Cent quarante-quatre mille

Publié le par G&S

מאות ארבעים וארבעה אלף

mé’ot ’arba’’iym ve’arba’’ah ’éleph

Amis lecteurs,

Notre blog vient d’accueillir son 144 000e visiteur et je ne pouvais pas laisser passer ce nombre sans vous en dire un mot. Vous savez qu’on le trouve dans L’Apocalypse de Jean ; j’ajouterai qu’on l’y trouve trois fois et nulle part ailleurs dans la Bible.

Les trois occurrences sont Apocalypse 7,4 ; 14,1.3.

En Apocalypse 7

« Attendez, pour malmener la terre et la mer et les arbres, que nous ayons marqué au front les serviteurs de notre Dieu. » Et j'appris combien furent alors marqués du sceau : cent quarante-quatre mille de toutes les tribus des fils d'Israël.

De la tribu de Juda, douze mille furent marqués,
de la tribu de Ruben, douze mille,
de la tribu de Gad, douze mille,
de la tribu d'Aser, douze mille,
de la tribu de Nephtali, douze mille,
de la tribu de Manassé, douze mille,
de la tribu de Siméon, douze mille,
de la tribu de Lévi, douze mille,
de la tribu d'Issachar, douze mille,
de la tribu de Zabulon, douze mille,
de la tribu de Joseph, douze mille,
de la tribu de Benjamin, douze mille,
furent marqués.

Après quoi, voici qu'apparut à mes yeux une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, de toute nation, race, peuple et langue ; debout devant le trône et devant l'Agneau, vêtus de robes blanches, des palmes à la main, ils crient d'une voix puissante : « Le salut à notre Dieu, qui siège sur le trône, ainsi qu'à l'Agneau ! »

En Apocalypse 14

Puis voici que l'Agneau apparut à mes yeux ; il se tenait sur le mont Sion, avec cent quarante-quatre milliers de gens portant inscrits sur le front leur nom et le nom de son Père. Et j'entendis un bruit venant du ciel, comme le mugissement des grandes eaux ou le grondement d'un orage violent, et ce bruit me faisait songer à des joueurs de harpe touchant de leurs instruments ; ils chantent un cantique nouveau devant le trône et devant les quatre Vivants et les Vieillards. Et nul ne pouvait apprendre le cantique, hormis les cent quarante-quatre milliers, les rachetés à la terre.

  144000.jpg

144 000

Il s’agit bien d’un millier de douzaines de douzaines ! L’auteur évoque tout de suite les tribus d’Israël, laissant penser qu’il s’agit de l’ensemble du peuple d’Israël, ou tout au moins de ceux qui se sont convertis à la foi dans le fils de Dieu ; les chrétiens y verront sans doute le nombre des apôtres, mais ceux-ci étaient – aussi – israélites et croyaient au fils de Dieu… et leur nombre n’a certainement pas été choisi au hasard.

On doit noter que la liste que donne l’auteur de l’Apocalypse commence par Juda – qui est seulement le 4e fils de Jacob mais l’ancêtre de la tribu messianique et donc de Jésus (cf. l’article Si Judas avait été Juda) – et qu’elle est pour le moins surprenante. En effet :

- il y apparaît Joseph et son fils Manassé alors qu’on trouve dans le Premier Testament (Nombres 1,5-16) uniquement ses deux fils Éphraïm et Manassé, en ses lieu et place.

- il y apparaît Lévi, alors que le Premier Testament dit clairement : « YHWH mit alors à part la tribu de Lévi, pour porter l'arche de l'alliance de YHWH, se tenir en présence de YHWH, le servir et bénir en son nom jusqu'à ce jour. Aussi n'y eut-il pas pour Lévi de part ni d'héritage avec ses frères : c'est YHWH qui est son héritage comme YHWH ton Dieu le lui a dit. » Lévi est l’ancêtre de tous les prêtres d’Israël qui, à ce titre, ne sont pas chefs de tribu mais au service du peuple entier.

- il n’y apparaît pas Dan, pour une raison inconnue (la TOB de 1984 remarque qu’Irénée fait un lien entre Dan et Satan ou l’antichrist ; pourquoi pas ?!).

