« Douloureuses révélations sur Jean Vanier (1928-2019) »

Publié le par Garrigues et Sentiers

Dans son édition du 24 février, le journal La Croix se fait l’écho de « douloureuses révélations sur Jean Vanier », fondateur de la communauté de l’Arche au service de personnes ayant une déficience intellectuelle (1) : « Les responsables de l’Arche ont rendu publiques samedi 22 février les conclusions d’une enquête menée depuis juin 2019. Ils affirment que leur fondateur, Jean Vanier, décédé le 9 mai 2019, a entretenu pendant des années des relations sexuelles sous emprise avec des femmes – majeures et non handicapées] –, usant de son ascendant pour obtenir leur consentement L’enquête montre aussi qu’il était au courant, contrairement à ce qu’il a affirmé jusqu’à sa mort, des abus sexuels commis par son père spirituel, le père Thomas Philippe ».

Le Père Thomas Philippe (1905-1993) avait été condamné par l’Église en 1956. « Jean Vanier aurait partagé, dès les années 1950, certaines des pratiques sexuelles dont le Père Philippe était l’initiateur. (…) Il recourait à des justifications mystiques pour obtenir leur consentement et leur demandait le secret. « Il disait : ce n’est pas nous, c’est Marie et Jésus. Tu es choisie, tu es spéciale, c’est un secret » rapporte l’une d’elles. » « C’est Jésus qui t’aime à travers moi » expliquait-il à une autre ». Après la lourde sanction canonique qui prive le père Thomas Philippe de tout ministère public comme privé, le Vatican demande que Jean Vanier et « tous les complices laïques du père Thomas Philippe soient éclairés sur la condamnation par l’Église de la conduite et de la doctrine « mystique  » du dominicain ». Interrogé par un de ses biographes sur ses relations avec le père Thomas Philippe, Jean Vanier lui déclare : « le renier aurait été me suicider ».

Ainsi, une nouvelle figure d’un « renouveau  » au sein du catholicisme du XXe siècle se trouve mise en cause par les responsables de l’institution qu’il avait fondée. Pierre Jacquand, responsable de l’Arche en France a déclaré « Nous avons choisi la transparence au nom même des valeurs pour lesquelles nous nous sommes engagés dans l’Arche. Nous ne pouvons nous construire sur un mensonge » (2).

Dès le début des révélations concernant les dérives de certains leaders spirituels catholiques du XXesiècle, le Pape François a établi clairement le lien entre abus spirituels et abus sexuels. Plus que jamais, il faut s’interroger sur la pertinence évangélique de la notion de « maître spirituel  », « père spirituel » ou « directeur spirituel » chez ceux qui se réclament du Christ qui déclare : « Ne vous faites pas appeler « Rabbi » : car vous n’avez qu’un Maître, et tous vous êtes des frères. N’appelez personne votre « Père » sur la terre : car vous n’en avez qu’un, le Père céleste » (Mt 23 8-9).

C’est ce qu’avait bien compris Frère Roger, fondateur de la communauté œcuménique de Taizé, communauté qui par ailleurs a reconnu des abus de la part de trois de ses membres : « Accueillir avec mes frères tant de jeunes à Taizé, c’est avant tout être pour eux des hommes d’écoute, jamais des maîtres spirituels. Qui s’érigerait en maître pourrait bien entrer dans cette prétention spirituelle qui est la mort de l’âme ». Il explicite ainsi ce respect du cheminement spirituel de chacun : « À tout âge, Dieu confie quelqu’un ou quelques-uns à écouter, à accompagner jusqu’aux sources du Dieu vivant. De telles sources sont de Dieu, personne ne peut les créer. Qui voudrait s’y employer n’amènerait pas à Dieu, mais à lui-même. Cette attitude a un pouvoir de confusion. Pour l’Évangile, il n’y a pas de maîtres spirituels » (3).

