Lire la Bible, c'est le Paradis !

Publié le par Garrigues et Sentiers

 
Ce titre est peut-être une évidence pour certains de nos lecteurs, un rêve pour d’autres… pour d’autres enfin, la marque du profond orgueil d’un exégète autoproclamé…
Il est donc utile de l’expliciter, à la lumière de ce que disent nos frères juifs à propos de la lecture de la Bible : pour entrer totalement dans la compréhension d’un texte biblique, il faut l'aborder à quatre niveaux de lecture.
 
Le nombre 4 est dans la tradition juive le nombre de la matérialité, celui de la première forme qui apparaît (la 4e lettre de l’alphabet hébreu est le daleth ד – lettre à forme d’angle droit, matrice d’un carré posé sur sa base, symbole de la solidité concrète du créé. C’est le nombre des points cardinaux, des saisons, des éléments (air, eau, terre et feu)… des niveaux qui donnent sa solidité à notre compréhension de l’Écriture… et des directions indiquées par la croix du Christ.
 
Ces 4 niveaux sont :
 
-         le Pshat, verbe signifiant dépouiller, ôter la peau : c’est première pelure du texte écrit, le sens simple, premier.
-         le Rémez, allusion : le sens trouvé par allusion, insinuation, sous-entendu (le monde d'en bas, par exemple, image du monde d'En haut) ; il suppose une connaissance de l’ensemble de la Bible.
-         le Darash, verbe signifiant chercher, sonder : c’est le sens trouvé par la recherche, l’étude détaillée du texte lui-même et de l’interaction des livres entre eux ; il ouvre aux interprétations symboliques (cf. le mot midrash, qui désigne l’interprétation des textes sous toutes ses formes).
-         le Sod, secret : le sens secret, donné par Dieu à qui il veut, quand il veut (la perle des perles).
 
Ces quatre niveaux de lecture ne se suivent pas dans un ordre immuable, quelqu’un pouvant atteindre au sod sans avoir étudié très longuement, un autre jamais, malgré une grande connaissance de la Bible…
 
Mais si chacun est vraiment appelé à étudier aux 4 niveaux, il ne doit jamais oublier que tous sont basés sur le sens littéral comme une maison sur ses fondations. Il n'y a pas de sens symbolique qui ne soit pas totalement ancré dans le sens littéral.
 
Ces quatre niveaux forment, par les initiales de leurs noms, l’acronyme P.R.D.S., qui est la forme consonantique du mot hébreu PARDÈS, verger, que la Septante appelle paradeîsos, notre mot français PARADIS
 
Quand nous étudions la Bible, nous sommes donc à la recherche du Paradis !
 
Il est certain que ce Paradis-là ne sera pas donné à tout le monde, et que la sécheresse de l’étude rivalise souvent avec celle de la garrigue… mais ce n’est pas une raison pour ne pas se mettre en route sur les sentiers de la Parole de Dieu : en ne bougeant pas, on est à peu près sûr de ne pas se mettre en route vers le Paradis !
Debout, ami internaute !
 
Vous n’atteindrez peut-être pas les plus grands sommets de la Bible, mais chacun de vous pourra, à son rythme, découvrir de magnifiques paysages qui donnent envie d’aller toujours plus loin et plus haut avec le Seigneur…
En route, ami internaute !
o O o
Nous attendons vos commentaires et vos témoignages sur votre expérience de la LECTURE DE LA BIBLE, pour que celui qui passe sur ce site puisse se rendre compte qu’il n’est pas seul sur le chemin et que nous pouvons nous aider à avancer ensemble vers l’Arbre de Vie (cf. illustration) qu’est la Parole de notre Dieu.
René Guyon

Commenter cet article