DOSSIER APPROCHES DU CORPS

Publié le par Garrigues

Garrigues & Sentiers on the Net
Dossier n° 6

Michelangelo-pour-titre-dossier.jpg
Approches du corps

Nous vous l’avions annoncé en vous invitant à souffler avec nous les deux bougies de l’anniversaire de notre blog. Voici, en cette fin novembre, notre sixième dossier que nous avons intitulé Approches du corps. La formulation est volontairement modeste, comme il convient à un sujet si vaste que nous aurons sans doute l’occasion d’y revenir.

De simples approches, donc, et d’abord…

Une approche philosophique. Elle vaut invitation à Penser le corps comme le propose Gérard Bailhache dans un article qu’il nous a aimablement autorisé à reproduire : on y verra tout ce que la phénoménologie, et singulièrement l’œuvre de Merleau-Ponty, apportent à cette pensée.

Mais la pensée philosophique est d’abord questionnement, on le sait au moins depuis Socrate. Angelo Gianfrancesco nous le rappelle par une contribution au titre malicieux, Esprit es-tu (encore) là ? qui invite à relire à la lumière des neurosciences – donc de la culture la plus contemporaine – les corrigés des Anabac de notre jeunesse relatifs à la (trop) classique question de cours sur les relations du corps et de l’esprit. Car enfin, nous dit-il, « Le corps, c’est de l’âme ou de l’esprit, comme on voudra ».

Une approche éthique ensuite. Disant cela, on pense naturellement à la médecine et ses enjeux. C’est un domaine que nous avons choisi d’illustrer par la seule pratique médicale. Elle est bien assez riche pour cela ! On le vérifiera grâce au témoignage tonique d’une infirmière, Odile Donati, dont le titre, Corps et soins, dit toute la déontologie propre à son métier.

Et par celui, poignant, d’une femme médecin passée « de l’autre côté du miroir » sur son lit de malade. Il s’agit de Marie-Hélène Boucand qui nous a fait l’amitié d’autoriser la reproduction de quelques « bonnes feuilles » de son maître livre Le Corps mal-entendu.

Mais l’éthique ne se réduit pas à la médecine, Olivier de Dinechin en fait la démonstration : pour nous, il a délaissé un instant son thème de prédilection, la bioéthique, afin de traiter du Corps numérisé ou, si l’on veut, de l’individu – vous, moi – soumis aux fichages informatiques les plus divers et menacé par les recoupements qu’ils autorisent. Saurons-nous échapper à Big brother ?

Une approche religieuse, aussi, comme il se doit pour notre blog. De là le tableau qu’a brossé Nathalie Gadéa, Le corps dans les traditions monothéistes, qui est inspiré d’un ouvrage collectif, Le corps : ce qu’en disent les religions. Encore faudrait-il savoir ce qu’en pensent (et ce que vivent) les adeptes de ces religions. Mais c’est précisément, amis lecteurs, ce que nous attendons de vous. Car c’est intentionnellement que nous nous sommes abstenus de nourrir plus abondamment cette rubrique du dossier. Vos commentaires à cet article, vos témoignages sont attendus pour la compléter. Un blog, faut-il le rappeler, ne vaut que par son interactivité.

Une approche eschatologique enfin. Comment faire à moins s’agissant du corps, quand le Credo des Églises chrétiennes professe qu’il est promis à la résurrection ? Mais Peut-on vraiment croire à la résurrection des corps ? comme s’interroge Antoine Nouis dans un article que nous avons repris d’une récente livraison de la revue Réforme ?

La chose était déjà problématique pour les Athéniens du temps de Paul, elle l’est tout autant aujourd’hui. Les lignes ont cependant bougé, notre anthropologie n’est plus celle des Anciens. Cela justifie une approche théologique du sujet qui soit articulée sur les questionnements, les dits et les non-dits de nos contemporains. C’est ce qu’a fait Henri Bourgeois dans son livre, Je crois à la résurrection du corps, dont Nathalie Gadéa présente ici la méthode et les acquis.

La démarche est suffisamment novatrice pour avoir suscité un colloque, Ensemble, dans les pas d’Henri Bourgeois, dont rend compte d’autre part Claude Royon. Un colloque qui ne réunissait pas que des spécialistes, mais des animateurs pastoraux, des fidèles, des personnes en recherche… en un mot, le même public que celui qui fréquente les blogs. D’où cette question, qui vaut invitation : et si vous aussi, amis lecteurs, preniez goût à lire Henri Bourgeois ?

Enfin, nous vous invitons à relire deux articles déjà publiés mais qui sont de plain-pied dans l'esprit de notre dossier : La résurrection ? Terrifiant... mais exaltant !, de Danielle Nizieux, et La résurrection des morts, de René Guyon.

G&S

Commenter cet article