Devoir de vacances (5) : Jésus, l’inattendu

Publié le par G&S

Je garde, après lecture de Jésus 1, ouvrage écrit par un historien, une idée centrale qui s'impose à mon esprit : Jésus n'a cessé de surprendre ses contemporains.

Jesus---Petitfils.jpgLa liberté de ses comportements choquait les Juifs de l'époque, particulièrement les autorités religieuses. Il ne respectait pas le jour du Sabbat pour agir intempestivement en accomplissant des gestes de charité. Il renversait l'étal des marchands du Temple, etc... La radicalité de ses propos indignait un notable pharisien et bien d'autres : « Amen, Amen, je te le dis : personne, à moins de naître d'en haut, ne peut entrer dans le royaume de Dieu ».

La hauteur de Ses propos dépassait les frontières des cultes et des nations : « on adorera partout Dieu en esprit et vérité, et Celui-ci rassemblera hommes et peuples pour la moisson universelle » (p. 165). Face à cet enseignement moral, Ernest Renan, lui-même, reconnaît : « Entre les fils des hommes, il n'en est pas né de plus grand que Jésus » (p. 217).

Aujourd'hui encore, en 2013, pour les chrétiens désireux de s'engager dans la voie ouverte par Jésus, il ne s'agit pas de se conformer à une loi, rigoureusement prescrite. Jésus nous a seulement promis l'accompagnement de l'Esprit de vérité.

Cet Esprit de vérité nous interpelle, aujourd'hui comme hier, au travers de Ses paraboles. Il s'adresse à notre conscience : enfants d'homme, susceptibles d'accéder à la divinité, serons-nous capables de décider, en toute liberté, de suivre Jésus-Christ, sur la voie exigeante ouverte par Lui ?

C'est le mystère chrétien : appelés à devenir enfants de Dieu, nous sommes toujours en cours de création (ou de re-création), à condition, toutefois, d'y collaborer effectivement. À condition de ne pas se laisser enfermer dans les limites étroites d'un présent conforme à nos désirs du moment, un présent sans épaisseur 2.

Francine Bouichou-Orsini

1 – Jean-Christian Petitfils, Librairie Générale Française, mars 2013
2 – Paul Valadier, Un présent sans épaisseur, Revue Études, Juillet-Août 2013

Publié dans Réflexions en chemin

Commenter cet article