Je n’irai pas manifester le 6 octobre

Publié le

Cela ne signifie pas que j’approuve ou désapprouve le projet de loi, mais que je n’accepte pas d’être appelé à cette manifestation par la hiérarchie catholique.

 

 

Depuis quelques jours celle-ci se mobilise contre le projet de loi bioéthique, et tente de mobiliser les fidèles. Que penser ? Nous n’allons pas discuter ici de ces problèmes de bioéthique, ils sont très complexes et les aborder dépasserait de beaucoup le contenu d’un simple article. Par contre on peut se demander au nom de quoi, ou de qui, sont prises ses positions par la hiérarchie et sont effectués les appels à mobilisation.

 

Une première remarque est la justification donnée à cet émoi : le gouvernement ne tiendrait pas compte des remarques émises par les représentants de l’Église, les débats auraient été occultés, non transparents. On sait que les débats durent depuis plus d’un an, le comité d’éthique a travaillé longuement, et les représentants de l’Église y sont présents. Il semble que la hiérarchie a une forte propension à reprocher aux autorités (quelles qu’elles soient) de ne pas débattre honnêtement quand les décisions prises à la suite des discussions ne vont pas dans le sens souhaité. Il semble qu’elle n’a pas encore pris la mesure des exigences de la démocratie et de la place très minoritaire qu’occupe l’Eglise dans notre société sécularisée. Pourtant si l’on compte les invitations dans les médias, les places prises dans les diverses instances, il semble que l’Église est même sur-représentée quand on fait le décompte de ses fidèles (les sociologues considèrent comme « fidèles » les personnes qui vont à la messe au moins une fois par mois, ce n’est pas très exigeant !).

 

On dira que justement les évêques sont très prudents, disent qu’ils n’appellent pas à cette manifestation mais demandent aux fidèles de réfléchir et de s’engager. Mais qui peut le croire ? Cela semble être ce qu’on appelle des « éléments de langage ». On se retrouve au Collège des Bernardins pour mener un débat serein qui prétend ne rien imposer, mais à peine sortis un des leurs appelle à manifester. Dans les paroisses d’Aix on appelle en chaire à aller à la manifestation, cela est relayé par les feuilles paroissiales. Un représentant de l’épiscopat sur France-Inter tenait le 18 septembre un langage d’apaisement, manifestant un retrait devant ces positions va-t-en-guerre, mais au même moment d’autres évêques appelaient à la manifestation. On constate malheureusement un double langage qui fleure bon les vieilles techniques des vieux débats politiciens.

 

 

Soyons clairs, la hiérarchie catholique est vent debout contre le projet de loi et appelle ses fidèles à la soutenir et à manifester dans la rue le 6 octobre. Et elle veut ignorer que les meneurs de cette manifestation sont très marqués politiquement, la frange de la société française qui oscille entre François Fillon et Marine Le Pen. Ces groupes ont bien évidemment le droit de manifester, ce n’est pas le problème. Mais appeler à se joindre à eux n’est pas neutre, la hiérarchie n’est pas si naïve qu’elle ne se rendrait pas compte du signal qu’elle envoie : c’est dans ce milieu qu’elle a encore une certaine écoute, qu’elle recrute, elle semble avoir fait une croix sur le reste des catholiques… qui, eux aussi, font de plus en plus une croix sur une institution inféodée à une idéologie dans laquelle ils ne se reconnaissent pas.

 

Alors, sans entrer dans le débat de la loi, nous insistons là-dessus, on peut se demander au nom de quoi la hiérarchie ecclésiastique s’oppose au projet. Au nom de la foi ? Nous croyons que l’Esprit d’amour vit au fond de chaque être, appelé à en vivre dans une pleine liberté. La foi est un « suivre Jésus » dont le commandement est la conjonction des deux premières sentences du décalogue : amour de Dieu et des frères, les deux injonctions étant semblables. Jésus appelle chacun à se libérer de ses chaînes pour vivre totalement son humanité, sa vocation d’homme appelé à l’amour (de Dieu et de tout homme, c’est semblable). Chaque homme, grâce à l’Esprit qui réside au plus profond de lui, est appelé à vivre son espérance, solidaire des autres hommes, dans le Dieu de Jésus, source de vie, et à être sujet devant sa face. Cela ne donne pas une réponse concrète aux problèmes éthiques ou moraux. Dire que ce projet de loi s’attaque à l’humanité de l’homme ne peut être une conséquence directe de la foi en l’Amour, mais le résultat d’une réflexion philosophique, voire idéologique que les chrétiens peuvent partager ou non. Ils doivent mener cette réflexion, personne n’est habilité à leur donner la solution.

