Déchiffrons les lettres hébraïques...

Publié le par Garrigues et Sentiers


Il y a peu, nous avons découvert L'alphabet hébreu, alphabet de la vie, et nous avons vu qu'il n'est pas tout à fait un alphabet ordinaire...
 
Maintenant, nous pouvons aller plus loin en remarquant qu'en hébreu écrire et compter sont le même verbe, saphar ; sépher est l'écriture, et donc la lettre, le livre, appelé aussi siphera ; sepharah est le nombre.
 
Il s'ensuit naturellement, pour les hébreux, deux égalités parfaites :
 
lettre = chiffre
mot = nombre
 
Cela est parvenu jusqu'au français, langue où le mot chiffre est manifestement de la même racine que saphar ; mais aussi où chiffrer et déchiffrer se rapportent respectivement aux nombres et aux mots, de même que conter, compter et décompter !
On sait que l'entrelacement des lettres initiales d'un nom de famille (sur un trousseau ou des couverts, par exemple) s'appelle un chiffre et qu'un message chiffré ne se comprend que si on le déchiffre pour découvrir les lettres qui y sont cachées.
 
Nous pourrons ainsi découvrir que pour les hébreux le message biblique est très souvent chiffré et évoquer les jeux de mots et de nombres qui habitent toute la Bible, dans tous les livres, y compris - évidemment - dans le Nouveau Testament, même si - officiellement - tous ses livres ont été écrits en grec !
 
LA VALEUR DES LETTRES ET DES MOTS : LA GUEMATRIA
 
Pour les juifs, chaque lettre de l'alphabet hébraïque a une valeur numérique, selon des systèmes divers de décompte qui utilisent toujours son rang dans l'alphabet : c'est ce qu'on appelle la guematria.
 
Dans tous les articles à venir, quand nous ferons appel à la valeur des mots, ce sera en guematria par rang avec lettres finales (de 1 à 28), système qui est la clé qui ouvre dans le Premier Testament une foule innombrable d'allusions fulgurantes à Jésus, à la Trinité, à l'Incarnation, à tout ce qui annonce dans la Première Alliance ce qui fait notre foi. Nous l'appellerons guematria chrétienne.
 
Vous trouverez dans le tableau de l'article L'alphabet hébreu, alphabet de la vie, la valeur de chaque lettre, de 1 à 28 ; vous pouvez également télécharger cet alphabet et les valeurs numériques de lettres en cliquant sur l'icône ci-dessous
DEUX EXEMPLES CONCRETS DE GUEMATRIA, POUR UNE PREMIÈRE APPROCHE

1 / Les noms de Dieu
 
L'Unique, 'échad,
 
Prononcer érad. Le signe ' symbolise la lettre 'aleph.
 
a pour valeur 1+8+4 = 13, qui est aussi la valeur du mot 'El (1+12), autre nom de Dieu.
 
Le tétragramme sacré, qu'on translittère en YHVH (yod-hé-vav-hé),
 
C'est le nom imprononçable de Dieu, que nos frères juifs remplacent généralement par Adonaï (Seigneur) mais surtout pas par Yahvé !
 
a pour valeur 10+5+6+5 = 26.
 
Donc YHVH 'échad, Adonaï 'échad, qui signifie : (le) Seigneur (est) Un,
 
Fin du fameux texte du Shema Israël, écoute Israël (Deutéronome 6,4).
 
a pour valeur 26+13 = 39, qui est aussi 3x13, le Dieu trois fois unique. Ce Dieu Un est trois fois unique... comme c'est bizarre !
Élohim a pour valeur 1+12+5+10+24 = 52 = 2x26 = 4x13 ; c'est aussi la valeur de sépher : la lettre, le chiffre... Curieux ? Pas vraiment si on remarque que le mot parole, verbe est davar (avec un beït prononcé v) et a pour valeur 4+2+20 = 26.
 
