Le droit de vivre…

Publié le par Garrigues

Diverses dépêches d’agences de presse nous ont appris le 8 mars l’excommunication par Mgr José Cardoso Sobrinho, archevêque de Recife (Brésil), de la mère qui a fait avorter sa fillette de 9 ans  de jumeaux dont elle était enceinte après avoir été violée par son beau-père. Âgé de 23 ans, celui-ci a reconnu abuser d’elle depuis qu’elle avait 6 ans, ainsi que de sa sœur aînée handicapée de 14 ans.

La grossesse de la fillette a été découverte il y a quelques jours, quand elle a commencé à ressentir des douleurs et a été conduite à l’hôpital par sa mère. L’équipe médicale a décidé de la faire avorter en raison des risques que sa grossesse faisait courir à sa santé. La loi brésilienne interdit l’interruption volontaire de grossesse, sauf en cas de viol ou de danger pour la vie de la mère.

o O o

L’archevêque de Recife a justifié l’excommunication de la mère de la fillette, ainsi que de l’équipe médicale, en rappelant que « la loi de Dieu est supérieure à toute loi humaine. Alors, quand une loi promulguée par des législateurs humains est contraire à la loi de Dieu, cette loi n’a aucune valeur. » À propos du beau-père violeur, Mgr Sobrinho a noté qu’il « était contre l’avortement » : « Certes, ce qu’il a fait est horrible, mais il y a tant de péchés graves, et le plus grave est l’élimination d’une vie innocente. »

Vendredi, le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a vivement critiqué cette décision, « déplorant profondément en tant que chrétien et catholique qu’un évêque de l’Église catholique ait un comportement aussi conservateur ».

La décision de l’archevêque de Recife a été approuvée par le cardinal Giovanni Battista Re, préfet de la Congrégation pour les évêques, président de la Commission pontificale pour l’Amérique latine, qui a rappelé dans un entretien au quotidien italien La Stampa que « l’Église a toujours défendu la vie et doit continuer à le faire, sans s’adapter aux humeurs de l’époque ou à l’opportunité politique ». « C’est un triste cas, mais le vrai problème est que les jumeaux conçus étaient deux personnes innocentes, qui avaient le droit de vivre et qui ne pouvaient pas être supprimées », a-t-il déclaré.

L'excommunication a été étendue à toute l'équipe médicale qui a pratiqué l'opération, mais pas au beau-père de l'enfant car « le viol est moins grave que l'avortement » a expliqué Giovanni Battista Re, qui a ajouté : « Il faut toujours protéger la vie, l'attaque contre l'Église brésilienne est injustifiée » et « l'excommunication pour ceux qui ont provoqué l'avortement est juste », car cette opération constitue « toujours la suppression d'une vie innocente ».

o O o

Il nous a paru important de vous donner la possibilité de débattre de cette question, sur une problématique inverse de celle qui nous a occupés longuement il y a quelques semaines, mais bien plus dramatique.

Pour cela écrivez votre commentaire à cet article en cliquant ci-dessous sur ajouter un commentaire.

Merci à vous, amis lecteurs.