 

Et si c’était au nom de la foi, donc au nom de Jésus-Christ, qu’on appelle ainsi à l’action, on peut s’interroger sur la méthode choisie : une grande manifestation destinée à faire pression sur les décideurs et sur la société. On ne peut dire que cela fait partie de la « mission » que nos évêques demandent constamment de mettre en avant, ce n’est ni une annonce de Jésus-Christ ni un témoignage de notre foi, mais une manifestation de puissance. Il semble que les moyens utilisés par Jésus étaient assez différents… qui l’ont mené sur la Croix et ont mené au sacrifice nombre de ceux qui l’ont suivi.

 

 

L’Église répond alors qu’elle a la charge du peuple de Dieu, et qu’à ce titre elle est gardienne de la morale à laquelle ce projet s’opposerait. Mais « qui fait la loi » ? Il est temps de reconnaître que ce sont les hommes qui font la loi, elle ne se déduit pas directement de ce qu’on appelle la Révélation. C’est bien parce que l’Esprit d’Amour vit au fond de chaque homme, que l’humanité est capable de construire une éthique valable pour tous les hommes. Sous toutes les latitudes sont reconnues des notions du bien et du mal, de l’amour et de la haine, etc. Mais la mise en musique de ces notions fondamentales est faite par les hommes, avec leurs différences historiques, culturelles. D’où des débats, des querelles, des divisions et des conjonctions. Il n’existe pas une morale universelle, aux mains d’une hiérarchie, qui résoudrait toutes les questions d’éthique. Le rôle dominant, en surplomb, que veut se donner la hiérarchie n’est-il pas un peu usurpé ?

 

Dans les positions des différents acteurs de ces débats, on trouve des obscurités, des contradictions. Cela est normal, construire une morale, c’est-à-dire une application concrète des notions de bien et de mal, d’une éthique, est une opération complexe qui ne peut trouver des solutions simples, évidentes. Quand on touche à l’humain, à la société des hommes, prétendre à la simplicité est se faire illusion, ou mentir, et se contenter d’une application simpliste d’une idéologie hors sol. On peut regretter que depuis quelques jours les arguments avancés par la hiérarchie soient d’une grande pauvreté et d’un grand simplisme (1). Elle s’applique à mobiliser et, comme tous ceux qui veulent mobiliser, elle simplifie, mélange les genres, utilise la peur de ce qui pourrait arriver après. Elle est entrée dans le combat, est-ce son rôle ? Combat au nom de qui ? Certainement pas de Jésus-Christ, tellement cela serait en contradiction avec toute son œuvre.

         

Faut-il alors que les chrétiens renoncent à manifester ? Certainement pas. Comme tous les citoyens ils ont le droit, voire le devoir, d’exprimer leurs opinions et de rentrer dans les combats internes à la société. Mais ils ne le font pas au nom de leur foi, ils le font au nom de leur enracinement dans l’humanité (enracinement qui n’est évidemment pas étranger à leur foi). L’institution ecclésiale ne semble pas habilitée pour mener ce combat, sous quelque forme que ce soit, dans lequel elle est peu crédible. Son appel ne semble pas légitime.

 

                                                                                Marc Durand

                                                                              

 

1 – Il semble que sous ces arguments divers se cache une condamnation viscérale, sans appel, de l’homosexualité. Mais cette condamnation ne peut plus se dire, les événements récents détruisent la crédibilité de l’Église sur ce sujet.