Le Verbe est donc égal à Dieu : au commencement le Verbe était Dieu, dit Jean (Jn 1,1), ce qui n'est pas plus (mais pas moins !) que 26 = 26. Cette égalité est ce que les mathématiciens appellent une identité ; et ici elle est pour le moins remarquable !
Cette identité Verbe-Dieu est écrite (en langage chiffré) dans l'essence même des mots ! Ce qui n'a pas empêché les savants de disserter à longueur de siècles et de bouquins sur le parallèle entre le verbe dans Jean et le logos des philosophes grecs...
Le Verbe est hébreu ; il est Davar et il est Dieu. La lettre, le chiffre, le livre et la parole sont Dieu...
Nous croyons en un Dieu unique qui se dit par son Verbe et agit par son Esprit !
 
2 / Le 'aleph, lettre de Dieu
 
La lettre 'aleph est : 
-        la première lettre de l'alphabet
-        la seule lettre qui ne se prononce pas : elle a absolument besoin d'une voyelle pour être entendue (les lettres comparables, le et le 'aïn sont soit aspirée soit gutturale et ne sont donc pas absolument muettes)
-        une lettre finale qui ne change pas de forme (contrairement aux cinq autres)
 
Ce sont des « propriétés » qu'elle partage avec Dieu, qui est un, qui ne change pas et qui a un nom qui ne se prononce pas !
Le 'aleph est la lettre de Dieu !
 
La tradition juive va plus loin et remarque que la lettre 'aleph s'écrit comme 2 yod de part et d'autre d'un vav (voir leur forme dans l'alphabet ; le 'aleph est ci-contre).
Le yod supérieur représente le monde d'en haut qui se penche vers le monde d'en bas ; le yod inférieur représente le monde d'en bas qui essaie de gagner le monde d'en haut ; le vav est le lien entre les deux mondes, entre le Ciel et la Terre : c'est l'image du Messie
 
Le 6, rang de la lettre vav dans l'alphabet, est pour cette raison souvent considéré comme le nombre du Messie.
 
La valeur des composantes du 'aleph : yod+yod+vav, est 10+10+6 = 26, nombre du tétragramme sacré, nombre de Dieu... Et Jésus, qui dit être l'aleph et l'aleph, est bien Dieu !
 
Ces deux exemples doivent montrer aux plus incrédules parmi vous que la guematria n'est ni un hobby ni une lubie : elle fait partie intégrante de la réflexion sur l'Écriture juive.
Ses applications raisonnables, qui ne doivent jamais contredire ce que dit le texte « en clair », ouvrent des perspectives d'une richesse immense et disent souvent - simplement - ce que les grands théologiens ont quelquefois du mal à exprimer, souvent de façon bien plus compliquée !
Mais cela est une autre histoire... à suivre !
René Guyon
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

thierno souaibou diallo 09/03/2017 07:05

Le vrai nom de Dieu en letre et en chiffre?

Michel Louis Lévy 16/08/2008 10:48

Précision : "Elohim" se translittère ALHYM et vaut 1 + 12 + 5 + 10 + 13 = 41 en "guématrie par rangs", et 1 + 30 + 5 + 10 + 40 = 86 en "guématrie classique". Pour arriver à 52, il faut donner la valeur 24 au "M final" en "guématrie par rangs". En "guématrie classique", le M final vaut 600, ce qui donne 646 comme valeur d'Elohim.   MLL 

negamo 11/08/2008 13:37

Bonjourmerci pour sephora. et pour sepher, je l'ai vu plus haut dans l'explication "Elohim, ...c'est aussi la valeur de sepher..."comment savoir la traduction des noms ou mots en hebreu. sephora et sepher me semble de même racine et pourtant, il sont ecrit différement en hebreu ?!quelle est la différence entre les numerologies, jusqu'à 22, 28, 9/500 ? je suis un peu perdue, j'ai besoin de vos lumières.merci,cordialement

René Guyon 11/08/2008 14:57



Sephora est la transcription habituelle en FRANÇAIS du nom hébreu Tsipporah, qui dans la langue hébraïque
n’a rien à voir avec sepher.


Effectivement Elohim a pour valeur 52, comme sepher ; de même au début de l’évangile de Jean, la phrase « le Verbe était Dieu » dit que
Davar, le Verbe, vaut 26, comme le nom de Dieu, le Tétragramme sacré YHWH.


Ce que je propose n’est pas vraiment de la numérologie (qui a un sens souvent divinatoire que je rejette), mais de la guematria (interprétation des textes de la
Bble par la valeur numérique des mots).


