A l'écoute de la Parole de Dieu

Publié le

2eme dimanche du temps ordinaire 19/01/2020

Is. 49, 3.5-6 ; Ps. 39 ; 1 Cor. 1, 1-3 ; Jn. 1, 29-34

 

Isaïe prend conscience de la présence du Seigneur dans sa vie et du fait que cette présence l'appelle à devenir serviteur. Il y a trois fois le mot serviteur dans le texte. La foi ne conduit pas à prendre un pouvoir quelconque sur les autres, à leur imposer nos convictions mais à devenir serviteurs, disponibles pour Dieu. C'est la seule condition pour entrer dans la lumière.

Nous pouvons nous interroger sur notre attitude envers le Seigneur et envers les autres, attitude de service ou de pouvoir ?

 

Le psaume 39 c'est la rencontre de l'homme avec Dieu

« Le Seigneur s'est penché vers moi et j'ai dit : « Voici, je viens ».

Ainsi s'établit une relation authentique, un lien d'amour réel.

Noter cette humilité de Dieu envers l'homme, Il se penche, Il se met à sa portée.

Sommes-nous capables de répondre : « je viens » et de témoigner par notre vie et nos actes de cet amour, de cette vérité autour de nous ?

Le « Cinquième Évangile » d'Adrien Candiard c'est celui de notre propre vie dit-il,  il est unique et il doit refléter cette vérité qui nous habite.

 

Jean-Baptiste vient de découvrir l'identité de Celui qui est venu se faire baptiser. Comme la majorité du peuple à cette époque, Jean-Baptiste attendait un Messie triomphant. La rencontre est bouleversante pour lui car ce n'est pas ce qu'il prévoyait. Dans son étonnement, par deux fois il dira « je ne le connaissais pas ». Il s'aperçoit qu'il a été poussé par l'Esprit pour venir baptiser dans l'eau afin de rencontrer la véritable identité de Jésus : l'Agneau de Dieu si humble et si plein de douceur, le Messie véritable.

Et il accepte cet autre niveau du baptême qui passe de celui de l'eau élément purificateur mais matériel et terrestre à un niveau beaucoup plus élevé, celui de l'Esprit-Saint.

C'est la surprise de la rencontre du Fils de Dieu, la découverte de cet Esprit-Saint dans sa vie, cet étonnement qui ne finit jamais.

Celui qui vient vers nous qui se penche vers nous comme un ami acceptons-nous de le reconnaître tel qu'il est et non à l'image que nous nous en faisons ?

 

Le texte de Saint-Paul est une action de grâces et peut réunir les trois textes précédents au nom de tous ceux qui ont rencontré le Seigneur et qui l'invoquent dans leur vie.

 

Christiane Guès

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article