Publié dans Réflexions en chemin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

robert Kaufmann 07/10/2019 18:14

Moi, je veux bien quitter le sujet des lois sur la Bioéthique, sur lesquelles j'ai cité quelque références intéressantes, pour me tourner sur le fond de la question soulevée par Marc Durand. A savoir la position sur le sujet prise par l'Eglise de France.
Ma première réaction est de contester qu'elle ne réagit qu'en fonction de la "révélation". Elle dispose de millénaires de culture judéo-chrétienne, de l'observation de l'évolution de nos sociétés et de l'expérience acquise par celles-ci.
Cette question est sans doute plus complexe encore que les lois bioéthiques. Chaque personne qui pense posséder la foi est amené à se poser la question : "qu'est-ce que ça change concrètement dans ma vie de tous les jours ?..." Et de ce fait, l'Eglise, qui prétend apporter une réponse à l'origine de la vie et à son sens, ne peut faire autrement que d'avoir une doctrine, une morale. Et LA FAMILLE fait partie de ses fondements.
On n'entend d'ailleurs pas beaucoup de protestations lorsqu'elle se prononce depuis 130 ans avec vigueur dans sa doctrine sociale et sur une société juste.
Et puis, n'est-elle pas plus qualifiée pour le faire que tel Politique, tel Philosophe, tel Franc-Maçon, tel idéologue fumeux ??.....
Quant au moyen d'exprimer ses choix, nous l'avons dit : à chaque pays ses coutumes.

Robert Kaufmann

Marc Durand 06/10/2019 20:21

Manifestement je n'ai pas été assez clair sur le sujet de mon article. Il ne traite en rien des lois bioéthiques. Je pense que dans le cadre contraint d'un article du blog cela est impossible sauf à asséner "ma vérité" sans argumenter, ce qui n'a rien d'intéressant. Le sujet abordé était la question de la légitimité (du point de vue interne à l'Eglise) de l'institution ecclésiastique à utiliser les rapports de force afin d'imposer ses vues à la société et à affirmer que la Révélation lui permet de posséder la vérité sur l'éthique, et donc de dire la morale et l'imposer aux catholiques, puis à la société. Malgré la reculade de quelques évêques prudents (Monseigneur Aupetit par exemple qui a botté en touche en disant qu'il était pris ailleurs...) je pense que l'ensemble de l'épiscopat et la grande majorité du clergé croit à cette légitimité et y tient, alors que je réponds non dans mon article. Evidemment les chrétiens, citoyens comme les autres, peuvent, voire doivent, se battre pour leurs idées, ils ne sont pas l'institution.
Les commentaires n'ont pas répondu à ce sujet de l'article, sauf à dire que certains évêques n'étaient pas sur cette ligne, bref à arrondir quelques angles, et ont abordé le coeur de la loi, mais comme prévu, sans avoir la possibilité d'argumenter sérieusement en quelques lignes.
Ils ont alors trouvé mon article de pure forme et obscurcissant le débat, évidemment puisque mon texte parlait d'autre chose!
Il reste que le débat sur la loi serait très intéressant, car, comme je le disais, c'est nous qui faisons la Loi, et ce n'est pas simple, la vérité est à trouver, c'est un chemin, personne ne la possède.

Pierre Locher 02/10/2019 15:39

J'avoue être assez surpris par ce débat, d'abord sur la forme, car manifester ou pas, relève bien de la forme et non du fond. La question semble se résumer ainsi ; irais-je à une manifestation à laquelle m'invitent les évêques de France ? Certains répondent non, d'autres peut-être, mais depuis quand a-t-on besoin de se justifier vis-à-vis d'une position (pas unanime : Mgr Aupetit a décliné l'invitation) de la hiérarchie catholique ? Où est la liberté du croyant ? Jésus de Nazareth demandait-il aux grands prêtres l'autorisation de déroger à la loi ? Pourquoi saint Paul a-t-il appelé ses coreligionnaires à la liberté ? « Vivre et penser la liberté » , un livre récent de Jacques Ellul, il est vrai protestant, gagnerait à être diffusé.

