Décret de la Pénitencerie apostolique

Publié le par G&S

Indulgences à l’occasion de la VIIe Rencontre mondiale des familles

Pénitencerie apostolique – Milan

Décret

Le don des Indulgences est accordé aux fidèles, à l’occasion de la VIIe Rencontre mondiale des familles, qui se tiendra à Milan du 30 mai au 3 juin 2012.

Le rassemblement des familles sera célébré lors de l’imminente Rencontre mondiale de Milan sur le thème La famille, le travail et la fête, dans le but d’indiquer comment concilier au mieux les exigences de la famille avec celles du travail et des jours de fête, en particulier du dimanche, Pâque hebdomadaire, jour du Seigneur et jour de l’homme, jour de la famille et de la communauté.

Afin que les fidèles se préparent spirituellement à participer de la meilleure façon possible à l’événement, Sa Sainteté Benoît xvi leur accorde volontiers le don des Indulgences selon la disposition suivante, de sorte que, vraiment repentis et animés par la charité, ils se consacrent à la sanctification de la famille, suivant l’exemple de la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph.

On accorde l’Indulgence plénière aux conditions habituelles (confession sacramentelle, communion eucharistique et prière selon les intentions du Saint-Père) aux fidèles qui, l’âme détachée de tout péché, participeront pieusement  à une fonction au cours de la Rencontre mondiale des familles susmentionnée, ainsi qu’à sa conclusion solennelle.

Les fidèles qui n’auront pas la possibilité de participer à cet événement, pourront obtenir l’Indulgence plénière, aux mêmes conditions, si, unis spirituellement aux fidèles présents à Milan, ils réciteront en famille le Notre Père, le Credo et d’autres pieuses prières pour invoquer de la Divine Miséricorde les finalités susmentionnées, en particulier lorsque les paroles du Souverain Pontife seront transmises à la télévision et à la radio.

En outre, on accorde l’Indulgence partielle aux fidèles chaque fois que, le cœur contrit, pendant le temps indiqué, ils prieront pour le bien des familles.

Le présent Décret est valable pour cette occasion. Nonobstant toute disposition contraire.

Donné à Rome, du siège de la Pénitencerie apostolique, le 17 mai 2012, en la solennité de l’Ascension du Seigneur.

Manuel Card. Monteiro de Castro
Pénitencier Majeur

Gianfranco Girotti, o.f.m. conv.
Évêque titulaire de Meta, Régent

Source : Osservatore Romano

Publié dans Signes des temps

Commenter cet article

M-O 20/06/2012 13:10


Consternant ! Je trouve ça d'un paganisme effroyable, au mieux ridicule... En espérant que ce ridicule ne tue pas. 


Sans doute vaut-il mieux en rire qu'en pleurer, si et seulement si ce rire n'est pas une manière de balayer des situations familiales qui sont de terribles souffrances pour les personnes. Seul
l'amour restera.

Robert Kaufmann 19/06/2012 00:24


Je croyais que s'en était fini avec cette invention des indulgences...


Ce n'est pas 5 siècles en arrière qu'il faudrait revenir mais 20 siècles.Si Jésus avait dû rester dans sa tombe,il se retournerait probablement.  Là où Il est ,je me demande s'il en rit ou
en pleure, de voir ce qu'on a fait de son Testament...


Robert Kaufmann

Xénia 18/06/2012 15:53


Euh, comment dire... On ne s'est pas embrouillé dans les dates ? 2012 ou 1512 ? On a cinq siècles de retard il me semble... Peut-être qu'un bon moine pourrait se lever et initier come un vent de
réforme ! A moins que ce ne soit le peuple tout entier, le fameux peuple de Dieu, qu'il ne faudrait pas prendre pour des imbéciles...

fanfan 18/06/2012 10:41


..."prieront pour[le bien des familles]" certes,mais de quel "bien" parle-t-on???...


 Et les biens des familles???car pour que La Famille soit bien, il faut qu'Elle puisse


bien vivre, normalement en fait.Quelles sont les normes de "Ce Bien"???


Comment est-Il défini à notre époque par la Pénitencerie apostolique???


quant à la conclusion de cette prière je reste dubitative:


"En outre, on accorde l’Indulgence partielle aux fidèles chaque fois que, le cœur contrit, pendant le temps indiqué, ils prieront pour le bien
des familles."


 Alors...Or de ce temps là, pas la peine  de prier car pas
"d'Indulgence partielle"...ben dites-moi, il y a des relents Moyen-Âgeux  dans ce genre de prières!!!  


fanfan

Gilles 18/06/2012 09:46


"Selon
la doctrine catholique,
le péché est
effacé par le sacrement du pardon (confession).
Mais ce sacrement n'enlève pas la peine temporelle due au péché, qui se traduit généralement par un temps de purgatoire si
elle n'est pas d'abord purgée sur terre par des actes de foi et de charité (actes de réparation). Cette peine temporelle peut être atténuée voire effacée par l'indulgence. L’indulgence est dite
partielle ou plénière, selon qu’elle libère partiellement ou totalement de la peine temporelle due pour le péché." (Wikipedia).



Que Rome veuille bien nous préciser si le Très Saint Père propose une indulgence totale ou partielle, et si oui à combien de jours de purgatoires nous pourrons ainsi échapper  ... Nous
tremblons à l'idée de ce purgatoire si terrible, peut-être si proche de l'enfer, et sommes prêts à tous les sacrifices pour accumuler les précieuses indulgences ...



"O tempora, O mores"  .. à Rome les "O Mores" défient le temps.

Albert Olivier 18/06/2012 08:41


N'y a-t-il pas une erreur de datation ? 1612 par exemple (dans la période d'application des décrets du Concile de Trente). Ou est-ce l'arme fatale de la nouvelle évangélisation ? Ou un nouvel
élan donné à l'œcuménisme ?