À l'écoute de la Parole de Dieu

Publié le par Garrigues et Sentiers

26eme Dimanche du T.O. Année B 26/09/2021

 

Nb 11, 25-29  ; Ps 18B  ; Jc 5, 1-6 ; Mc 9, 38-43. 45. 47-48

 

Heureuse époque, citée dans le Livre des Nombres, où Dieu descendait pour parler à ses serviteurs, et non seulement avec l’élu, mais en étendant son Esprit sur une partie du camp hébreux. « Ah ! Si le Seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! Si le Seigneur pouvait mettre son esprit sur eux !  », dit Moïse.

Au moment où le pape François s’apprête à consulter le peuple catholique pour trouver un nouveau mode de gouvernance de l’Église, recevons le vœu de Moïse comme une invitation à répondre en conscience et en vue du bien commun. Il ne suffit pas de critiquer l’institution, souvent à raison, mais de façon négative ; il est urgent de bâtir des propositions concrètes et pertinentes.

 

Certes, comme dit le psaume 18, « La loi du Seigneur est parfaite » ; encore faut-il savoir la lire et en rendre possible l’application. On a trop longtemps attendu passivement que les spécialistes patentés nous donnent régulièrement une pâtée de vérités. Il faudrait, avec une compétence acquise et une humilité sincère, ne pas hésiter à dire ce que l’on croit avoir compris de la volonté de Dieu, sans penser qu’on en est seul capable. Je ne sais qui a dit à peu près ceci, à propos de la place des laïcs : « il ne faut pas que la suffisance des laïcs veuille remplacer l’insuffisance des clercs ».

 

L’histoire de l’Église ne manque pas d’exemples de personnes, hors clergé et apparemment sans poids social, qui ont bouleversé l’institution. Un des cas les plus célèbres, peut-être, Catherine de Sienne (1347-1380) — simple tertiaire dominicaine et surtout simple femme à une époque où celle-ci pèse si peu dans la vie de l’Église — elle a lutté pour essayer de rénover en douceur une Église en déliquescence, et surtout tenter d’éviter le Grand Schisme d’Occident (1378-1417), qui vit deux, voire parfois trois papes, revendiquer le siège de Pierre, avec les désordres que l’on devine. Elle joua, entre autres, un rôle, discuté mais non négligeable, dans le retour du pape Grégoire XI d’Avignon à Rome. Elle a été, en 1970, reconnue comme « docteur de l’Église » par Paul. VI, peu après Thérèse d'Avila.

Il faut se méfier de ceux qui désirent limiter le nombre de ceux qui ont quelque chose à dire parce qu’ils n’ont pas le label d’une ordination L’évangile de Marc montre des disciples jaloux de leur pouvoir, pourtant lié à la seule autorité de Jésus Christ. La capacité de chasser les démons devait-elle être réservée aux douze membres de la « bande à Jésus » ? Lui même s’inscrit en faux contre une telle prétention, comme l’avait fait Moïse refusant d’empêcher de prophétiser d’autres membres de la communauté que les 70 anciens.

« Celui qui est un scandale, une occasion de chute, pour un seul de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui quon lui attache au cou une de ces meules que tournent les ânes, et quon le jette à la mer ». Ce passage de l’évangile ne devrait-il pas emplir de terreur les mauvais serviteurs qui, imbus de leur « aura » et de leurs privilèges d’« hommes de Dieu », ont scandalisé des « petits » : enfants, femmes fragiles ou dépendantes, jeunes gens… Ou alors, et ce serait pire, croyaient-ils vraiment à ce que, probablement, ils prêchaient sur la pureté et la droiture ? Ce mystère mériterait d’être éclairci par les témoignages de ceux qui ont failli, lorsqu’ils ont reconnu leur faute.

Mais qui de nous, même repentant de bonne foi, acceptera de couper son bras ou d’arracher son œil « occasion de chute » ?

Marcel Bernos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Bonjour Marcel,

La phrase exacte (?) est attribué à Marcel Molette, suite à la pénurie des prêtres (déjà !) constaté par Pie XI et au dévelopement de l'Action catholique, sous forme de paradoxe : « L'Action catholique, c'est l'insuffisance des prêtres remplacée par la suffisance des laïcs ».
MOLETTE Charles, «Brève histoire de l'Action catholique » (1963).

Salutations

Rott
Répondre