À cette dernière réserve près, je ne trouve nulle part dans les notes des bibles ou dans les ouvrages et sites divers auxquels j’ai eu accès le moindre commentaire sur cette incohérence… que je n’ai pas, dans l’état actuel de mes connaissances, les moyens d’expliquer.

 

144… 153… 666

On peut remarquer ques ces trois nombres sont tous utilisés par l'auteur appelé Jean et uniquement par lui.

On peut aussi – pourquoi pas ? – remarquer que 144 est égal à 153 moins 9 ! Oui, et alors ? me direz vous.

Alors, vous répondrai-je, ami contradicteur, on a vu dans un article (cf. Les 17 peuples et les 153 poissons) que 153 est la somme des 17 premiers nombres entiers naturels et représente la foule de tous les vivants qui sont la « gloire du bien » :

           1 + 2 + 3 + 4 + 5 + 6 + 7 + 8 + 9 + 10 + 11+ 12 + 13 + 14 + 15 + 16 + 17 = 153,

           <------------------------------>          <---------------------------------------->

                                 8 nombres                                                               8 nombres

144 est donc égal à la somme des 17 premiers nombres entiers moins celui qui est au milieu, le nombre 9. Or, le premier mot du dictionnaire hébreu qui a pour valeur 9 est אֵח (prononcé à peu près : er) qui signifie frère.

Comment passe-t-on du salut des seuls israélites convertis (144) à l’ensemble de l’humanité (153) ? La réponse est en Apocalypse 12,10-11 : Et j'entendis une voix clamer dans le ciel : « Désormais, la victoire, la puissance et la royauté sont acquises à notre Dieu, et la domination à son Christ, puisqu'on a jeté bas l'accusateur de nos frères, celui qui les accusait jour et nuit devant notre Dieu. Mais eux l'ont vaincu par le sang de l'Agneau et par la parole dont ils ont témoigné, car ils ont méprisé leur vie jusqu'à mourir. »

Le Christ, l’Oint du Seigneur, s’est fait frère de tous nos frères accusés et, Agneau de Dieu incarné (cf. l’article Qui et l’Agneau de Dieu incarné ) il a vaincu le Satan, l’accusateur.

Ce n’est pas pour rien que la phrase d’Apocalypse 14,1 « Puis voici que l’Agneau apparut à mes yeux » suit immédiatement celle-ci : « Que l'homme doué d'esprit calcule le chiffre de la Bête, c'est un chiffre d'homme : son chiffre, c'est 666 » ! (cf. l’article 666 ? C’est tout bête ! ).

666, la gloire du Mal a été vaincue par 144, le peuple d’Israël marqué du sceau des serviteurs de Dieu, et – par la mort et la résurrection de Jésus-Christ –l’humanité est devenue tout entière 153, la gloire du Bien qu’Apocalypse 14 nous invite à contempler, foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, chantant la gloire de Dieu !

Que le Seigneur bénisse et garde notre 144 000e visiteur !

René Guyon

Commenter cet article

Frédéric 01/03/2014 18:19

J'oubliais que si...sommes toutes, le total des 8 premiers nombres "premiers" ainsi que les 8 derniers nombres "premiers" faisait chacun 9אֵח, il est intéressant se constater que 9+9 = 18 soit....1+8 = 9 !

Soit le totum des frères est équivalent à Christ, Mais aussi le 9 des frères + le 9 de Christ forment aussi 9 (9+9=18 > 1+8 = 9) la...fraternité universelle, l'église de Christ ;-) !

Il est évident que cette symbolique ne nous parle pas de "quantitatif" 9 mais de "qualitatif" NEUF, une relation Fraternelle toujours neuve en Christ !

Une toujours nouvelle naissance sur le "Chemin de la Verité qui même à la Vie" comme sortie d'un...n'Oeuf ;-) !

Frédéric 01/03/2014 15:52

Bonjour René guyon,

Je relis ce texte qui prends une densité particulière, en effet sur ce passage :

"On peut aussi – pourquoi pas ? – remarquer que 144 est égal à 153 moins 9 ! Oui, et alors ? me direz vous" > et Bien que 153 c'est aussi et surtout 144 + 9 in fine !

