Un Ange est passé...

Publié le par Garrigues et Sentiers


Depuis presque un an, nous trouvions toutes les semaines, modestement cachée dans la colonne de droite, la méditation sur l’évangile du dimanche, que nous offrait notre ami Angelo Gianfrancesco.
Avec la fin de l’année liturgique de Marc, il a souhaité mettre fin à cette contribution, ce que nous comprenons très bien, mais que nous regrettons sincèrement (même si cela ne l’empêchera pas de donner encore des articles à Garrigues & Sentiers !).
 
Angelo, je voudrais ici, et – j’en suis sûr – au nom de bien des lecteurs de ce blog, te dire combien tes billets ont été pour nous source de paix et d’espérance.
 
Loin des bondieuseries « sermonantes » ou des récupérations « modernistes », tu as su nous donner des évangiles de Marc une vision personnelle et humaine, Je dirais même « charnelle »,
 
Dans la mesure où les juifs nous apprennent que chair signifie aussi bonne nouvelle !
 
incarnée, de ce Jésus de Nazareth, pleinement Dieu et pleinement Homme, qui nous donne sa Vie en même temps que sa Parole.
 
Ta discrète implication personnelle dans le constat que le Seigneur est bien puissance de Vie et vainqueur de la mort a été pour moi, – pour nous – un véritable viatique, une nourriture pour la route, tout au long de cette année.
Et je n’oublierai jamais quelques finales percutantes dont tu as le secret :
 
Ne nous y trompons pas, il s’agit de devenir quelqu’un. C’est cela qui est en cause et pas autre chose ! Et on n’en finit pas de devenir quelqu’un… Le plus grand malheur c’est de s’arrêter…
 
Ma vérité, Seigneur Jésus, c’est ma joie profonde à l’idée d’être transformé pour toi, dans ma mort. Cela illumine et mon cœur et ma vie. Et cette joie, rien ne peut me la ravir…
 
Encore et toujours, l’unique lâcheté d’égoïsme de ne pas s’abandonner totalement à toi. Que puis-je faire d’autre Seigneur, sinon te donner cette lâcheté ? La mienne, celle de mes frères qui vivent et qui meurent, qui croient, qui ne croient pas. Ô Christ, ma vie…
 
Tout compte fait, par ce baptême que j’ai reçu au nom du Père, du Fils et de l’Esprit, je suis entré seulement dans une relation d’amour universelle qui fait de moi un fils et un frère, un ami et non plus un esclave. Me voila donc libéré du sacré et même du religieux. Ouf ! Je n’y avais jamais pensé…
 
Ne craindre le jugement de personne, ni le mien, ni celui de mes prouesses, de mon rang, de mes représentations. Celui de Jésus me suffit, non parce qu’il m’amnistie de je ne sais quoi, mais parce qu’il fait chanter mon désir de vivre…
 
Seigneur voici ma vie, fais-en ce que tu veux, et partout où tu m’envoies, heureux ou accablé, malade ou bien portant, pauvre ou comblé, fais-en du pain pour ceux que tu me donnes. Seigneur Jésus, voici ma vie, donne moi seulement mes frères, que je te les rende…
 
Tout lui donner, toujours, tout lui offrir, tout lui restituer. Lui, il nous rend en liberté (…) : en cessant de diviniser mon propre drame, ma propre géhenne, en cessant de ramener la Passion du Christ et du monde à la figure qu’elle prend pour moi, j’accède à la liberté des enfants de Dieu et à la force de vivre qui est goût d’aimer. Seuls les morts sont arrivés…
 
... sans oublier la superbe synthèse des derniers mots de ton dernier billet !
 
Cela force l’amour.
L’autre nom de la
vie où tout converge.
L’autre
nom de Dieu
 
o
o o
 
En hébreu, Ange se dit mala’ch,
 
Qui se prononce malar et qui signifie aussi messager.
 
qui est le mot Roi (malach) dans lequel vient se loger la lettre divine, le aleph.
 
Angelo, mon frère, tu as été pour nous, pendant toute cette année, ce que ton beau prénom annonçait : le Messager du Royaume de Dieu ; et, en cette fête du Christ, Roi de l’Univers, je ne voulais pas manquer l’occasion de te dire merci, Angelo, et à très bientôt sur le blog !
 
Le Blogmestre de G&S
  
P.S. A partir de cette semaine, d’autres personnes proposeront des méditations sur les textes du dimanche : Albert Olivier pendant l’Avent, Nathalie Gadéa pendant le temps de Noël… Ensuite le Seigneur y pourvoira…

Publié dans Garrigues & Sentiers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article