G&S

Publié dans Signes des temps

Commenter cet article

Jean-Pierre Reynaud 19/03/2009 20:35

En août 1968, voici le texte du Magistère romain qui accompagnait l'Encyclique "Humanae vitae", dans le paragraphe adrssé aux prêtres : "Soyez les premiers à donner, dans l'exercice de votre ministère, l'exemple d'un assentiment loyal interne et externe, au magistère de l'Eglise. Cet assentiment est dû, vous le savez, non pas tant à cause des motifs allégués que plutôt en raison de la lumière de l'Esprit Saint, dont les pasteurs de l'Eglise bénéficient à un titre particulier pour exposer la vérité. Vous savez aussi qu'il est de souveraine importance pour la paix des consciences et pour l'unité du peuple chrétien, que dans le domaine de la morale comme dans celui du dogme, tous s'en tiennent au magistère de l'Eglise et parlent un même langage."Je comprends cela ainsi : d'après les Instructions officielles, et en ce qui concerne l'Encyclique Humanae Vitae, les consciences individuelles doivent céder le pas à la "morale" et au "dogme", donc à LA LOI. Or, actuellement, les hiérarques essaient de nous persuader que pour ce qui est de l'interdiction de tout avortement, la conscience doit primer sur LA LOI. Faudrait savoir !Donc, c'est tantôt l'une et tantôt l'autre, dans une absolue contradiction ? La priorité est à géométrie variable, selon ce qui arrange ces messieurs ! Circulez, y a rien à voir, nous disent ceux qui "bénéficient " de la lumière de l'Esprit Saint "à un titre particulier  pour exposer la vérité."  Pour nous autres, pas de "lumière", au bon peuple de Dieu de s'arranger comme il peut... et pas de vagues, s'il vous partez, allez plutôt rejoindre ce Don Helder (de Recife !) ou ce Jacques, qui sentent le soufre !

Jean-Pierre REYNAUD 17/03/2009 22:28

Voici ce que j'ai envoyé à mon évêque de Marseille, à quelques courriers des lecteurs de journaux, à la Conéfernce des Evêques de France, il y a plusieurs jours : "Je  suggère ou demande à la Conférence des Evêques de France d'envoyer l'un des leurs porter la Communion aux excommuniés de Recife au Brésil." J'ai été très heureux de recevoir une réponse de cette instance, très accueillante, ouverte. A suivre, par des actes. Il est vrai que depuis les Evêques du Brésil ont parlé, pour se désolidariser de leur confrère... GRAPI 17 mars 2007

Danielle 13/03/2009 23:29

Hier soir, je pleurais suite à cette histoire, j'ai beaucoup prié, puis je suis allée sur différents sites notamment sur eucharistie miséricorde, et d'autres sites où on peut lire que le Pape maintient l'excommunication de cette mère analphabète et démunie.Alors j'ai su que le Pape Benoit XVI a son blog, on peut lui écrire, on tape sur Google : Benoit j'ai confiance en toi et il y a différents onglets pour demander des prières, etc... très beau et bon site que le Pape a mis en ligne. Alors je lui ai écrit ce qui suit :



Citation:


Cher Pape Benoit XVI, je me confie à vous en toute sincérité et tristesse à la fois. Je ne peux croire que vous maintiendrez l'Excommunication de la mère de la petite fillette de 9 ans qui a été abusée depuis l'âge de 6 ans, et violée par le pédophile cochon son beau-père. Sa pauvre maman a eu peur de la mort de sa petite fille de 9 ans enceinte de 4 mois en plus de jumeaux, c'est sûr qu'elle en serait morte et je suis convaincue que les jumeaux en seraient morts aussi. Et monsieur le pédophile violeur d'enfants s'en sort avec les mains lavées, puisque lui n'a pas été excommunié ? Je ne peux croire que JÉSUS-CHRIST mon DIEU que j'adore, puisse balayer de la main, et mettre hors de son église la pauvre mère éplorée, et l'équipe médicale qui ont sauvé la vie physique de cette fillette de 9 ans. Car sa vie psychologique a déjà été tuée par le violeur pédophile. J'espère qu'avec la Grâce de Dieu, la petite enfant brésilienne guérira mentalement et psychologiquement et physiquement et que vous relèverez cette série d'excommunications...pauvre enfant elle porte sur ses épaules fragiles l'excommunication de sa propre mère parce qu'elle a été violée à 9 ans. C'est impensable, Jésus mon Dieu, n'agirait pas ainsi. Je crois en Dieu un et Trine, Père Fils et Esprit Saint, je crois en l'AMOUR en la CHARITÉ en la JUSTICE PARFAITES de DIEU ! Je suis née catholique et je suis pratiquante, j'ai 48 ans, et je suis mère de quatre enfants, 3 filles et un fils. ALors je peux comprendre le désarroi de cette pauvre mère voyant son bébé de 9 ans enceinte de jumeaux. Je ne pense pas que c'est l'Esprit du Bien, l'Esprit D'AMOUR de Dieu qui a mis enceinte cette enfant, c'est le fruit de l'Esprit du Mal que ce pédophile a en lui. Je vous en supplie, cela fera des munitions à ceux qui dénigrent l'église catholique et la ridiculise. Au Nom de Jésus, je vous en supplie relever ces excommunications et aller renconter la mère et la fillette concernées. Merci, Danielle