Sur le fond, autre surprise de voir que certaines questions essentielles ne sont pas abordées, en premier celle-ci : quel rôle et quelle limite donne-t-on à la technique - ou plutôt la technologie - dans la procréation humaine ?. Acceptons-nous que des entreprises multinationales de haute compétence en bio-technologie qui se « préoccupent » déjà de notre santé et notre bien-être, demain nous invitent à programmer l'enfant parfait, avec ou sans père, à la date choisie par nous (ou par l'employeur de la future mère...), l'enfant avec telle caractéristique physique ou intellectuelle ? car c'est vers cela que nous allons, sans parler du « don » de gamètes rémunéré (sujet de débat en commission des lois), sans parler de la GPA (mentionnée par certains parlementaires) ou de l'utérus artificiel qui serait pour bientôt (certains députés ont parlé du « droit à la procréation sans sexe pour tous »... ). J’arrête là la liste des perspectives offertes par la technologie non maîtrisée.

Pour citer une seconde fois Jacques Ellul :
« Ce n'est pas la technique qui nous asservit aujourd'hui, mais le sacré transféré à la technique ». En matière de sacré, nous avons une longue histoire derrière nous, ne recommençons pas l'erreur du père d'Abraham qui fabriquait des petites statuettes appelés idoles.

Robert Kaufmann 25/09/2019 19:07

Lorsqu'on trouve qu'une situation ou une mesure projetée est injuste, dangereuse, néfaste, il est diverses façons de s'y opposer en démocratie.
En France, son histoire, sa culture, ses coutumes, portent les citoyens à descendre dans la rue, sous le regard étonné de nos voisins.
A chacun sa façon de protester; à conditions que les odieuses haine et casse du mobilier public et privé ne l'emporte.
Nous sommes là sur la forme et non sur le fond du sujet. Force est de constater que l'article en
et les réactions qui suivent s'en tiennent à la forme.
En réalité, nous sommes depuis 2012 en face d'un petit groupe idéologue qui s'est glissé au sein de
l'Exécutif avec la détermination de modifier certaines structures de base de notre société qui ont nécessité des siècles, voire des millénaires, d'expériences humaines.
Il s"agit notamment de passer d'un multiculturalisme, qui permet de s'intéresser, se rapprocher,
s'enrichir, des autres cultures, tout en sachant ce que l'on est soi-même et où on veut aller; pour
verser dans une "bouillie de chat" pluriculturelle dans laquelle personne ne se retrouve plus. Un forme
de néo-Tour-de-Babel. On sait comment a fini l'ancienne... La dernière phrase du commentaire de Françoisjean est significative= "Croyons-nous vraiment à ce que nous proclamons ? "
L'enjeu et les conséquences à terme sont loin d'être mineurs.
Pour ma part, indépendamment de mes convictions propres, entre l'idéologie d"un petit groupe
politique facilement identifiable, dont madame Taubira a ouvert la voie, d'une part, et les réserves et
mises en garde des plus hautes autorités morales , scientifiques, culturelles, religieuses, d'autre part,
mon choix se fait facilement.
Il est significatif que les gouvernements de 2012 et de 2019 aient refusé de soumettre à referendum
des sujets de société de cette importance pour les générations à venir. Il s'agit d'autre chose que d'un point de CSG !

