Recrutement

Publié le par Garrigues et Sentiers

 
« Malheureux êtes vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous parcourez la mer et la terre pour faire un seul converti, et quand vous y avez réussi, vous en faites un homme voué à la géhenne, deux fois pire que vous ».
(Matthieu 23,15)
 
Jésus réprimande vigoureusement les pharisiens et les scribes. Il les traite d’hypocrites car ils restent extérieurs à leur propos. Ils font « marcher » leurs affaires et cherchent des clients ! Tout se passe comme s’ils mettaient tout en œuvre pour recruter des disciples sans pour autant se convertir eux-mêmes. Ils croient plus à leurs propres techniques de marketing qu’au don de Dieu qui change les cœurs des chrétiens et de ceux et celles qu’ils fréquentent.
 
Les pharisiens et consorts de toutes les époques n’ont ni entendu ni pris pour leur gouverne les orientations de Jésus : pour un chrétien, la primauté en tout revient à chercher le royaume de Dieu et sa justice.
Que les baptisés vivent de leur mieux - et si possible ensemble - pauvreté, douceur, sollicitude, miséricorde, pardon, paix, fidélité à la parole donnée ; qu’ils s’efforcent de rendre cohérents leurs comportements avec leurs aspirations ; que les ‘béatitudes’ les inspirent jusque dans leurs moindres actions ; bref qu’ils choisissent de se ‘tourner’ vers la personne du Christ ressuscité tout en partageant simplement la vie, les espoirs, les chagrins, les échecs, les réussites, les bonheurs de ceux et de celles qui peuplent leur existence journalière. Alors, sans le rechercher avec affectation, ils seront source parce qu’ils auront considéré tous les autres comme des sources.
 
D’une certaine manière les baptisés sont appelés à déconcerter par leur simplicité, la modestie, la plénitude de leur service. Ils ne parcourent pas les mers et la terre pour « faire » des disciples, ils vivent de l’Évangile et de plain pied leur vie devient, comme malgré eux, une Bonne Nouvelle qui fait signe à tous.
Dans le secret, tout en partageant ce qu’ils sont et ce qu’ils ont, ils offrent le terrain qu’ils foulent et les personnes qu’ils croisent.
Avec des mots simples que tout le monde comprend, ils rendent compte de la foi qui les fonde et de l’espérance qui les anime.
Ils invitent à leur table avant d’inviter à l’Eucharistie.
Ils créent la bonne ambiance sur le terrain avant de convier à une vie fraternelle dans une communauté ecclésiale.
Ils sont ‘disponibles’ et ‘prennent soin’ avant de révéler que la personne du Christ les inspire et les renouvelle chaque jour pour augmenter la qualité de leur présence ordinaire.
Par beaucoup d’autres détails qu’induit leur désir de conversion, ils suscitent dans la vie ordinaire un cheminement, mais ils en restent libres et distants pour que s’établissent une communion et non une dépendance.
Ils ne vont jamais plus vite que l’Esprit saint. Leur écoute appelle le dialogue. Leur discrétion établit le respect.
 
Ils répudient les méthodes des scribes et des pharisiens hypocrites, et si par faiblesse ils tombent dans le piège du recrutement, dès qu’ils s’en aperçoivent ils demandent pardon.
 
© Christian Montfalcon

Publié dans Réflexions en chemin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article