J'ai ajouté mon nom au complet mon adresse postale et mon email personnel._________________La prière est à l’âme ce que la respiration est au corps Tout pour la Gloire de Dieu et que Son Règne d'Amour, de Paix et de Justice Vienne ! Danielle, femme et mère de coeur et d'amour

Alain Cabantous 13/03/2009 19:17

Les ignomonies du Vatican et de ses sbires patentés continuent. Comment ces personnages qui parlent au nom de Dieu, nom de Dieu!, en arrivent-ils à ce pharisaïsme, à de ce manque total de miséricorde ou de simple humanité ? Comment Sobrino, qui pousse le cynisme à considérer comme une moindre faute le crime du beau-père pédophile au pretexte qu'il est opposé à l'avortement, peut-il continuer à annoncer "la bonne nouvelle aux pauvres et aux captifs la libération "? Un seul point d'espérance, comme dans l'autre affaire d'excommunication à rebours: la réaction de milliers de catholiques, mais aussi de prêtres, de religieus(ses) et même d'évêques (enfin) Une grande majorité du peuple de Dieu montre qu'il est adulte de la foi au Christ en refusant l'inqualifiable. A quand le changement radical de pratiques, de témoignages, d'action dans le catholicisme romain? Notre Eglise pécheresse est dans un tel état de déliquescence que le rapport de force est ici aussi devenu essentiel...

Bouichou-Orsini Francine 12/03/2009 17:16

En plein accord avec tous ces commentairaier indignés, notamment celui du prêtre G. Bessière.
Quelle image d' INHUMANITÉ l'Eglise hiérarchique donne d'elle même aux jeunes qui entendent ses propos...
Comme il est large et profond le fossé qui la sépare des hommes engagés dans le monde...
Comme il serait nécessaire que les laïcs, concrètement engagés, s'expriment davantage et comme il serait, également, nécessaire, que des prêtres mariés connaissent la complexité de la vie des couples...

Jésus, avec l'Eglise, n'a pas souhaité que ses disciples prescrivent un mode précis d'emploi de la vie, selon l'Esprit de l'Evangile. IL a montré le chemin à des hommes libres, et non assujétis à des lois qui en balisent tout le parcours. comme dans la loi juive ou le Coran.

Après, Dieu seul jugera.