Robert Kaufmann

Françoisjean en retrait 25/09/2019 00:19

Le 15 février 2018, notre pape publiait une demande : «…Le pape François a redit une nouvelle fois non à la morale du « on peut, on ne peut pas », dans un dialogue avec les jésuites du Chili et du Pérou, rendus publics par La Civilta cattolica le 15 février 2018. Il leur a demandé d’aider l’Église à discerner ». Au détour d’une rue, je rencontrais un ami qui se désespérait parce qu’il ne recevait plus d’indications de la part de l’Eglise…En fait, dans la chienlit induit par une action probablement d’inspiration politique destinée à faire taire les divergences dans l’église au profit d’un petit nombre, sur toile de fond d’un grand foisonnement de révélations diverses semblant incriminer la sexualité en générale, un désarroi s’installe insidieusement. Que différents courants religieux s’affrontent au sein de l’église est plutôt une bonne chose, car ils produisent évolution et meilleure adaptation du message Divin à notre époque. Mais que ces courants luttent en fait pour instaurer leur hégémonie, par des moyens politiques aussi divers que variés, entrainant divisions et mal être au sein du peuple de Dieu est très malsain, voire délétère. Car un parti partitionne et ne peut donc se prétendre universelle, c’est-à-dire catholique : ces deux mots sont en contradiction. D’autant que le vingtième siècle a vu s’effondrer la crédibilité de notre civilisation occidentale en exposant, par des conflits meurtriers son peu de considérations envers l’Homme. Rappelons, entre autre le million deux cent mille victimes sur le champ de bataille de la somme en 1914-18 ! et ce, sous les yeux effarés de personnes que nous étions venus « éduquées », et qui venaient mourir pour nous…On ne croit plus en des valeurs absolues qui ont été si souvent profanées et prostituées. Et ce n’est pas non plus l’inflation des essais sur Jésus qui vont nous rassurer et nous ramener vers une certaine sérénité.
« La crise de l’Eglise est liée à une fausse conception de Dieu » disait en 1972 Maurice Zundel. D’autres constatent avec effroi que « Dieu est mort à Auschwitz ». Une petite pousse, cependant nous donne espoir d’un renouveau, ou plutôt d’une conversion, d’une nouvelle naissance.
« En vérité, en vérité, je te le dis : à moins de naître de nouveau, nul ne peut voir le Royaume de Dieu. ».
Alors, au lieu d’aller « casser des abri-bus ou des becs de gaz, ou faire nombre au profit de je ne sais quel parti, ou de mettre notre « talent » sous le boisseau, peut-être serait-il souhaitable de se retrousser les manches et d’essayer de comprendre ce qui se cache derrière « humanae vitae »,« Deus Caritas Est », « la théologie du Corps de Jean paul II », la pauvreté selon St François d’Assise, qui n’a qu’un très lointain rapport avec un problème de fric ! Pour nous aider, une floraisons de livres, film, vidéo, échanges sur le net. Cependant, je partage tout à fait l’avis de Mme Isabelle de Gaulmyn, qui, sur son blog à la date du 2 septembre, et parlant du roman « Soif » d’Amélie Nothomb, écrivait : « …Voilà des années que l’Église demande à ses ouailles de devenir « missionnaires », de faire connaître l’Évangile, et il faut bien dire que nous sommes à la peine. Alors que des gens bien plus éloignés, voir totalement étrangers à la religion, semblent, eux trouver les mots qu’il faut pour toucher les non croyants, avec une facilité déconcertante… ». En fait, croyons-nous vraiment à ce que nous proclamons… ?

