À l’écoute de la parole de Dieu dimanche 7 juillet

Publié le par Garrigues et Sentiers

Les habitués de notre blog se souviennent peut-être de la rubrique dans laquelle nous avons publié pendant des années des commentaires des textes liturgiques du dimanche, comme autant de fioretti à cueillir sur les sentiers de nos garrigues. 

Située au pied de la colonne de droite sur la page d’accueil, elle passait cependant un peu inaperçue, de sorte que nous l’avons supprimée.Mais c'était à regret et c'est pourquoi nous avons choisi de renouer avec ces fioretti en les publiant désormais sous forme d’articles.

Marc Durand inaugure cette nouvelle formule en nous livrant sa lecture des textes de dimanche prochain 7 juillet. Et nous espérons poursuivre, si possible chaque semaine, dans cette écoute de la Parole de Dieu

 

G & S

 

 

Quatorzième dimanche du « temps ordinaire » (Année C)

 

Les textes de ce dimanche nous appellent à la joie, à l’exultation, en nous souvenant que nous sommes passés dans un monde nouveau, l’ancien est définitivement dépassé, nous en sommes libérés. 

 

« Réjouissez-vous avec Jérusalem, exultez en elle, vous tous qui l’aimez » nous proclame Isaïe, et Jérusalem est pour nous l’Église universelle. Cette joie vient de la consolation que nous apporte Dieu, « comme celui que sa mère console », de la Paix qu’il nous donne :« voici que je fais couler vers elle la paix comme un fleuve, comme un torrent débordant ».

 

Nous pouvons alors, avec le psalmiste et avec toute la terre, acclamer Dieu, « Lui qui rend notre âme à la vie » !

 

Dans la Lettre aux Galates Paul nous montre quel est le cœur de cette joie : la Résurrection, après la Croix, a fait basculer le monde, nous sommes passés de « l’ancien monde » au « nouveau », « La circoncision n’est rien, ni l’incirconcision ; il s’agit d’être une créature nouvelle ».

 

Enfin l’Évangile de Luc nous rappelle l’urgence dans laquelle nous sommes. « Le Royaume de Dieu est tout proche de vous » (car dès la Résurrection il sera parmi nous qui devons lui faire place, le faire être). Et Jésus de nous envoyer en mission, car la moisson est abondante mais manque d’ouvriers. Notre mission est de témoigner, d’annoncer qu’il « s’agit d’être une créature nouvelle » parce que l’événement de la Croix-Résurrection nous a libérés de nos chaînes. Et Jésus lui-même est saisi par cette joie que nous célébrons aujourd’hui :« Je voyais Satan tomber du ciel comme l’éclair », formule remarquable pour dire notre libération du Mal. Cet Évangile est suivi de ce verset :« À cette heure il tressaillit de joie sous l’action de l’Esprit Saint ».

 

À nous de vivre de cette joie, de la transmettre, en nous ouvrant au monde qui souvent ne la connaît pas. Ne la gardons pas pour nous, au fond de notre confort. Dans une formulation bien à elle Etty Hillesum écrivait : « Ce ne serait pas sorcier d’avoir une « idylle » avec toi [mon Dieu] dans l’atmosphère préservée d’un bureau, mais ce qui compte, c’est de t’emporter, intact et préservé, partout avec moi... »

 

                                                                                                                                                                                                   Marc Durand

 

Publié dans Fioretti

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christiane 02/07/2019 06:20

Excellente initiative
Amicalement