Vous êtes-vous reportée à l’article L’alphabet hébreu alphabet de la vie, comme je vous le suggérais dans cet article-ci ? Vous y verrez qu’il y a 22
lettres « simples », numérotées de 1 à 22, et 6 lettres « finales » (dont 5 changent de forme quand elles sont à la fin d’un mot), numérotées de 23 à 28 (seul le aleph final ne changeant
pas de forme dans ce cas).



negamo 10/08/2008 18:23

Bonjour,Je trouve tout ce qui est dit interessant. je souhaite dechiffrer Sephora, une piste avec sepher ? Mais je n'arrive pas à trouver 26 avec ce dernier. Pouvez cous m'aider ?Cordialement

René Guyon 10/08/2008 18:52


Merci pour votre petit mot !
En ce qui concerne Sephora, si vous parlez de la femme de Moïse, son  nom hébreu est Tsiypporah (Tsadê-pé-resh-hé), signifie petit oiseau et vaut 18+17+20+5=60. On trouve son
nom en Exode 2,21 ; 4,25 et 18,2.
Sepher (samech-pé-resh)est la racine du mot écriture, et vaut 15+17+20= 52, nombre d'Elohim. Mais il n'y a pas de 26 dans tout cela. Précisez votre question sur le 26, si vous le
désirez.
Cordialement.


René Guyon 30/07/2008 14:20

Réponse à Pharisien libéré

De quel droit m’interdiriez-vous de jouer à ce « petit jeu » qui, à ma connaissance, ne lèse personne et ne porte atteinte ni aux bonnes mœurs ni à l’intégrité des biens et des personnes ?
Soyez un peu sérieux ! Vous m’abreuvez depuis plusieurs jours de commentaires qui ne sont « ni faits ni à faire », bourrés de fautes énormes de syntaxe et d’orthographe (vous écrivez deux fois, dans le commentaire ci-dessus, « hélàs » au lieu de « hélas » ; ce n’est donc pas une faute d’inattention, et ce n’est qu’un des nombreux exemples de la désinvolture de votre démarche). Quand on veut enseigner la rigueur à des gens qui n’ont rien demandé, le minimum qu’on doive faire et de mettre en ligne un document irréprochable sur la forme et sur le fond, sauf à vouloir leur exprimer son mépris en plus de l’étalage de sa science supposée.
D’autant plus que vous enfoncez des portes ouvertes : je sais comme tout le monde que Jésus ne parlait pas hébreu (mais encore moins grec !) avec ses disciples et que La Septante avait été écrite 2 siècles plus tôt par des juifs d’Alexandrie.
Mais quand vous dites qu’un présupposé est que « les rédacteurs étaient conscient (sic) de mettre de telles clefs dans le nouveau Testament », c’est vous qui présupposez ! La Bible n’est pas une œuvre de l’Oulipo ! Je crois que, même si elle a été écrite pas des hommes ordinaires (par opposition à extraordinaire, et sans connotation péjorative), une certaine inspiration qu’ils ne maîtrisaient pas forcément n’était pas étrangère à ce qu’ils écrivaient.
Je suis sûr que vous avez le clavier qui vous démange quand vous lisez cela, mais ne vous fatiguez pas à y répondre ; vous avez vos présupposés et j’ai les miens, et aucun de nous deux ne fera changer l’autre sur ce point.
« Que depuis le 14e siècle au plus tôt » ? C’est loin ça ! La lecture agnostique de la Bible est sans doute bien plus récente et vous ne vous interdisez pas de la pratiquer, même si elle s’assoit de temps en temps sur le « respect des textes tels qu'ils nous ont été transmis » !

Et je ne vois pas qui vous êtes (mais cela, je crois que je l’ai déjà écrit) pour vous permettre de déterminer sur quoi un autre que vous peut baser une méditation spirituelle.
Chacun son truc, cher Pharisien.

Michel Louis Lévy 30/07/2008 13:32

Bonjour René Guyon

Ne vous laissez pas impressionner par Benoit Montfort. Et réexpliquez nous pourquoi Simon-Pierre, lors de la "pêche miraculeuse" pêche 153 poissons.

