Dieu et son Peuple : La Triple Alliance (2)

Publié le par Garrigues et Sentiers

LES PETITES SEMAINES SE SUIVENT ET SE RESSEMBLENT
 
 
Il ne suffit pas, bien sûr, d'avoir dit que les deux semaines, inaugurale et finale, de l’évangile de Jean et la semaine au Sinaï du livre de l’Exode peuvent être découpés de façon similaire pour considérer qu’on a trouvé dans la première partie de cette étude, Les petites semaines de Dieu,  une explication nouvelle et inspirée ! Encore faut-il montrer de façon convaincante qu’il existe une vraie convergence des contenus symbolique et théologique de ces textes.
 
C’est ce à quoi on va s’attacher maintenant, en étudiant – jour par jour – le parallèle entre ces trois textes.
 
Semaine au Sinaï (Exode 19,1-2)
C’est le jour où le peuple arrive au désert du Sinaï, s’approche de la montagne et campe là, en face d’elle ; cette montagne est la Montagne de Dieu, qui se fera proche en y descendant pour rencontrer Moïse.
Cette montagne est appelée aussi Horeb. C’est le lieu où Dieu a déjà rencontré Moïse, au chapitre 3 de l’Exode, dans l’épisode fameux du Buisson ardent (cf. l’article Je ne suis pas ce que je suis) ; c’est aussi le lieu où Dieu rencontrera le prophète Élie, au chapitre 19 du 1er livre des Rois.
 
Semaine inaugurale de Jean (1,19-28)
C’est le jour où Jean-Baptiste se décrit comme la voix qui invite à préparer dans le désert le chemin du Seigneur (et non pas une voix qui crie dans le désert, ce qui serait épuisant et inopérant ; cf. Isaïe 40,3) de Celui qui approche, qui vient derrière lui et que le peuple ne connaît pas encore.
 
Semaine finale de Jean (12,1-11)
C’est le jour où Jésus commence son approche de Jérusalem, via Béthanie, et où Marie s’approche de lui pour oindre ses pieds et le reconnaître ainsi comme l’oint de Dieu, le Messie. C’est aussi le jour où la foule s’approche pour voir Jésus et le connaître mieux.
 
 
Semaine au Sinaï (Ex 19,3-8)
C’est le jour où Moïse monte vers Dieu qui lui annonce qu’il a choisi le peuple d’Israël comme son bien propre parmi tous les peuples, un royaume de prêtres, une nation sainte (son peuple élu) s’il écoute sa voix et garde son alliance.
Quand Moïse redescend, le peuple répond : tout ce que le Seigneur a dit, nous le ferons ; il accepte ainsi son élection par Dieu et l’alliance avec lui.
 
Semaine inaugurale de Jean (1,29-34)
C’est le jour où Jean-Baptiste voit Jésus venir vers lui et dit : voici l’agneau de Dieu, (…) c’est de lui que j’ai dit : derrière moi vient un homme qui (…) avant moi était (…) pour être manifesté à Israël. Alors il rend témoignage en racontant la scène du baptême qu’il a donné à Jésus dans le Jourdain et la descente de l’Esprit sur Jésus ; il termine en proclamant : j’ai vu et je témoigne que celui-ci est l’Élu de Dieu !
Il faut rappeler que Jésus était venu spontanément se faire baptiser par lui, acceptant ainsi par avance la proclamation faite par Dieu : celui-ci est mon fils bien-aimé qui a toute ma faveur (cf. en particulier Matthieu 3,13-17).
 
Semaine finale de Jean (12,12-50)
C’est le jour où Jésus entre dans Jérusalem, sous les acclamations et les cris de joie du peuple : béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !
Jésus dit clairement qui il est : voici venue l’heure où doit être glorifié le Fils de l’homme, et une voix venue du ciel proclame : je l’ai glorifié et de nouveau je le glorifierai. Jésus ajoute, acceptant ainsi clairement son élection et sa mission : moi, une fois élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes (…) pour peu de temps encore la lumière est parmi vous (…) qui croit en moi (…) croit en celui qui m’a envoyé (…) je ne suis pas venu pour juger le monde mais pour sauver le monde (…) ce que je dis, tel que le Père me l’a dit je le dis.
 
 
Semaine au Sinaï (Ex 19,9)
C’est le jour où Dieu confirme Moïse comme chef de son peuple : je vais venir dans la nuée pour que le peuple entende quand je parlerai avec toi et croie en toi pour toujours.
 
Semaine inaugurale de Jean (1,35-42)
C’est le jour où Jean-Baptiste voit encore Jésus venir vers lui et dit à deux de ses disciples : voici l’agneau de Dieu. Les disciples suivent Jésus chez lui et viennent où il demeure ; André rencontre son frère Simon (Pierre) et lui dit : nous avons trouvé le Messie.
Il le présente à Jésus qui lui dit : tu es Simon, fils de Jean ; tu t’appelleras Céphas, ce qui signifie pierre, c’est-à-dire base et chef de l’Église.
Ainsi Jésus – Dieu – nomme Pierre chef de l’Église, désigné par lui pour conduire son peuple dans l’attente de son retour.
 