Au cours de sa courte vie, le Christ a cherché à éveiller l’homme enfermé dans sa justice, sa loi, son malheur, sa tradition, sa nation, ses appartenances. Cet éveil a suscité, dans un premier temps, une fascination pour celui qui en était le messager. Loin de vouloir l’exploiter à son avantage, le Christ n’a cessé de renvoyer chacun à son itinéraire. À des disciples paniqués par l’annonce de la mort de celui dont ils attendaient le rétablissement du royaume d’Israël, le Passeur de Pâques affirme : « C’est votre avantage que je m’en aille ; en effet, si je ne pars pas, l’Esprit ne viendra pas en vous ; si, au contraire je pars, je vous l’enverrai » (Jn 16,7). Cette liaison entre l’effacement du messager de la « bonne nouvelle » et la venue de l’Esprit constitue le fondement de toute relation évangélique. Le surgissement de l’Esprit dans les flammes de la Pentecôte ne peut se faire qu’après la déception surmontée de ceux qui pensaient que la proximité avec un « maître spirituel  » les dispenserait de se risquer eux-mêmes dans la liberté de l’Esprit.

Bernard Ginisty 

(1) « Douloureuses révélations sur Jean Vanier » in Journal La Croix du 24 février 2020, p. 18 et 19.

(2) « Comment l’Arche a géré la crise », ibid., p. 19.

(3) Frère ROGERAux côtés des plus pauvres, éditions Les Presses de Taizé, 2017, p. 143 et 221.

Publié dans Réflexions en chemin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Robert Kaufmann 28/02/2020 22:03

Ce type de nouvelle ne peut, bien sûr, que m'attrister; mais point me bouleverser, car voici longtemps que j'ai compris et accepté qu'en chacun de nous peut coexister un ange et un monstre et que nous sommes capables de montrer différentes facettes de notre personnalité selon les moments et les circonstances.
Nous avons évoqué ce sujet ici il y a quelques semaines en parlant de la banalisation de l'horreur.
Je rappelais à ce sujet le regard surpris d'Hannah Arrendt sur Eischman lors du procès.
Je pense que c'est un combat intérieur de tous les instants entre le bien et le mal dont l'animal humain a hérité avec le libre arbitre dont le Créateur nous a fait cadeau.
Les hommes ont bâti de tous temps des images pour illustrer ce besoin de "gagner son paradis"....

La puissance et la cruauté des médias aujourd'hui permettent plus facilement d'entrer dans la vie intime des personnes publiques; ce qui a pour conséquences de nuire à l'autorité des institutions établies et de favoriser des poussées vers des situations anarchiques irresponsables. Une évolution vers le pire ?...
Notre foi en la politique (vie de la Cité) doit garder toute sa fraicheur et ses convictions; mais l'exercice de la politique est un métier, une expertise.
De même pour notre foi en la Création, qui est une démarche Une. Mais l'enseignement de la religion de l'Eglise choisie est un métier, là aussi; une expertise qui s'acquière après des années d'études et de réflexions....

Robert Kaufmann

levy 27/02/2020 15:56

Opposera-t-on jamais assez à la direction des consciences et au gouvernement du spirituel, l'interpellation qu'énonce ici Bernard Ginisty :
"Plus que jamais, il faut s’interroger sur la pertinence évangélique de la notion de « maître spirituel », « père spirituel » ou « directeur spirituel » chez ceux qui se réclament du Christ qui déclare : « Ne vous faites pas appeler « Rabbi » : car vous n’avez qu’un Maître, et tous vous êtes des frères. N’appelez personne votre « Père » sur la terre : car vous n’en avez qu’un, le Père céleste » (Mt 23 8-9)"..
C'est sans doute là la plus puissante des réfutation qu'on puisse diriger contre le cléricalisme.
Mais quand l'institution affirme s'affranchir du cléricalisme, est-elle prête à épouser toutes les conséquences de cette invalidation de la direction des consciences et de la détermination du croire ?