Affrontement

Publié le par G&S

Oui, dans la conscience d’un homme libre tout conduit un affrontement. Cela ne veut pas dire que tout affrontement prend la forme d’un conflit guerrier. Beaucoup d’affrontements sont doux, humbles, pacifiques et pacificateurs, ils ne cherchent que la Vérité, celle qui conduit à la lumière.

L’homme libre « fait face ». Il la cherche et la trouve.

Comme le disait un de nos maîtres : il ne se « figure » pas, il ne se défigure pas, toujours il se transfigure en s’accomplissant.

Le vis-à-vis en-visage autrui et se découvre lui-même différent.

Ainsi, à mon sens, d’une manière ou d’une autre tout être humain construit sa libération et va vers la liberté par de multiples affrontements.

Au moins quatre...

– un affrontement avec Dieu : c’est le drame de la foi, de la pauvreté

– un affrontement avec la nature qu’il a à pétrir et à domestiquer, à sauver. Puisque créé à l’image de Jésus, le Christ, il est aussi créateur et rédempteur. C’est aussi un affrontement avec la mort.

– un affrontement avec lui-même,puisqu’il a sans cesse à sauvegarder sa liberté d’homme juste

* contre les événements qui l’enferment,
* contre les tentations qui le sollicitent
* contre les tourments  du péché qui le rapetisse.

– un affrontement avec les autres, pour cet homme individu-social, unique et multiple, homme personne qui a besoin d’une communauté faite de personnes pour “exister”. Le compromis de la vie sociale. Il a sans cesse à défendre “son individu” contre les autres et il a sans cesse besoin de se communiquer pour exister.

Sur terre, l’affrontement est au cœur de l’homme libre Il signifie que l’homme « fait sa place », qu’il se tient debout, original et irréductible.

Dans sa vie temporelle, l’homme qui ne s’affronte pas a en fait démissionné.

S’il a traversé la mort, il ne connaît plus le combat de l’affrontement. Par sa résurrection il existe en plénitude, amoureux et libre dans la communion de Dieu.

Que dire de l’affrontement chrétien

On ne peut pas pactiser avec le mal, de quelque nature qu’il soit.

Le chrétien qui « veut » prendre parti pour la vérité connaîtra des affrontements sanglants avec le péché, le sien, celui des autres, de la société, du monde.

Il est impossible d’être quelque peu fidèle sans se faire beaucoup d’ennemis et l’Évangile demande de les aimer !

La foi est en même temps une paix profonde et un glaive qui tranche dans le vif de la vie.

Christian Montfalcon

Publié dans Réflexions en chemin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Robert Kaufmann 05/05/2012 16:31


Cou-Cou,Fanfan...et peut-être qques autres qui suivent cet échange...


Il est sans doute des moments dans la vie qui peuvent nous paraitre tellement moches qu'on a envie de rêver,de tendtre nos mains pour cueillir une poussière d'étoiles.


Il en fut ainsi pour Chamberlain en 38 avec l'accord de Munich.Deux ans plus tard,Churchill répétait


Même si on persiste à décerner au premier un brevet de Bonté et au second l'image du dogue,force est de constater en regardant dans le rétroviseur que cette bonté-là fut un luxe qui coûtat la vie
à des dizaines de millions d'hommes,de femmes,d'enfants,innocents.


Je reviens donc à mon propos d'origine=n'y a t-il pas un moment où la vertu de courage doit se substituer à celle de bonté ?  La difficulté est de situer ce moment.C'est pourquoi cette
réflexion est pointue en ce 5 Mai 2012, car si on jette un regard circulaire sur la Société actuelle,il y a plusieurs points d'attention qui éveillent notre doute.


C'est pourquoi,comme souvent,bien que le regard tourné vers la même finalité,nous choisirons sans doute demain des chemins différents pour y parvenir.


RK

fanfan 04/05/2012 22:29


Merci Robert Kaufmann au sujet de l'angélisme que vous m'attribuez...mais votre remarque  empathique et sympathique à la fois...en tout cas que je  la reçois ainsi m'a permise de
 comprendre le texte de Christian Montfalcon...Eurêka j'ai pigé...le sens réel de l'affrontement.


Quant à savoir si en ces temps de "courses aux urnes" nous devons pratiquer une cure d' angélisme qui pourrait être à mes yeux, une remise en forme..pourquoi pas!!! ...nous sommes habité(e)s par
tellement de démons qu'un nuage de poudre d'anges ne peut pas nous nuire d'avantage...à moins que ce ne soit que de la poudre aux yeux???


fanfan

Robert Kaufmann 04/05/2012 17:42


Moi,je crois comprendre les 2 textes


Ma perplexité vient du fait qu'ils viennent du même auteur et semblent comporter une contradiction apparente


En simplifiant à l'extrême,ne pourrait-on dire que,qu'on le regrette ou pas,les rapports entre les individus,entre les communautés, de pensées ou d'intérets, sont des rapports de FORCE ?


Fanfan est touchante dans son élan d'idéalisme.Mais construit-on un monde juste dans l'angélisme??


La question est piquante à la veille du 6 Mai.....


RK

fanfan 03/05/2012 21:25


Je ne suis pas étonnée que Robert Kaufmann soit perplexe à la lecture de ce texte traitant de l'affrontement.Car perso.je n'ai rien compris ou presque!!!


Autant dans le fond que dans la forme, je le trouve hermétique..;il ne me "parle pas", car je ne saisis pas ce que l'auteur veut nous transmettre .
Peut-être ne suis-pas assez en phase avec l'affrontement  qui se joue en moi entre La  FOI ET La RAISON??le plaisir et le déplaisir de découvrir ce combat acharné  et sans fin en
nous et autour de nous ...


fanfan

Robert Kaufmann 03/05/2012 10:35


Moi,je suis bien en accord avec tout cela.


Mais je suis un peu perplexe quant à l'articulation entre cette réfléxion et la précédente, et les 2 commentaires qui ont suivi....


R.Kaufmann