr 

Commenter cet article