Les tentations du prêtre ?...

Publié le par Garrigues et Sentiers

Si le prêtre est présenté comme figure du Christ tête, pourquoi ne pas imaginer les prêtres soumis de la même façon que Jésus  aux tentations vécues au désert ?.. Essayons !... avec un brin d'humour et de caricature...

 

Voilà Satan qui vous entraîne, vous les prêtres, au coeur d'un rassemblement dominical ; il vous interpelle : « Vous qui vous dites configurés au Christ-tête, cela ne vous séduirait-il pas de rester les seuls à pouvoir changer le pain en corps du Christ ? Ne voulez-vous pas continuer à être les seuls dignes et aptes à rassembler autour de la table du Seigneur ? N'est-ce pas merveilleux d'être les seuls à pouvoir donner le pardon de Dieu ? N'est-ce pas évident  que les femmes doivent-en être exclues ? »

Et vous pourriez répondre : « Nous, prêtres, pas question d'accepter de telles propositions, même si nous y avons cédé pendant des siècles ! Nous ne voulons plus nous approprier des pouvoirs qui sont à tous. »

 

Satan va essayer autrement de vous tenter ! Voilà qu'en cette pleine période des scandales de l'Eglise (sexe, pouvoir, argent), Satan, devant une immense foule assemblée, à nouveau, vous provoque : « Vous qui vous dites représentants du Christ, si vous voulez, vous pouvez continuer de jouir d'influence et d'autorité sur le plus grand nombre de ces humains. N'est-ce pas extraordinaire quand vous les voyez suspendus à vos lèvres ? N'est-ce pas grisant de vous proclamer experts en humanité, détenteurs  de la vérité et de l'erreur, spécialistes de ce que Dieu veut ou ne veut pas  ?... »

Et vous de répondre à ce Satan séducteur : « Tu n'as rien compris ! Nous nous sommes peut-être beaucoup laissés séduire par toutes ces grandeurs et ces pouvoirs, mais cette fois, Satan, tu ne nous auras pas ! Nous ne sommes pas institués pour dominer, ni pour écraser les autres de notre supériorité,  nous sommes là pour servir, pour mettre en lien, pour permettre à chaque femme et chaque homme de croire en eux, et d'être debout ! Avec tous les  baptisés nous sommes en route... comme tous les humains, pas plus et pas moins ! »

 

Une fois encore Satan ne se résoud pas à  la défaite ! Et il susurre au fond de vos cœurs de prêtres : « Mais vous qui vous dites signes du Christ tête, ne voudriez-vous pas continuer à bénéficier des privilèges et des honneurs attribués à votre statut ? N'avez-vous plus soif du respect admiratif, servile même parfois, dû à votre charge ? N'est-ce pas grisant cette écoute et cette obéissance craintive ou résignée de tous ces baptisés ? Et votre autorité, et le faste, et la considération, ne serait-ce pas bien frustrant d'y renoncer ? N'avez-vous pas très envie et plaisir et fierté de continuer à en profiter ? »

Et vous prêtres, de crier : « Arrière Satan !! Tes pensées, tes solicitations sont toutes plombées par l'intérêt, l'orgueil, le goût de dominer ! Elles n'ont rien à voir avec le projet de Jésus que nous pensons avoir à vivre ! Elles ne sont que mirages, désirs de grandeur et illusion pour être plus, ou différents des autres... Arrière ! Ça suffit ! »

 

« Attention ils résistent ces prêtres », s'exclame Satan. « Mais ils vont voir ! Ils ne résisteront plus longtemps ! J'ai une dernière botte, une arme absolue : les fidèles, leurs paroissiens dévoués, et si souvent flatteurs... »

« Oui », intervient à nouveau Satan, « vous, les prêtres, continuez de vous laisser sacraliser et endormir par tous ces laïcs qui vous entourent, et qui sont aux petits soins pour vous, (« Monsieur le curé n'a besoin de rien ? » « Oh mon père qu'est-ce que je peux faire pour vous ? » « Il ne faut pas le déranger, il est si débordé ! » « Sa vie n'est pas facile, déjà qu'il est seul ! »...)

« Voilà », exulte Satan, « mes meilleurs alliés ! les fidèles ! Ils ont vraiment envie que vous restiez les prêtres qu'ils ont toujours connu »... « Allez ! Continuez, vous, laïcs, à sanctuariser et à surprotėger vos prêtres pour que je les garde sous ma coupe ! »

Et vous prêtres,tout ébahis, vous n'en revenez pas ! « Satan, c'en est assez ! retire-toi ! Arrête tes tromperies ! Et vous, nos frères et nos sœurs, dits laïcs, baptisés comme nous, ne vous laissez pas entourlouper par le pseudo-respect que vous nous devriez, ni par une considération  infantilisante : nous ne sommes, comme vous, que des humains passionnés de Jésus-Christ. Osez nous contredire, nous contrarier, être "vous" ! Éventuellement n'ayez pas peur de faire l'inverse de ce que nous voudrions ou attendons, mais aussi acceptez de nous écouter, sans vous laisser enfermer dans nos paroles ou nos choix ! Nous sommes tous, vous et nous, des humains baptisés en route de vie et d'humanité ! Paix et liberté à vous ! »

 

Ayant épuisé toutes formes de tentation, le diable se retira.

 

« Jésus, reste avec nous ! Au milieu de cette avancée pleine de tempêtes, de vagues et de cris, confrontés à l'instable et aux remous violents, à l'aide ! Au secours, ne nous laisse pas couler ! Ouvre-nous davantage à notre siècle, à notre monde d'aujourd'hui, à ses valeurs et à ses besoins ! Donne-nous de vivre cette aventure, baptisés avec les baptisés !

Donne-nous le pain du jour ! Délivre-nous du malin. »

Jean-Luc Lecat

Publié dans Réflexions en chemin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Denis P 07/11/2020 13:32

on peut vraiment partager ceci avec qui on veut? chiche !

Rott 28/10/2020 10:58

Donne-nous le pain du jour ! Délivre-nous du malin. »
et on termine généralement par
AMEN ! ☺☺