Albert 2 11/03/2009 18:50

Je suis révolté, à la lecture de cet article, par ce supposé "respect de la Vie", prôné par le cardinal G. B. Re, qui ne respecte pas la vie réelle et actuelle d'une personne en péril et déjà très malmenée par la vie. Restons un moment dans le cadre d'une "morale" stricte. Si cette fillette s'était envoyée en l'air pour le "plaisir", ce serait déjà énorme de l'excommunier, car quel aurait été son état de conscience éclairée ? Mais elle a été violée ! Cet acte, elle n'en est pas responsable, encore moins coupable, et elle devrait en payer le prix tout au long de son existence, en supposant qu'elle ait pu survivre à la grossesse et à l'accouchement de jumeaux, alors qu’elle n’a que 9 ans … ! 
Je ne suis pas partisan de l'avortement tous azimuts, comme si c'était un simple mode de contraception, car je crois que si l'on nie son caractère d'humanité à un fœtus, sous prétexte qu'il n'a pas encore de raison, on mets le doigt dans un engrenage dangereux : va-t-on, sur cette base, liquider les "fous" ?  Et puis, ne faut-il pas être fou pour nier l'existence de Dieu ? Alors brûlons les athées. Et il y a encore ceux qui n'adorent pas le "vrai Dieu". Brûlons donc encore un peu ;  etc. Il faut certes respecter la vie. Mais, contre cette fillette (et sa famille), ce n'est plus de l'intégrisme moral, c'est la désintégration de la conscience “humaine”. En outre, et pour revenir à son cas précis :  n’y avait-il pas un cas d'urgence, y compris thérapeutique ?
On parle souvent d’une certaine hypocrisie de la hiérarchie, comme à propos des "prêtres mariés" par exemple (“on” préfère un concubinage discret … simple péché …). Voilà, ici, un cas typique de cette hypocrisie, aggravé par un délit de "non-assistance à personne en danger". N’y a-t-il pas là un nouveau sujet à débattre avec nos "pasteurs" ?
Bonne arrivée du printemps à tous et à toutes, en espérant que notre Église en connaisse —enfin— un … Albert OLIVIER

Jom 11/03/2009 16:02

La seule question qui vaille c'est: de quoi se mêlent ces types ?Ce n'est pas parce qu'on est mitré et décoré comme un sapin de noêl qu'on est aussitôt un descendnt du crucifié !Tout ce qu'ils ont tué de gens qui ne gobaient pas leurs sornettes au long de l'histoire leur vaudrait d'être excommuniés cent fois.Pour moi, ils n'ont aucune légitimité. Ils tordent la Parole par pure politique.ceux que XChrist a condamné tout au long des écritures, ce sont eux, les pharisiens.leur excommunication ne vaut rien. Supprimer des vies innocentes ? mais c'est le métier des militaires, qu'est ce qu'ils attendent pour tous les ecommunier ?

Garrigues et Sentiers 11/03/2009 10:43














Une amie nous a transmis cette lettre, qui nous semble pouvoir être versée dans ce débat.
 
A une maman à Récife (Brésil)
Madame,
Sans doute ma lettre ne vous parviendra-t-elle jamais… Cependant il ne m’est pas possible de ne pas l’écrire et de ne pas la lancer vers vous sur les vastes espaces d’Internet ;
Je veux vous dire mon indignation devant « l’excommunication » prononcée contre vous par un évêque, appuyé par un cardinal romain. Non ! Dans le regard de Jésus, vous n’êtes pas excommuniée, ni vous, ni l’équipe médicale qui vous a secourue
Ces « excommunicateurs » - un évêque, un cardinal - sont-ils eux-mêmes en « communion » avec Jésus ? Je ne le crois pas. Ces hommes sans humanité excommunieraient Jésus, s’ils le pouvaient.
Des évêques, des collègues de ces dignitaires, crieront-ils leur indignation ?
Je voudrais que vous sachiez que beaucoup de femmes et d’hommes, et particulièrement de celles et de ceux qui s’efforcent de marcher à la suite de Jésus, sont avec vous et vous expriment, à vous et à votre fille, leur respect, leur estime et leur affection.








Gérard Bessière, prêtre

moniique 11/03/2009 09:12

rofondément croyante, je culpabilisais de ne pouvoir adhérer totalement à l'Eglise catholique et par conséquent, de ne pouvoir suivre ses preceptes. Depuis environs 5 ans, j'ai essayé de me remettre en question, de revoir ma position par rapport à l'Eglise catholique : Je m'oblige à aller à la messe, à recevoir régulièrement le sacrement de réconciliation, a être obéissante au pape etc... Aujourd'hui, à la lumière de cette affaire, je suis définitivement révoltée et dégoutée par l'église . Je ne suis pas une mauvaise catholique, mais je suis fière de n'être plus catholique.

