Les dangers d'un libéralisme incontrôlé

Publié le par Garrigues et Sentiers

 
« Ce qui à notre époque frappe tout d’abord le regard, ce n’est pas seulement la concentration des richesses, mais encore l’accumulation d’une énorme puissance, d’un pouvoir économique discrétionnaire, aux mains d’un petit nombre d’hommes qui d’ordinaire ne sont pas les propriétaires, mais les simples dépositaires et gérant du capital qu’ils administrent à leur gré.
 
« Ce pouvoir est surtout considérable chez ceux qui, détenteurs et maîtres absolus de l’argent, gouvernent le crédit et le dispensent selon leur bon plaisir. Par là, ils distribuent en quelque sorte le sang à l’organisme économique dont ils tiennent la vie entre leurs mains, si bien que sans leur consentement nul ne peut plus respirer.
«Cette concentration du pouvoir et des ressources, qui est comme le trait distinctif de l’économie contemporaine, est le fruit naturel d’une concurrence dont la liberté ne connaît pas de limites ; ceux-là seuls restent debout, qui sont les plus forts, ce qui souvent revient à dire, qui luttent avec le plus de violence, qui sont le moins gênés par les scrupules de conscience […]
 
« … La libre concurrence s’est détruite elle-même ; à la liberté du marché a succédé la dictature économique … Toute la vie économique est devenue horriblement dure, implacable, cruelle. À tout cela viennent s’ajouter les graves dommages qui résultent d’une fâcheuse confusion entre les fonctions et devoirs d’ordre politique et ceux d’ordre économique, telle, pour n’en citer qu’un d’une extrême importance, la déchéance du pouvoir : lui qui devrait gouverner de haut, comme souverain et suprême arbitre, en toute impartialité et dans le seul intérêt du bien commun et de la justice, il est tombé au rang d’esclave et devenu le docile instrument de toutes les passions et de toutes les ambitions de l’intérêt.
 
« … Les choses peuvent en arriver insensiblement à ce que les idées (d’un) Socialisme mitigé ne diffèrent plus de ce que souhaitent et demandent ceux qui cherchent à réformer la société sur la base des principes chrétiens. Car il y a certaines catégories de biens pour lesquels on peut soutenir avec raison qu’ils doivent être réservés à la collectivité, lorsqu’ils en viennent à conférer une puissance économique telle qu’elle ne peut, sans danger pour le bien public, être laissé entre les mains de personnes privées. »
 
 

Ce texte de 1931 n’émane pas d’un dangereux trotskiste ou d’un “anti-libéral” doublé d’un “ultra-altermondialiste”, mais d’un notable italien, Achille RATTI, plus connu sous le nom de Pie XI, dans son Encyclique Quadragesimo Anno célébrant le 40e anniversaire de “Rerum Novarum” (aux § 113, 114, 115, 117 et 123).

Commenter cet article

Pierre RASTOIN 21/06/2007 09:46

signature de cet article : JP II ?