Dieu et son Peuple : La Triple Alliance (3)

Publié le par Garrigues et Sentiers

PETITES SEMAINES, GRANDS EFFETS…

Nous abordons ici la conclusion de notre étude sur trois semaines de la Bible qui, par leur structure, leur contenu et leurs similitudes, vont nous permettre de tirer quelques considérations que vous attendez sûrement avec beaucoup d’impatience, amis internautes…

Les voici donc !

Résumé des éléments recueillis dans chaque semaine

Pour les atteindre, il faut résumer en quelques lignes le résultat de cette recherche :

  -- les trois semaines étudiées se découpent toutes en 6 jours, chacun des jours ayant un thème commun avec le jour correspondant dans les deux autres semaines.

  -- le 5e jour est un jour où il « ne se passe rien », un saut entre le 4e et le 6e jour, apparaissant sous des formes identiques dans chaque semaine.

      chaque semaine se déroule – ou, au moins, se termine – sur une montagne.

--  dans chaque semaine, on assiste à la venue de Dieu, qui se rapproche des hommes afin de manifester sa Gloire.

Mais – surtout – on assiste dans chaque semaine à l’initiative de Dieu qui veut faire alliance avec les hommes :

  -- dans la semaine au Sinaï, Dieu donne à Moïse ses dix paroles et fait explicitement alliance avec le peuple.

-- dans la semaine inaugurale de Jean, Jésus change l’eau en vin dans des jarres de pierre – qui ne manquent pas de rappeler les tables de pierre du Sinaï – pour manifester aux hommes qu’il est venu dans le monde pour apporter la joie du salut et l’alliance éternelle dans son sang, le vin de son dernier repas.

-- dans la semaine finale de Jean, Jésus, après avoir scellé son alliance dans le sang de sa croix – et le vinaigre tendu par les soldats – vient à la rencontre de ses disciples claustrés pour leur apporter la paix et, en soufflant sur eux, leur donner l’Esprit saint.
 

Signification théologique des trois semaines  

Il ressort clairement que ces trois semaines ont pour clé de voûte l’alliance de Dieu avec les hommes : il est donc grand temps de se rappeler – ou d’apprendre ! – que la fête de Pentecôte était pour les juifs du temps de Jésus – est encore aujourd’hui – la commémoration du don de la Loi par Dieu à Moïse, au mont Sinaï, qui était aussi son alliance avec le peuple hébreu… et que cette fête durait initialement… six jours (durée la plus courante, conforme avec le découpage décrit plus haut).

Les trois Pentecôte 

Au bout de cette longue étude, un constat s’impose : Dieu est à la fois patient et persévérant !

Et Jean, génialement ou – plus exactement – divinement inspiré, le démontre à ceux qui prennent le temps d’étudier la Parole au-delà de l’écoute distraite des messes dominicales (ce que nous avons tenté de faire ensemble, ami internaute !) : il montre que la Pentecôte du Sinaï, celle de Dieu avec le peuple conduit par Moïse, n’a pas été la seule tentative du Seigneur pour associer les hommes à son œuvre créatrice.

Pour Jean, le texte d’Exode 19 – les six jours du Sinaï dont l’apothéose est l’alliance avec le peuple dans les dix paroles, source de la Vie, donnée par le Père – est la première Pentecôte, celle de Dieu le Père. Jean est en cela comme tous ses frères juifs, à cela près que pour eux cette Pentecôte-là est l’unique Pentecôte.

Mais Dieu lui a inspiré de montrer aux hommes que ce qu’on a appelé la Nouvelle Alliance a bien été scellée au cours de l’ensemble de la vie visible de Jésus, avant et après sa Résurrection.

Pour les lecteurs attentifs (ceux qui ne s’arrêtent pas au parallèle boiteux avec le texte de la Création du monde) Jean fait du texte Jean 1,19-2,12 – les six jours de la semaine inaugurale dont l’apothéose est, à Cana, l’alliance avec le peuple dans l’amour absolu, source de Vie, de Jésus le Fils de Dieula deuxième Pentecôte, celle de Dieu le Fils.

Puis il fait du long texte Jean 11,55-20,29 – les six jours de la semaine finale dont l’apothéose est l’alliance avec le peuple dans le souffle, source de Vie, de l’Esprit de Dieula troisième Pentecôte, celle de Dieu l’Esprit.

On voit alors se révéler – les yeux émerveillés par l’immensité de l’amour de Dieu ! – que la Pentecôte est l’alliance de Dieu tout entier – Père, Fils et Esprit – avec l’humanité tout entière (voilà pourquoi il y a 153 poissons au bord du lac, en Jean 21 : totalité de Dieu et totalité de l’Humanité ! Cf. l’article Les 17 peuples et les 153 poissons),

La Pentecôte est triple et trinitaire…

 

  

    SEMAINE                     SEMAINE                SEMAINE

 

      AU                         INAUGURALE              FINALE

 

     SINAÏ                          DE JEAN                 DE JEAN

 

--------------                 --------------             --------------

 

  PENTECÔTE                    PENTECÔTE              PENTECÔTE
   DU   PÈRE                       DU FILS                DE L’ESPRIT

 

                                                    



 c
ce qu’on vérifie en remarquant que lorsque Jean écrit que Jésus souffle sur les disciples et leur dit : recevez l'Esprit Saint (Jean 20,22) cette expression : qarou harouar aqodesh, a pour valeur 121, présence de Jésus deuxième personne de la Trinité (2) au cœur de la Trinité (111, symbole trinitaire par excellence ; cf. l’article Déchiffrons les lettres hébraïques).

Donc :

-- C’est bien au cœur de la Trinité que Jésus donne l’Esprit-Saint qui procède de son Père.
--
C’est bien la Trinité tout entière qui a scellé et renouvelé l’Alliance éternelle de Dieu avec l’humanité.

On s’en tient ici à la foi énoncée dans le Credo de Nicée-Constantinople avant la querelle du filioque entre l’Église de Rome et celle d’Orient, qui aboutit au schisme de 1054 avec les Orthodoxes. Filioque : et du Fils, est une mention rajoutée systématiquement depuis le 9e siècle par l’Église catholique romaine à la version initiale : [l’Esprit] procède du Père. Le filioque contribuait à argumenter en faveur de la primauté du pontife de Rome, la liberté dans l'esprit étant en quelque sorte subordonnée à l'autorité instituée par le Fils, représenté par le Pape. Aujourd'hui, il semble qu’on tend à s’accorder sur la formule : l’Esprit procède du Père par le Fils.

L’histoire de Dieu avec son peuple, avec chacun des êtres humains de tous les temps, est bien une Alliance sans cesse renouvelée par Lui, même si elle est sans cesse trahie par son peuple, par chacun des êtres humains de tous les temps. 

 Quelle que soit sa sensibilité vis-à-vis du Seigneur,
proche du Père, du Fils ou de l’Esprit,
le croyant est
– tu es, ami internaute ! –
constamment porté par Lui,
dans une Alliance sans faille,
dans une renaissance perpétuelle.

Joyeuse Pentecôte à vous tous !

René Guyon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article