Le long chemin vers la société mondiale

Publié le par Garrigues et Sentiers

Depuis des mois, la société française, à travers notamment le mouvement des « gilets jaunes » et le « grand débat national » initié par le président de la République, s’efforce de redéfinir ce qui fait que nous sommes une nation avec un État chargé de la faire fonctionner au mieux. A l’heure de l’inflation galopante des réseaux sociaux et de la généralisation des « fake news », le philosophe allemand Peter Sloterdijk est un observateur particulièrement lucide des contradictions que nous vivons. 

 

Dans un chapitre de son dernier ouvrage intitulé Ceux qui veulent être trompés, il analyse une des caractéristiques des mutations qui bousculent nos façons de vivre et de penser : « la révolution des réseaux de communication sur Internet ;  le basculement des systèmes internationaux de désignation  de l’ennemi passés de la guerre froide à la défense contre  le terrorisme ; la montée de ce code de langage néomoraliste que l’on désigne par l’expression du « politiquement correct » ; et pour finir le déchaînement des flots de réfugiés vers des zones d’attraction de richesse relative et de sécurité  juridique supérieure » (1). Le désarroi causé par ces mutations suscite « une production plus ou moins explicite d’idoles suggestives qui converge avec la demande plus ou moins ouverte d’illusions édifiantes » (2). De là découle la multiplication des populismes et le triomphe d’une pensée binaire : « On a consacré trop peu d’attention au fait que dans une civilisation alphabétisée le mensonge développe une variante : la lecture intentionnellement erronée, c’est-à-dire l’exercice pratique de l’assassinat des nuances. Ce sont par nature des intellectuels politisés ou politologisants qui, pour ce qui concerne ce crime, peuplent de manière disproportionnée, les statistiques de la délinquance » (3).

 

Dans un précédent essai intitulé La raison forte d’être ensemble,Peter Sloterdijk décrit les sociétés modernes comme des corps de stress sensibles plongés dans des excitations synchrones par des mass-médias utilisant la langue nationale. Pour lui, « l’école de la nation n’est pas l’armée, mais le journalisme. La « nation » n’a pas besoin de guerre chaque jour, mais chaque jour de la sensation et de l’inquiétude produites par des signaux de stress, ainsi que de leurs contrepoisons : la distraction et le divertissement comme signaux de fin d’alerte. La nation n’est donc pas seulement un plébiscite quotidien, comme le nota Romain Rolland, mais aussi la compétition quotidienne entre alarme et levée d’alerte » (4).  

 

Face à la précipitation ambiante causée par les sollicitations quotidiennes des publicitaires et des idéologues, Sloterdijk évoque « le long chemin vers la société mondiale ». Pour lui, les doctrines traditionnelles de l’activité humaine n’évoquent que deux dimensions : le travail et la communication. Elles font l’impasse sur une troisième, celle du temps de l’exercice spirituel pour devenir un sujet responsable. Reprenant l’expression souvent citée par le président François Mitterrand : « il faut donner du temps au temps », il écrit : « Celui qui veut améliorer les choses doit aussi pouvoir attendre » (5).  Dans son discours de réception à l’Académie des Sciences morales et politiques à Paris, le grand homme politique européen que fut Vaclav Havel ne disait pas autre chose : « En resongeant à mon impatience politique, je dois nécessairement constater que l’homme politique d’aujourd’hui et de demain doit apprendre à attendre (…) Je crois qu’il faut apprendre à attendre comme on apprend à créer. Si les hommes politiques et les citoyens apprennent à attendre manifestant ainsi leur estime pour l’ordre intrinsèque des choses et ses insondables profondeurs (…) alors l’humanité ne peut pas finir aussi mal que nous l’imaginons parfois » (6).

 

Bernard Ginisty

 

 

  1.  Peter SLOTERDIJK (né en 1947), Réflexes primitifs. Considérations psychopolitiques sur les inquiétudes européennes, Paris, éditions Payot, 2019, p. 45.
  2.  Id.,p. 18.
  3.  Id.,p. 67-68.
  4.  Id.,p. 152-153.
  5.  Id.,p. 136-137.
  6. Vaclav HAVEL (1936-2011), Discours de réception comme membre associé étranger de l’Académie des Sciences Morales et Politiques à Paris le 27 octobre 1992. 

Publié dans Réflexions en chemin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article