Non, Je n’irais pas non plus à cette x ième manif

Robert Kaufmann 24/09/2019 01:26

Voilà un bien long pamphlet pour nous expliquer pourquoi l'auteur n'ira pas manifester, bien que n'engageant pas sa position sur le fond de la question, allant jusqu'à déclarer d'emblée que ...."nous n'allons pas discuter ici de ces problèmes de bioéthique, ils sont très complexes et les aborder dépasserait de beaucoup....."
Ce qui vide du même coup le fond de la question et par là-même les raisons qui ont amené l'Eglise à prendre cette fois clairement position.
Le quotidien Le Monde ( non suspect de droitisme...) n"a pas les mêmes frilosités, qui rappelle ce jour
que l'Académie Nationale de Médecine vient d'émettre un avis officiel sur cette question, rendu le samedi 21 Septembre, dans lequel elle estime "QUE LA CONCEPTION DÉLIBÉRÉE D'UN ENFANT PRIVÉ DE PÈRE CONSTITUE UNE RUPTURE ANTHROPOLOGIQUE MAJEURE ET N'EST PAS SANS RISQUES POUR SON DÉVELOPPEMENT PSYCHOLOGIQUE ET SON
ÉPANOUISSEMENT....."
Tout ceci nous ramène à 2012-2013, lors du vote de la loi sur le "mariage pour tous", des très
puissantes réactions engendrées.
Rappelons que l'ensemble des églises monothéistes ont manifesté leur désapprobation, ainsi qu'une cohorte de pédagogues, psychiatres, psychanalistes, sociologues...... Tant il était évident que cette
loi n'était qu'une porte d'entrée à ce qui allait suivre et qui était un travail de sape de la conception millénaire de LA FAMILLE.
La meilleure analyse de mon point de vue revient à celle, très structurée, synthétique,élaborée, du Grand Rabbin de France, Gilles Bernheim, en 2013. Chacun peut encore aujourd'hui en prendre connaissance sur Internet sous le titre MARIAGE HOMOSEXUEL HOMOPARENTALITÉ ADOPTION
CE QUE L'ON OUBLIE SOUVENT DE DIRE
Je n'aime pas non plus cette façon d'assimiler les opposants au projet à l'extrême-droite politique. Résurgence des manipulations de 2013, voulant faire passer les manifestants pour des cléricaux fondamentalistes ou des homophobes ! Je peux témoigner que parmi les quelque 1,4 millions de
personnes qui emplissaient les avenues entre les ponts de Seine et l'Etoile, l'immense majorité n'avait rien de clérical et je n'ai pas entendu un seul slogan homophobe. Mais beaucoup de jeunes couples avec des enfants...
Je trouve quant à moi qu'il est tout à fait étonnant que les Chrétiens dits "de gauche" s'empressent d'applaudir lorsque l'Eglise prend position sur des sujets socio-économiques, vite assimilés à de l"anti-capitalisme" ou sur les "migrants"...mais conteste à celle-ci le droit de réagir sur un sujet de société aussi fondamental que LA FAMILLE, cellule de base de la société.

Robert Kaufmann

Geneviève 23/09/2019 19:37

Moi non plus je n'irai pas.
C'est exactement ce que j'aurais aimé pouvoir écrire si j'en avais le talent...
E t j'ai très mal pris le "racolage" qui a été fait dimanche dernier à la fin de la messe par un membre des AFC qui est intervenu longuement au micro pour inciter les paroissiens à se déplacer en masse... Comme s'il s'agissait d'une proposition de sortie paroissiale...

Philippe Lhermet 23/09/2019 17:29

Marc, Merci pour cette mise au point qui n'est pas polémique. Simplement, pour ma part j'estime que les arguments "anti PMA pour tous" visent plutôt les femmes à qui l'Eglise avec d'autres religions veut dénier le droit d'avoir un enfant "sans père" en pleine contradiction apparente avec sa condamnation de leur contraception, du droit à l'IVG...C'est toujours le même combat anti femme purement idéologique comme vous le dites et qui ne repose sur aucune base évangélique mais dans certaines cultures dont la culture chrétienne sur la discrimination du genre féminin .

Michelle 13/10/2019 16:28

Vous avez raison, il s'agit d'une panique irrationnelle devant la possibilité d'une société où les hommes ne contrôleraient plus les femmes! "avec la PMA les hommes ne vont plus exister" m'a déclaré un futur participant à la manifestation. Par contre, nulle indignation devant les 119 femmes tuées depuis Janvier par leur conjoint ou ex conjoint, ELLES n'existent plus!

Christiane 23/09/2019 12:19

Très bien !!! Merci !!!!

Larois 23/09/2019 12:00

Hélas cet article ajoute un peu plus d'obscurité au sujet de la PMA/GPA au lieu de nous aider dans notre réflexion . Quant à la note 1 , c'est une élucubration . L’Église anime des équipes de réflexion sur l'homosexualité et notre Pape a été clair sur cet sujet : il aurait été honnête de rappeler sa prise de position. En ces temps de violence de toutes sortes , un peu de Sagesse serait bienvenue ... c'est mon opinion . Fraternellement.

Christiane 23/09/2019 11:40

Moi non plus !!! Merci pour cet article