Pour quels motifs me cherchez-vous ?

Publié le par Garrigues

« Vous me cherchez
non parce que vous avez vu des signes,
mais parce que vous avez mangé du pain
et que vous avez été rassasiés. »

(Jean 6,26)

L’évangéliste nous dit qu’après la multiplication des pains, les nombreux « bénéficiaires du miracle » se lancèrent à la recherche de Jésus. Leurs motifs devaient être de différentes natures. Certains, sans doute, satisfaits du pique-nique offert, désiraient encore pouvoir profiter de cette aubaine totalement gratuite.

Le Christ n’est pas dupe, il engage un dialogue avec la foule. Dans son propos on sent même un brin de sévérité et un appel à dépasser les raisons trop « intéressées » qui pourraient se glisser dans la motivation de sa recherche.
Au delà de cette discussion au bord du lac de Tibériade, la question de Jésus à la foule est aussi adressée à nous les baptisés du vingt-et-unième siècle.

Dans notre nébuleuse et actuelle recherche du Christ des évangiles, nos motifs sont divers variés et changeants.
Certains sont teintés d’égoïsme, d’autres généreux, d’autre culturels, d’autres affectifs, d’autres religieux… parfois dans nos consciences toutes ces catégories se mêlent… Nous ne savons pas bien… et la question adressée par le Christ reste pour nous sans réponse bien précise.

Il est bon de nous interroger. Notre quête de Jésus est-ce d’abord la recherche :

  • D’un allié pour profiter d’une force extraordinaire, presque magique, et mieux réussir un examen ou tout autre projet important,
  • D’une ouverture transcendante au-delà du terre-à-terre qui borne notre horizon,
  • D’une émotion artistique, poétique ou intellectuelle,
  • D’une spiritualisation d’une générosité humaine,
  • D’une sagesse qui a emprunté aux multiples et meilleures sources de l’humanisme,
  • D’une thérapie intérieure et d’un dépassement du narcissisme
  • D’une sortie de l’isolement,
  • D’un miracle pour esquiver la mort, la maladie, le handicap ?

Toutes ces raisons sont certes plus ou moins bonnes, mais, moralisatrices. Elles ne demeurent pas assez dégagées d’un plus ou moins sévère repli égocentrique.
L’évangile de Jean nous laisse entendre que la seule et vraie motivation de recherche de Jésus devrait nous situer vis-à-vis de celui que nous reconnaissons comme

  • Fils de Dieu,
  • Christ qui vient nous visiter par pure gratuité pour nous greffer dans l’amour de son Père,
  • présence indéfectible au sein des communautés qui se réunissent en son nom et désirent témoigner de son amour.

L’accueillir parce qu’il est LUI et qu’il nous aime au point de rester vivant en nous et entre nous… devrait nous suffire…
Tel est notre « chemin » spirituel, tout au long de notre parcours terrestre. Pour parvenir à ce dépouillement, à ce dénuement, à cette aventure amoureuse nous avons besoin

  • d’assouplir notre marche,
  • d’alléger notre fourniment,
  • de vérifier notre itinéraire,
  • de contrôler et de purifier les déterminations qui nous poussent d’étape en étape

Nous découvrirons probablement que bien souvent ce que nous estimons notre foi se résume à des impulsions insuffisantes. Même si elles nous servent provisoirement de béquilles, elles réclament purification. Il nous faudra aussi dans notre longue pérégrination, d’heureux compagnonnages, une nourriture biblique, des rites communautaires, une adoration silencieuse pour découvrir que lui seul Jésus, celui que nous aimons, est l’unique motif qui nous attire.

Christian Montfalcon

Publié dans Réflexions en chemin

Commenter cet article