Je suis leur père, dit Dieu

Publié le par Garrigues et Sentiers

Un texte que j'aime beaucoup.
Peut-être une occasion pour vous de (re)lire un peu de Péguy, par exemple le monologue sur la mort de Jésus dans Le mystère de la Charité de Jeanne d'Arc (que j'ai eu la joie d'entendre au théâtre, par Françoise Ségnier), ou sur ce blog l'article Un cadet nommé désir (qui n'est pas de Péguy !)...

R. G.

 

Je suis leur père, dit Dieu.

Notre Père, qui êtes aux Cieux.

Mon Fils le leur a assez dit, que je suis leur père.

Je suis leur juge.

Mon Fils le leur a dit.

Je suis aussi leur père.

Je suis surtout leur père.

Enfin je suis leur père.

Celui qui est père est surtout père.

Notre Père qui êtes aux Cieux.

Celui qui a été une fois père ne peut plus être que père.

Ils sont les frères de mon Fils ; ils sont mes enfants ; je suis leur père.

Notre Père qui êtes au Cieux.

Mon Fils a très bien su s'y prendre.

Pour lier les bras de ma justice et pour délier les bras de ma miséricorde.

(Je ne parle pas de ma colère, qui n'a jamais été que ma justice.

Et quelque fois ma charité)

Et à présent il faut que je les juge comme un père.

Pour ce que ça peut juger un père.

Un homme avait deux fils.

Pour ce que c'est capable de juger.

Un homme avait deux fils.

On sait assez comment un père juge.

Il y a un exemple connu.

On sait assez comment le père a jugé le fils qui était parti et qui est revenu.

C'est encore le père qui pleurait le plus.

 CHARLES PÉGUY
Mystère des Saints Inoccents

Publié dans Fioretti

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article