Passant 11/03/2009 08:50

Madeleine,J'aime beaucoup ce que vous écrivez.C'est Yves qui a invoqué la Femme adultère, accompagnée d'une remarque erronée sur sa repentance, comme je le lui ai dit dans un post précédent. Jésus a dit à la femme adultère "moi non plus je ne te condamne pas", après avoir fait mine de croire que les scribes et les pharisiens ne l'avaient pas condamnée, alors qu'ils ne sont, seulement, pas passés à l'exécution, comme le dit très bien l'article de René Guyon d'il y a peu de temps (4e tentation du Christ, sauf erreur).Comme je le disais à Yves, on peut regretter que les cardinaux n'aient pas demandé à Jésus ce qu'il en pensait : ils seraient repartis un par un, en commençant par le plus vieux d'entre les vieux.

denis 10/03/2009 22:57

pour YvesEclairez moi : Jesus a-t-il vraiment institué le Sacrement de Pénitence?Si oui à quelle occasion?

madeleine 10/03/2009 22:40

Devant un pareil cas,une telle situation de souffrance, une enfant de 9 ans, violée, enceinte de 2 petits, on se demande comment des eveques supposés cultivés et intelligents peuvent parler de" humeurs de l’époque ou ...d'opportunité politique". pour justifier la vie à tout prix. Sujet, en passant, non traité par Jésus. Et quel est le rapport avec la femme adultère, franchement?Que la vie vienne de Dieu, certes, on le conçoit. Mais la vie de cette enfant bousillée par des viols successifs, et celle de ses jumeaux isuue d'un acte de violence insoutenable... ?  Aveuglement, dogmatisme insupportable de cette église décrépite. Et je souffre de cette église, traitre au message d'amour du Christ. Je partage la douleur de Clémence. Heureusement, G&S, et un certain nombre de religieux amis, qui font AUSSI L'EGLISE, mettent un baume sur ma souffrance et me permettent de ne pas lacher le bateau.

maurice de broucker 10/03/2009 19:15

Entre dégoût et révolte !Si nos évêques pouvaient éxcommunier Jésus lui-même, ils le feraient sans doute au nom de la loi de Dieu , sans doute.Et comment faire entendre la voix du peuple de Dieu, en face des hiérarques romains ? Garrigues et sentiers ne peut-il pas , au nom de ses nombreux lecteurs, se signaler auprès des instances vaticanes, cardinales et incompétentes ?

Passant 10/03/2009 18:56

Yves,On sent que vous avez vos entrées au Vatican ! Qui vous a dit que l'Eglise a prévenu le corps médical et la mère ? Cette information n'apparaît nulle part et les évêques excommunicateurs ne l'ont pas donnée (par discrétion, sans doute, c'est une spécialité Vaticane...).Quant à mon "délire" sur la lecture de l'Evangile (terme insultant, mais Passant passe), j'aimerais que vous le justifiiez ! Où le voyez-vous ?Et mon "intelligence" (sur laquelle votre doute constitue une 2e insulte, sur laquelle Passant repasse...) ne se porte pas mal, merci !

Yves 10/03/2009 18:32

Vous faîtes erreur cher Passant. L'Eglise a prévenu le corps médical et la mère de la fillette. Ils savaient en toute bonne conscience qu'ils allaient massacrer 2 enfants. Votre lecture de l'Evangile est délirante. En ce cas là, le sacrement de Pénitence n'existe pas. Vous allez me dire que c'est aussi une invention de l'Eglise. Un peu d'intelligence svp..

