Deux cardinaux français chez les grands rabbins d'lsraël

Publié le par G&S

En visite en Israël cette semaine pour l'inauguration d'un mémorial au cardinal Lustiger, le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, et le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux, ont été reçus jeudi en audience privée au grand rabbinat d'lsraël par les deux nouveaux grands rabbins, le rabbin ashkénaze David Lau et le rabbin séfarade Yitzhak Yossef.

« C'est la première fois que des cardinaux français sont reçus en Israël par des autorités juives de ce rang, et c'est très encourageant car ce sont des références internationales qui montrent aux autres rabbins du monde qu'ils peuvent faire de même », confit le Père Patrick Desbois, cheville ouvrière de la rencontre, qui a duré une heure.

« Cela a été une vraie rencontre judéo-chrétienne, entre responsables ne cherchant pas à montrer qui est supérieur à l'autre, mais quoi faire ensemble dans une fidélité à l'Écriture. »

Parmi les sujets abordés, la manière dont les religieux des deux pays se situent dans une démocratie moderne dont une grande part de la population n'est plus croyante.

« Il y a eu un long échange de fond sur l'Écriture. L.es grands rabbins nous reconnaissant comme héritiers du don de la 'Thora, comme eux, et non dans un rapport de juifs à non-juifs », s'est réjoui Mgr Jérôme Beau, évêque auxiliaire de Paris, chargé du dialogue avec le judaïsme pour le diocèse de Paris.

Céline Hoyeau
à Jérusalem, pour le journal La Croix

Publié dans Signes des temps

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fanfan 31/10/2013 10:15


 Bonjour Robert, quand vous écrivez :


"Puisse t-il en être ainsi dans tous les diocèses du monde!"


Auriez-vous des doutes?


Si je peux me permettre j'ajouterais: et chez toutes et tous les baptisé-e-s au


nom du Père,du Fils et du Saint-Esprit! Parce qu'un évêque ne fait pas à lui  tout


seul un diocèse..


fanfan une catholique qui doit beaucoup à "ses "frères aînés dans la foi"

Robert Kaufmann 31/10/2013 01:06


Après Jean XXIII, Paul VI et le cardinal Bea, Jean Paul II, Benoît XVI, et aujourd'hui le Pape François, voilà un nouveau signe de l'intérêt que porte aujourd'hui l'Eglise envers ses "frères
aînés dans la foi" et le Judaïsme, olivier franc sur lequel s'est greffé le Christianisme.


Puisse t-il en être ainsi dans tous les diocèses du monde !


Robert Kaufmann                                                  
                                       Président de l'Amitié Judéo Chrétienne Marseille