Selon Bernard Dubourg, 153 est la valeur, en guématrie classique, de BNY HALHYM, ''Benéy haElohym", les fils de l'Elohym, et de HPXE, "haPessa'h", la Pâque, l'Agneau pascal : 2+50+10+5+1+30+5+10+40 = 5+80+60+8 = 153.

Toute autre explication ne contredit pas celles-ci, mais au contraire les conforte. C'est ce que Maurice Mergui appelle la "condensation", c'est-à-dire l'accumulation de plusieurs raisonnements midrashiques qui convergent vers la même solution.

Meilleures salutations

MLL

Pharisien Libéré 28/07/2008 13:01

Il est certain que cet article sur la guématrie est amusant mais il ne faudrait pas prendre tous ces petits calculs trop au sérieux.

Il repose sur 2 présupposés :
*que les évangiles auraient été écrits ou parlés en hébreu.. Hélàs, l'hébreu était une langue quasi morte au temps de leur rédaction (et depuis environ 150 ans) comme le prouve l'existence des TARGOUMIM qui sont des traducto-commentaires en araméen des textes bibliques de la paracha du jour, ceux-ci en hébreu.
L'hébreu n'était plus compris par les gens d epalestine et le coeur du judaïsme était à Alexandrie où il s'exprimait en grec. (pour s'en faire une idée, lire "l'introduction au Nouveau Testament" sous la direction de Daniel Marguerat et même "Aux Origines du Christianisme" dirigé par Pierre Géoltrain, ce dernier est en poche.
*que la guématrie comme outil herméneutique (e.g. en rebondissant de mot de même valeur numérique en mot, situé ailleurs même très loin dans l'Ancien testament dans un livre écrit 300 ans plus tôt) existe de toute antiquité et que les rédacteurs étaient conscient de mettre de telles clefs dans le nouveau Testament.

Hélàs pour les gens qui se livrent à ce petit jeu, ce type de calcul et de rebondissement n'existe que depuis le 14ème siècle au plus tôt. (voir Guy Casaril, Aboulafia et la Kabbale)

Et donc, l'interprétation de textes grecs du nouveau testament à partir d'une invention de chrétiens de la renaissance ou de la pré-renaissance, est un petit jeu sans aucune base scientifique (du point de vue du respect des textes tels qu'ils nous ont été transmis). On ne saurait donc y trouver quoique ce soit pour baser une méditation spirituelle.

krybaby 05/08/2006 09:34

ce blog est interressant et trés bien fait !! bravo!!

krybaby 03/08/2006 17:39

sympa!!!

clemence cursol 02/08/2006 13:50

la musiue est le générique e l'émision "des chiffres et des lettres"
j'aurais dû y penser eu égard au sujet!
de fait, c'et phil qui a trouvé sans réfléchir en entendant les premières notes!
suis furieuse contre moi!
clémence

Cerise 01/08/2006 08:42

je connais bien cet air, mais le titre... euh...
bon anniversaire, en tout cas!
j'apprécie "L"'aleph" de Borges, alors merci pour les explications

adri 29/07/2006 20:29

Toujours utile : le temps de chargement de ta page "DECHIFFRONS...".
Disponible ici (le rapport) : http://orveauetextras.over-blog.com/article-3385274-6.html#anchorComment

adri 29/07/2006 20:23

Merci pour ton commentaire (et tes compliments) et n'hésite pas à repasser.
Pour, par ex., me demander de l'aide (rubrique webmaster disponible).

J'avais oublié lors de mon drnier passage dans mon commentaire de te dire :
Tu devrai faire une modification importantte au sujet des tes articles. C'est ne mettre plus que 3/5 articles par page.
Beaucoup plus agréable et donne plus envie de lire la suite.

@ +

adri 29/07/2006 18:10

Que peut-on dire de l'initiative de ce blog ?...

Très bien !
...
Non... ce n'est pas assez.
Elle est plutôt fantastique !! et génial !!!
Un très grand bravo à l'admin !
Je suis chrétient et il faut que les chrétients soit actifs et qu'il ne moisissent pas sur place.
@ +

Si tu veux jeter un coup d'oeil à mon blog + un commentaire ce serai gentil. :)