Semaine finale de Jean (13,1-18,27)
C’est le jour – long ! – où Jésus confirme son élection par Dieu.
On ne citera que quelques occurrences, chacun étant libre d’en chercher – et d’en trouver ! – d’autres :
      13,13 : vous m'appelez Maître et Seigneur, et vous dites bien, car je le suis.
      13,32 : si Dieu a été glorifié par le Fils de l’homme, Dieu aussi le glorifiera en lui-même et c'est aussitôt qu'il le glorifiera.
      14,1 : croyez aussi en moi.
      14,6-7 : je suis le Chemin, la Vérité et la Vie, nul ne vient au Père que par moi ; si vous me connaissez vous connaissez aussi le Père.
      15,5 : celui qui demeure en moi, et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruits.
      16,5 : je m’en vais vers celui qui m’a envoyé.
Ce jour se termine chez les grands prêtres Anne et Caïphe, pendant le procès de Jésus.
 
 
Semaine au Sinaï (Ex 19,10-15)
C’est le jour où Dieu annonce à Moïse qu’il va descendre aux yeux de tout le peuple. Pour cela le peuple doit se sanctifier aujourd’hui et demain : chacun doit laver ses vêtements et se tenir prêt.
Moïse dit au peuple : tenez-vous prêts pour le troisième jour (il est regrettable que la Bible de Jérusalem transforme en après-demain ce troisième jour) et ne vous approchez pas de la femme.
 
Semaine inaugurale de Jean (1,43-51)
C’est le jour où Jésus rencontre Philippe, puis Nathanaël, qui lui dit : tu es le fils de Dieu, le roi d’Israël ; et Jésus lui répond : parce que je t’ai dit que je t’ai vu sous le figuier, tu crois ! Tu verras mieux encore ! (…) En vérité, en vérité je vous le dis : vous verrez le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme.
 
Semaine finale de Jean (18,28-19,42)
C’est le jour du procès de Jésus devant Pilate et de la crucifixion, celui où Dieu se fait plus proche que jamais de son peuple et de l’humanité, prenant leur condition jusqu’à la plus extrême déchéance : la mort infamante sur une croix pour un crime qu’il n’a pas commis, créant ainsi le lien perpétuel entre Dieu et l’humanité, dans la continuité du Premier Testament.
Jésus est élevé sur la croix, d’où il a dit qu’il attirerait tous les hommes à lui (Jean 12,32) ; il se penche vers sa mère et son disciple : femme, voici ton filsvoici ta mère…
 
 
C’est le jour où – apparemment ! – il ne se passe rien, mais où on est dans l’attente de la réalisation d’une promesse plus ou moins explicite.
Semaine au Sinaï
C’est le jour où les Hébreux doivent veiller à se tenir prêts et ne pas s’approcher de la femme, dans l’attente explicite du jour suivant, ce troisième jour où ils doivent voir Dieu descendre aux yeux de tout le peuple.
 
Semaine inaugurale de Jean
C’est un jour qui s’ouvre sur l’attente de voir le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme. Les disciples qui ont entendu cette annonce de Jésus ne savent pas quand cette promesse se concrétisera.
 
Semaine finale de Jean
C’est le jour du silence du tombeau, qui ouvre une attente pour certains, comme Joseph d’Arimathie (cf. l’article Joseph d’Arimathie, un homme qui pose question) et peut-être quelques autres qui ont su entrevoir qu’il pourrait se passer quelque chose après.
La durée de ce jour est indéterminée, sauf pour ceux qui étaient avec Jésus quand il commença de montrer à ses disciples qu'il lui fallait s'en aller à Jérusalem, y souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être tué et, le troisième jour, ressusciter (cf. Matthieu 16,21, Luc 9,22 et autres). Reste à savoir si ces affirmations prêtées à Jésus sont historiques ou postérieures à sa Résurrection et purement catéchétiques.
 
 
C’est le troisième jour, où est explicitée la raison de l’attente.
 
Semaine au Sinaï (Exode 19,16-24…)
Si des points de suspension suivent le nombre 24, c’est parce qu’on peut considérer que le 6e jour du Sinaï s’étend jusqu’au don par Dieu à Moïse (au chapitre 31) des tables de pierre contenant les dix paroles qu’il lui a données oralement au chapitre 24, et peut-être encore plus loin, car l’alliance de Dieu est éternelle !
 