Passant 10/03/2009 18:07

Yves,Vous n'avez pas bien lu le texte de la femme adultère. A aucun moment il n'est dit qu'elle a reconnu ses péchés. La seule question de Jésus est "Femme, où sont-ils ? Personne ne t'a condamnée ?" Et elle répond "Personne, Seigneur" et Jésus répond "Moi non plus je ne te condamne pas ; va et à partir de maintenant, ne pèche plus".Il n'y a aucun rapport entre ce texte et le fait d'actualité : la femme du Brésil a été condamnée sans procès, sans doute parce que les vieux scribes et pharisiens de l'Eglise n'ont pas voulu déranger Jésus pour si peu... ou connaissaient déjà la réponse, qu'ils ne voulaient pas entendre, car ils ont lu les évangiles (si, si ! je vous assure, ils les ont lus).

Yves 10/03/2009 17:40

C'est une très bonne nouvelle. L'excommunication est un acte de charité. Puisse la mère et le corps médical reconnaitre maintenant leur complicité de meurtre. A péché pardonné, excommunication retirée. Comme la femme adultère qui a reconnu ses péchés, Jésus lui a dit : "va et ne péche plus". Puisse maintenant la mère et le corps médical suivre l'exemple de la femme adultère, c'est-à-dire reconnnaitre qu'ils ont massacré 2 bébés.

Jacqueline Viltard 10/03/2009 15:38


Je faisais un rêve pour l’Église… mais depuis cette décision d’excommunication prise par l’Archevêque de Recife, je crains d’avoir à le ranger au rayon des utopies.
 JV

Clémence Cursol 10/03/2009 15:35





Je suis évidemment consternée.
 
Le droit à la vie est aussi celui de la jeune gamine de 9 ans… N’épiloguons pas, je crois que tout le monde est d’accord.
 
Mes remarques sont plutôt les suivantes :
l’Eglise est décidément un monde d’hommes. Aucune femme ne pourrait tenir ce langage  et sacrifier un enfant bien vivant au nom d’une théorie. Les hommes d’Egliwse en outre n’ont jamais connu d’amour si profond que peut l’être  celui d’un parent pour son enfant. Dieu est Père, Abba ; c’est une réalité pour les chrétiens ; cela veut dire que les décisions théologales ou ecclésiales doivent être prises à la lumière de la réaction qu’aurait un père tout puissant d’amour.  Quels sont donc ces vieux célibataires qui n’ont aimé que leur maman, et dont le cœur est sec face à la détresse et à la souffrance ?
J’avais compris que le premier commandement et celui au sein duquel ils se retrouvent tous, c’est «  tu aimeras ton prochain comme toi-même… » où est cette miséricorde dans l’Église ? non, il s’agit de conserver un pouvoir en  inculquant des  valeurs rétrogrades à  un troupeau de personnes qu’on abaisse, à qui on ne laisse pas la latitude de penser et surtout d’AIMER.
 
Je suis désespérée : l’Église va mourir. Elle ne peut survivre en manifestant ainsi à échéances rapprochées, un visage de conservatisme et de puritanisme si loin du jésus de l’Évangile. Hans Küng disait  dans une récente interview que l’Église si elle ne prend pas un virage immédiat, va devenir une secte de vieillard renfrognés et frustrés si loin de la vie et de l’amour triomphants voulus par Le Christ. L’Église catholique se déconsidère au moins autant
que lorsqu’elle vendit des indulgences  et donna naissance au schisme protestant. L’exemple de l’amour chrétien vient d’ailleurs désormais.
Jésus , Jésus, où es tu ? Ils sont devenus fous !

Jean-Claude Caillaux 10/03/2009 14:43

Evidemment je n'ai de leçon à donner à personne...Toutefois je crois pouvoir demander où se trouve en tout cela la parole du Christ qui jamais ne condamne ni ne blesse, mais libère et console.Quel Christ est ainsi proclamé ?Quel sorte de Dieu est donné à connaître ?Quelle Eglise construisons-nous, armée de peur et de jugements ?Le Christ n'a pas excommunié cette femme, ni même l'équipe médicale... C'est sûr ! Mais les dégats sont sans doute considérable pour ces croyants...Gardons la paix, et soutenons les pauvres qui ne savent plus à quel Dieu se vouer.Jean-Claude