A l'écoute de la Parole de Dieu

Publié le

 

Les Textes du 34e Dimanche Ordinaire

 

2 Samuel 5, 1-3 Psaume 121 Col 1, 12-20 Luc 23, 35-43

Le Christ Roi de l'univers

 

La fête du Christ Roi clôture l’année liturgique. C’est un choix fort ; il fallait de l’audace ou de la provocation pour fêter un roi dans des pays à majorité républicaine. Les textes sont à la hauteur de la provocation :

 

La 1ère lecture (2 Samuel, 5,1-13) décrit la naissance du royaume d'Israël : les tribus se fédèrent et nomment David Roi : C'est le niveau des manœuvres normales pour assurer 1 pouvoir nécessaire à la vie en société.

 

Dans la 2ème lecture, Paul (Colossiens 1, 12 20) donne toute sa plénitude à la personne du Christ : « rédempteur, image du Dieu invisible, par lui tout fut créé… tout est créé par lui et pour lui… il est la tête du corps la tête de l'église ».

 

Luc (23,35 – 43) décrit «  le roi » Jésus raillé par les soldats, condamné pour son titre de roi des juifs et de Christ. Dans le même récit, Jésus se présente comme celui qui ouvre la porte de son royaume à un co-condamné: « aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis » !

 

Que cherchent ces textes provocants ? Ils posent avec violence la question concernant l’homme Jésus-Christ : Est-il un mythomane ou Celui « par qui tout a été créé »? La foi en Jésus-Christ est-elle un délire individuel et collectif ou la vérité de l’Histoire ?

 

La lecture de Pilate sonne vraie pour la grande majorité de ses et de nos contemporains : ils ont des arguments .Il suffit de relire l'histoire, notamment l'histoire contemporaine : les foyers de guerre sont allumés partout, la violence règne dans la vie civile, professionnelle et souvent familiale. Les tenants de la collapsologie annoncent pour bientôt la fin de l'univers et de la société.

 

Il faut être fou pour oser dire aujourd'hui « Heureux, vous les pauvres. Le royaume des cieux est à vous ».

 

Si la lecture chrétienne est vraie, cela veut dire qu'au travers de l’histoire quotidienne, se joue une autre histoire, celle du royaume amorcé par le Christ , une bonne nouvelle « inouïe » semée au cœur même de cette histoire des hommes, comme une graine , une histoire d'amour qui grandit infailliblement entre Dieu et toute l'humanité. Mais pour la lire, il faut être un peu «  fou », comme dit Paul ; seuls peuvent en discerner le sens, ceux qui ont fait l'expérience d'un manque radical, les pauvres, et ceux à qui l'intelligence du cœur a été donnée1.

 

En ce dimanche du Christ Roi, pour quels royaume ou paradis travaillons-nous?

Demandons au Christ Roi, « ce passeur », et à son Esprit de nous convertir à travailler à son royaume. L’Avent nous y préparera.

 

Antoine Duprez Novembre 2019

 

1 Certains films actuels montrent bien ces 2 réalités : «  pour Sama »avec le drame de la guerre en Syrie, et «  hors normes » celui d’handicapés parisiens, avec au cœur de la détresse, des témoins, des pauvres qui travaillent au sein d'un enfer pour qu'un coin de paradis existe.

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article