"Que 153 est la somme des 17 premiers nombres entiers naturels et représente la foule de tous les vivants qui sont la « gloire du bien » :
1 + 2 + 3 + 4 + 5 + 6 + 7 + 8 + 9 + 10 + 11+ 12 + 13 + 14 + 15 + 16 + 17 = 153,

8 nombres 8 nombres
144 est donc égal à la somme des 17 premiers nombres entiers moins celui qui est au milieu, le nombre 9. Or, le premier mot du dictionnaire hébreu qui a pour valeur 9 est אֵח (prononcé à peu près : er) qui signifie frère."

c'est complètement vrais ! Et nous pourrons aussi remarquer quelque chose d'intéressant, c'est que 1+5+3=....9 ce qui me ferait dire que nous avons la "preuve par neuf" que nous"sommes" "neuf" en lui et que placé au "centre" des nombres premiers (et de la création) en "équilibre" entre les nombres de 1 à 8 qui "sommes" ...9 et les nombres 10 à 17 qui "sommes"....108 soit 1+8 = 9 aussi, c'est merveilleux, nous "sommes" tous EN lui, lui qui est le "Premier "des אֵח frères ! Lui אֵח frère en nous tous, nous tous אֵח frères en Lui, glorieuse unité et source de Vie !

En fait c'est ce que tu constate dans ta vie en Christ, plus tu meurs à toi-même plus tu es lui et aussi plus tu es lui, plus tu es toi comme jamais tu n'as été, que plus tu es en 'somme" lui, tu es "neuf" !

Merci Seigneur !

Lebaz Gilles 05/03/2011 21:38



Bonjour,


j'aimerai acheter votre livre "mais que cachait la feuille de figuier ? " . Pourriez-vous m'indiquer où le trouver ? Merci Gilles



Polygalla 23/01/2011 19:50


" 1 + 2 + 3 + 4 + 5 + 6 + 7 + 8 + 9 + 10 + 11+ 12 + 13 + 14 + 15 + 16 + 17 = 153 nombres 8 nombres 144 est donc égal à la somme des 17 premiers nombres entiers moins celui qui est au milieu, le
nombre 9. Or, le premier mot du dictionnaire hébreu qui a pour valeur 9 est אֵח (prononcé à peu près : er) qui signifie frère." Je viens de découvrir votre site ! Des lumières de cet ordre, j'en
reprendrai bien quelques louches. Je loue chaque jour davantage pour toutes les merveilles de la vie, et celles encore cachées dans la Bible ! Vrai trésor de Vie ! Merci Cordialement


G&S 24/01/2011 08:49



Merci pour votre enthousiasme, qui est pour nous un "carburant" irremplaçable !
Et un grand merci à Dieu, qui nous a livré la merveille qu'est la Bible pour le connaître un peu mieux !!!



René Guyon 27/11/2010 13:36



Quelle joie mêlée de ma sempiternelle question : qui suis-je pour mériter cela ? à la lecture de votre commentaire !
Cet Alcofribas est un sacré écrivain !
Je pense ne pas vous fâcher si je mets un essai de "traduction" de son texte en français courant :
"Mais avez-vous vu une fois un chien rencontrant quelque os à moëlle ? C'est, comme dit Platon, la bête du monde la plus philosophe. Si vous l'avez vu, vous
avez pu noter de [avec] quelle dévotion il le guette, de [avec] quel soin il le garde, de [avec] quelle ferveur il le tient, de [avec] quelle prudence il l'entame, de [avec] quelle affection il
le brise et de [avec] quelle diligence il le suce".
Merci !



Alcofribas Nasier 27/11/2010 12:44



Quelle délectable salutation pour le 144.000e visiteur du blog : c'est un texte "de haute graisse". Car il va très au delà de ce qui est malgré tout (que les responsables du blog me le
pardonnent) un petit événement.


Il vaut invitation à chercher dans tout événement la "substantifique moelle" de l'Écriture, savoureuse nourriture pour notre vie spirituelle. "Mais veistez vo' oncques chien rencontrant quelque
os medullaire ? C'est, comme dict Platon, la beste du monde plus philosophe. Si veu l'avez : vo' avez peu noter de quelle devotion il le guette : de quel soing il le guarde :
de quel ferveur il le tient : de quelle prudence il l'entomne : de quelle affection il le brise : et de quelle diligence il le sugce ?"
Ah, si l'on pouvait dire cela de chacun de nous !
Alcofribas Nasier