Devoir de vacances (3) : Il bouscule les tentations de m’installer

Publié le par G&S

Depuis vingt siècles, le message du Christ est transmis comme un Évangile, c’est-à-dire une « bonne nouvelle ».

Les institutions ecclésiastiques qui ont assuré cette transmission ont trop souvent transformé ce qui était une bonne nouvelle en une « bonne réponse » à des catéchismes. Où se situe la différence entre ces deux expressions ? La bonne réponse est le reflet d’une question. Elle ne prend sens que par rapport aux présupposés culturels et sociétaux que suppose la question. Une « bonne nouvelle » nous ouvre un tout autre champ. Elle est par définition inattendue, déstabilisante, peut-être même scandaleuse. Ainsi, saint Paul définit la vie et la mort de Jésus comme un scandale pour la loi juive et une folie pour la sagesse grecque.

Bien loin de rentrer dans des cases intellectuelles, religieuses ou morales fixées a priori, le Christ surprend et excède la dimension des questions.

Jésus nous demande de rester veilleur de l’inattendu, de ne jamais enfermer quelqu’un, soi-même ou un autre, dans un jugement définitif. À tout moment, notre bonne conscience comme d’ailleurs notre culpabilité peuvent être bousculées par l’accueil d’une « bonne nouvelle ». Cette grâce nous évite de passer notre vie à tourner en rond dans l’espace étroit de nos théories, de nos morales, de nos systèmes de sécurité.

En cela, le Christ incarne pour moi une rupture dans l’ordre du religieux. Les fondateurs de grandes religions connaissent en général une longue évolution vers la sagesse et la sainteté. Bouddha, Confucius, Abraham, Moïse, Mahomet ont vécu longtemps. L’abondance de leurs années constituait un signe de bénédiction. Or le Christ n’est en rien le théoricien d’une méthode spirituelle ou l’organisateur d’une structure religieuse. Sa trajectoire bouscule tous les états de vie et les relativise au nom de la conscience de sa filiation. Il meurt jeune et sa vie publique n’excède pas trois ans. Il se définit comme « Pâques », comme « passage » et, si l’on risque ce jeu de mots, « pas sage ». Ses disciples n’ont strictement rien compris de son vivant, perdus qu’ils étaient dans l’attente d’un messie politico-religieux. « C’est votre intérêt que je parte car si je ne pars pas, le Paraclet ne viendra pas à vous » (Jean 16,7).

Loin de favoriser la fascination du Maître, le Christ lie le surgissement de l’Esprit en l’homme à sa propre disparition. Au lieu de regarder le nez pointé vers le ciel, comme les disciples le jour de l’Ascension, l’homme est renvoyé à ses frères (cf. Actes 1,11).

Dès lors, l’amour agissant devient la nouvelle frontière. La tranquille possession de la loi par les clercs et de l’intériorité par les sages éclate. L’homme est désormais confronté aux excès de la grâce et du refus. Tous les pouvoirs vont tenter de colmater désespérément cette brèche. L’Évangile de Jean témoigne de ces scissions permanentes provoquées par les paroles de Jésus et de la course-poursuite des clercs et des chefs pour l’arrêter. Et lorsqu’enfin ils l’ont saisi, condamné, cloué, enterré, le « pas-sage » de Pâques surgit dans la conscience des disciples et se répand dans une Pentecôte aux dimensions du monde.

À l’heure décisive de sa mort, les évangélistes nous rapportent ses deux dernières paroles : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » suivi de « Père, je remets mon esprit entre tes mains ». Aucun crépuscule des dieux ne sera aussi radical que la mort du supplicié condamné par les défenseurs des ordres établis politiques et religieux. Mais cet arrachement final au Dieu des religions et des États s’accomplit dans l’abandon confiant au Père source de toute naissance et renaissance.

L’Évangile nous dit : Dieu est un enfant dans une crèche, Dieu est présent dans le pain partagé. C’est dire à quel point Dieu, à travers le Christ, « se défroque » des oripeaux de puissance, de gnose et de gloire. Par quelle aberration tant de ses disciples se sont-ils « froqués » de pouvoir, de dogmes, de moralisme, de richesses ? Ceux qui entendent aujourd’hui la jeunesse de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ sont invités à vivre de nouveaux « passages » qui seront de nouvelles naissances pour que « leur joie demeure ».

Bernard Ginisty
Texte publié dans l’ouvrage dirigé par Stan Rougier : Pour vous qui suis-je ? Éditions Mame 2013

Publié dans Réflexions en chemin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Francine Bouichou-Orsini 07/07/2013 17:20





Oui, avec l'annonce de la, Bonne Nouvelle, Jésus nous pousse à rejeter, loin de nous, toute tentation d'installation. Joseph Moingt (1) nous le
rappelle : "La foi, c'est cette force que Dieu nous donne de sortir des réponses toutes faites, de la répétition du même, de sortir des moyens déjà connus pour aller à Lui, Lui qui est toujours
ailleurs" (p. 120).


Les saints ont su le faire, et Marie la première... A nous de continuer, certes pas facile; mais rendu possible, et même libérateur, avec la foi,
source de sens et de joie.


Francine Bouichou-Orsini


(1). Croire quand même, Edition Temps Présent, novembre 2 010.