À l'écoute de la Parole de Dieu

Publié le par Garrigues et Sentiers

Dimanche de la Sainte Trinité Année A 7/6/2020

Ex 34, 4b-6, 8-9 ; Dn 3, 52-56 ; 2Cor 13, 11-13 ; Jn 3, 16-18.

 

Avant de faire alliance avec Israël, Dieu se présente dans toute sa grandeur, faite de bonté et de miséricorde, ce qui pousse Moïse à l’inviter parmi le peuple malgré ses péchés. Ceux qui ont choisi ces textes ont omis le verset dans lequel Dieu manifeste aussi sa sévérité, verset issu probablement d’une autre origine. Aujourd’hui, il nous est demandé de contempler la gloire d’un Dieu aimant et miséricordieux. Alors, nous pouvons bénir Dieu qui nous sauve par sa miséricorde. Le cantique proposé est celui des trois jeunes gens jetés dans la fournaise parce que fidèles à Yahweh en refusant d’adorer l’idole de Nabuchodonosor. Dieu est le tout autre qui sauve ceux qui le reconnaissent. Nous sommes dans la suite du premier texte, louons Dieu qui ne nous abandonne pas malgré nos fautes si nous nous fions à lui.

L’invocation de Paul aux Corinthiens est la reconnaissance de la présence de Dieu parmi nous, source de paix et de charité. Ce Dieu qui a tant aimé le monde qu’il lui a envoyé son Fils pour le sauver. L’évangile de Jean nous le rappelle. Non plus un Dieu de jugement, mais d’amour. Celui qui ne croit pas est jugé par lui-même, par son choix, Dieu ne juge pas.

 

Ainsi en ce dimanche, nous sommes invités à contempler le Dieu de gloire qui vient habiter parmi les hommes. Évidemment quand on pense à la Trinité, c’est la première attitude qui nous est demandée. On peut pourtant s’étonner de cette limitation à une contemplation du Père, le Fils n’apparaissant qu’à la toute fin et de façon passive : envoyé du Père. L’Esprit n’est même pas mentionné. Étonnant !
 

La Trinité est Dieu Père, Fils et Esprit. En Jean 1, 1 on comprend que Dieu s’écarte en quelque sorte de lui-même pour être Père et Fils : « Le Verbe était avec Dieu [certains traduisent « en face de Dieu », pros en grec : avec, vis-à-vis], et le Verbe était Dieu ». Le Dieu trinitaire est relation, il s’écarte de lui-même pour faire relation, et cette relation elle-même est Dieu, elle est l’Esprit. C’est parce que Dieu est cet acte permanent d’amour entre le Père et le Fils scellé par l’Esprit, qu’il peut ouvrir cette relation aux hommes et qu’alors il nous a envoyé son Fils, missionné pour nous introduire dans cet amour trinitaire. Il me semble que c’est à la lumière de cette réalité fondamentale que nous pouvons alors reprendre les textes proposés pour louer la gloire du Dieu miséricordieux qui nous invite dans son sein.

 

Marc Durand

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article