Des puristes pourront objecter qu’en Exode 24,4 Moïse est censé s’être levé de bon matin… Mais on connaît maintenant l’aspect bien plus théologique que temporel de cette expression, qui ne crée aucun jour symbolique nouveau, puisqu’on ne passe que des paroles orales de Dieu aux paroles écrites par Lui.
 
Au début de ce troisième jour (troisième jour après le quatrième, et que malheureusement la Bible de Jérusalem transforme en surlendemain) Dieu descend sur le mont Sinaï avec des coups de tonnerre, des éclairs et une épaisse nuée sur la montagne, autant de signes de la gloire de Dieu, du moins dans le Premier Testament.
Le temps fort de ce jour est, bien sûr, le don des dix paroles de Dieu à son peuple, par l’intermédiaire de Moïse. Mais on y trouve aussi la confirmation par le peuple : toutes les paroles que le Seigneur a prononcées, nous les mettrons en pratique (Exode 24,3) et la montée sur la montagne de soixante-dix privilégiés qui contemplèrent Dieu puis mangèrent et burent (Exode 24,9-11).
 
Semaine inaugurale de Jean (2,1-12)
Ce troisième jour est un jour de noces, à Cana de Galilée !
On est sur une montagne – ou, au moins, une hauteur – puisque à la fin de cet épisode Jésus descend à Capharnaüm (en hébreu, village de la nuée, c’est-à-dire de la présence de Dieu, comme dans le désert du Sinaï).
La mère de Jésus est invitée, de même que Jésus et ses disciples. Marie alerte Jésus sur le besoin des invités : ils n’ont pas de vin.
La réponse de Jésus à sa mère a été abondamment commentée ; c’est, littéralement : femme, quoi entre moi et toi ? Alors Marie dit aux servants : tout ce qu’il vous dira faites-le
On connaît la suite : les jarres – six comme le jour de cette semaine ; de pierre, comme les tables de la Loi du Sinaï ! – et les servants, hommes qui ont obéi à la parole de Jésus sans rechigner et qui maintenant sont les quelques privilégiés qui savent pourquoi le vin servi à la fin du repas est meilleur que celui du début, car ils ont vu Jésus changer l’eau en vin et manifester sa gloire, de sorte que ses disciples crurent en lui.
 
Semaine finale de Jean (20,1-29)
Tout le monde sait, aujourd’hui, que ce jour est LE troisième jour ! Mais Jean dit que c’est le premier jour de la semaine, annonçant ainsi qu’on va assister à un commencement, à une re-création.
On est toujours sur la montagne du Crâne (le Golgotha), puisque Jésus a été enseveli dans un jardin au lieu où il avait été crucifié ; Marie, venant au tombeau, aperçoit la pierre enlevée, symbole de la victoire de Jésus sur la mort qui scelle la nouvelle alliance de Dieu avec son peuple. Puis les deux disciples – Pierre et l’autre disciple – viennent au tombeau ; Jean dit de l’autre disciple : il vit et crut ; suivent les apparitions de Jésus, en particulier aux disciples réunis, le soir de la résurrection, dans une pièce fermée où Jésus entre et leur dit : recevez l’Esprit saint en soufflant sur eux. Puis il apparaît encore, pour se montrer à Thomas, à qui il dit : parce que tu me vois, tu crois… (cf. l'article Thomas, bon ou mauvais jumeau ?)
 
o O o
 
Les repères mentionnés dans cette étude se résument dans le tableau synoptique ci-dessous, qui nous donne tous les éléments nécessaires pour conclure, dans la 3e et dernière partie que je vous invite à découvrir la semaine prochaine :
 
Jour 1
APPROCHE DE DIEU
Ex 19,1 : le troisième mois après leur sortie
Jn 1,19 : Et voici quel fut le témoignage
Jn 12,1 : 6 jours avant la Pâque
Jour 2
ÉLECTION
ACCEPTATION
Ex 19,3-8 : Moïse alors monta vers Dieu
Jn 1,29 : le lendemain, il voit Jésus venir
Jn 12,12-50 :
le lendemain
Jour 3
CONFIRMATION DU CHEF
Ex 19,9 : croie en toi pour toujours
Jn 1,35 : Le lendemain, Jean…
Jn 13,1-18,27 : avant la fête de la Pâque
Jour 4
ANNONCE DE LA
COMMUNICATION
AVEC DIEU
Ex 19,10-15 :
le Seigneur dit à Moïse
Jn 1,43 : le lendemain il résolut de partir
Jn 18,28-19,42 : alors… C’était le matin
Jour 5
SILENCE
 
 
 
Jour 6
GLOIRE DE DIEU
Ex 19,16…-24… : or le 3e jour, dès le matin
Jn 2,1 : le 3e jour,
 il y eut des noces
Jn 20, 1-29 : le 1er jour de la semaine
 
René Guyon
Fin de la 2e partie ; la semaine prochaine : PETITES SEMAINES, GRANDS EFFETS.
 

Commenter cet article