Que tous en profitent...

Publié le par Garrigues

« Ce que vous entendez dans le creux de l'oreille,
proclamez-le sur les toits. 
»

Matthieu 10,27


Écouter, pour « entendre » la Parole c'est-à-dire la comprendre (la manger avec d'autres).

Écouter la parole pour l'assimiler et la naturaliser.

Écouter la parole pour la faire sienne et l'intérioriser.

Écouter afin de se nourrir de la Parole prononcée par le Seigneur.

Écouter la Parole pour élaborer sa propre et originale parole.

Non pas répéter les termes d'un secret à soi confié pour construire le « Je Sujet qui parle de l'abondance du cœur » mais laisser percevoir ce qu'il est devenu et comment il agit en soi et pour tous à la lumière de la foi.

Non pas répéter des mots et des phrases mais dire ce qui est devenu goûteux et essentiel à soi.

Non pas répéter un message mais l'approprier à soi pour que la greffe « prenne » et donne nouveauté.

Non pas répéter mais offrir ce qui est devenu sien et « tient à cœur ».

Non pas répéter, ni expliquer, ni commenter mais offrir et partager le fruit de sa conversion.

Non pas répéter mais crier ou proclamer la joie « d'une traversée » intérieure.

Non pas répéter le mot à mot entendu mais articuler la Parole au second souffle de l'Esprit.

Ne crier sur les toits (ou rendre public) que les fruits du silence qui ont mûri en soi et pris saveur au terroir de la délicate attention.

Ne crier sur les toits que la fidélité qui a pris racine et fructifié dans la patience.

Crier sur les toits des slogans pollue l'ambiance et disqualifie celui qui s'époumone en vain.


Il faut DIRE en public (c'est-à-dire sur les toits) les mots du mystère de l'homme, pour que chacun puisse tendre son oreille, ouvrir son cœur, exercer sa conscience au discernement, s'apprêter librement à l'action, alors il pourra entendre pour lui un message qui le fonde en Dieu.

Des mains se noueront, des actions se conjugueront, des louanges se rejoindront, l'Église se fera discrètement et sera invitation pour beaucoup


Non, un secret d'amour ne se répète pas tel quel ; il laisse paraître la joie de quelqu'un qui se reconnaît aimé et donne envie de l'être.

 

Christian Montfalcon

Publié dans Réflexions en chemin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article